LE FORUM VA ÊTRE RESTRUCTURÉ

Partagez | 
 

 what are you wainting for ? ▬ sileas & bogdan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: what are you wainting for ? ▬ sileas & bogdan   Mer 16 Mar - 16:46

What are you wainting for ?

Sileas & Bogdan
Devant toi, quatre cadavres. Si c’est un spectacle qui ne t’impressionne guère plus depuis longtemps, il ne te plaît pas pour autant. Ces êtres devenus simples tas de chair et d’os étaient des tiens. La vision de leurs corps mutilés a assombri ton regard. Les parois du hangar dans lequel vous vous êtes abrités craquent sinistrement tandis que les hommes se taisent.

- « Des pillards, sans aucun doute. »

Tu relèves enfin le regard. A ta droite, Godfred qui t’observe méticuleusement – c’est qu’il semble vivre dans l’angoisse sans fin que ta déchirure les dévore tous. Et il n’a pas vraiment tort de se méfier. A ta gauche, Dax. C’est lui qui a repéré la fumée au loin, témoin sans faille qu’un désastre a eu lieu.

- « Une embuscade ? » Demandes-tu. C’est plus une question rhétorique qu’autre chose. L’éclaireur acquiesce doucement. Les blessures exposées sur la peau ne sont pas celles d’une mort violente. Tes mâchoires se serrent sous l’effet de la colère. « Dis aux sentinelles de rester vigilants. Au cas où ils ne les auraient pas torturés uniquement pour… leur plaisir. » Tu observes d’un regard étrangement curieux la peau brûlée, la chair tranché et les os saillant. Tu soupires en remarquant qu’ils ont été jusqu’à voler les dents en or de Saul, l’un des plus anciens du clan. C’était aussi le meilleur mécanicien d’entre vous. Ce n’est pas qu’un homme que tu as perdu aujourd’hui mais l’une des pierres angulaires de votre clan.

Tu as prévenu les autres de vos pertes. Certains ont haussé les épaules devant la fatalité de la mort, d’autres ont poussé quelques réflexions bien senties à propos de ces salopards de pillards. Mais ce qui t’a marqué, c’est le mal causé parmi les rangs des mécaniciens. Les quelques hommes experts en la matière ont la mine bien basse et les murmures fusent entre eux. Rapidement, tu les rejoins. Tu comprends leur malaise, leur peine mais surtout leur inquiétude. Saul était le pro, eux étaient un peu tous des apprentis. Comme tu l’avais été.

« Sans lui, comment veux-tu qu’on tienne ? » Ils paniquent. Complètement. C’est ton devoir de les remettre à flot.
« Reprenez-vous, si vous n’étiez pas un minimum doués, je vous aurais déjà foutu dehors. » Tes traits sont tendus par la frustration et la colère. Tes hommes le pressentent soudain et leurs visages s’inquiètent un peu plus. Il faut les apaiser, un minimum. Il ne faut pas laisser les pillards gagner sur vous. Cela leur ferait trop plaisir. « Je trouverai quelqu’un. Pour nous aider. » Tu as déjà une petite idée en tête, peut-être ont-ils deviné la personne à qui tu fais allusion. « Retournez bosser. » Tu t’apprêtes à partir mais le regard qu’ils t’adressent te stoppe dans ton élan. « On leur rendra hommage. Demain. » Le temps de les rendre un peu plus présentables, sans doute. Quelque chose de futile en sachant qu’ils seront brûlés. Cela reste important aux yeux de certains d’entre vous. C’est ce qui vous distingue encore des bêtes et des sauvages perdus au fond des terres désolées.

L’endroit où tu as échoué ne t’est pas inconnu. Mais il n’est guère l’un de tes préférés. Tu sais que par ici, les Blade Runner se font plus nombreux. C’est donc les sens en alerte que tu traverses les rues, t’appliquant à emprunter les chemins les plus sombres et moins fréquentés. En ces lieux, tu ne crains rien. Tu sais que ce sont les âmes qui te croiseront qui prendront peur ; elles sont les proies, tu es un prédateur. Cependant, tu ne croises pas grand-monde sur le chemin. Tant mieux. Tu n’es pas d’humeur à devoir te confronter contre le monde. Tu as une idée en tête, une seule et il te faut l’appliquer maintenant, tout de suite.

Arrivé à destination, c’est d’une main sûre que tu frappes par trois fois sur la porte close du garage. Tu attends, aux aguets. Ton regard ne cesse de surveiller les alentours. Il t’arrive d’être un peu paranoïaque mais personne ne t’en tient rigueur au sein d’un monde tel que le vôtre. Quand la porte s’ouvre, tu offres un bref coup de tête comme toute salutation avant de directement attaquer sur le sujet de ta visite.

« J’ai besoin de toi. » Les grands discours ne sont pas définitivement pas ta tasse de thé. Etre direct est pour toi une grande qualité. « Il me faut un mécano. Un bon. Un gars comme toi. » C'est un compliment, vraiment. Ton regard s’assombrit en repensant au corps mutilé de Saul. « Saul s’est fait chopper par des pillards. » Tu fais confiance à Sileas – sinon tu ne serais guère là – alors, à lui, tu lui accordes le privilège de quelques explications, si minimes soient-elles.
© eden memories
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Sileas Mackenzie
avatar
Sorcier du Monde Virtuel


SIGNALEMENT : Sorcier des temps modernes, mais si discret qu'on l'ignore
->Présentation
->Liens & Rp
->Carnet de bord
->Puit à liens
->Garage de Sileas

INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 15/02/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 1992
TRESORS VOLES : 16146
CRÉDITS : .Cranberry & Tumblr
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: what are you wainting for ? ▬ sileas & bogdan   Mar 5 Avr - 10:46

What are you wainting for ?

Bogdan & Sileas

Le Ghetto n'est jamais vraiment silencieux, ni de jour ni de nuit. Il y a toujours de l'agitation dans l'air, des gens qui parlent trop fort ou qui hantent les rues. Ce n'est pas un lieu sure. Cela ne l'a jamais été. Mais y a-t-il un endroit réellement sécurisé ici bas ? La Citadelle probablement, mais elle est réservée aux riches. Aussi vit-on du mieux que l'on peut ici bas en tentant de survivre. Car on ne peut pas appeler cela vivre. Non, se battre au quotidien pour avoir de quoi manger et boire, pour rester intacte en un seul morceau, pour conserver son job et son toit… Non, ça n'est pas vivre cela. C'est survivre avec cet instinct animal présent en chacun de nous, qui pousse certains au pire et d'autres au meilleur. Le monde est devenu sinistre, sombre et violent. C'est bien loin de la vision idyllique d'autrefois, que Maman me contait le soir pour m'aider à dormir. Certains jours je me demande comment on a pu en arriver là ?

J'observe le ciel gris depuis la petite fenêtre de la pièce, qui me sert de chambre. J'ai l'impression que le soleil ne perce jamais les nuages. Je ne le vois vraiment que dans la Matrice. Là, je peux profiter de la nature non dévastée par l'Homme et de lieux paisibles et beaux. J'ai même eu de très bons aperçus de ce qu'est la Citadelle. Qu'il est tentant certains jours d'y rester connecter à vie. Même si faute de manger et boire réellement, cela signifierait mourir en quelques jours. Je soupire. Je n'ai pas trop le temps de me connecter maintenant. J'ai quelques réparations à faire. Du coup, je décide de ne pas ouvrir le garage aujourd'hui. Si je veux ne pas être débordé et produire un bon travail de qualité et rapide, il vaut mieux que je fasse ce que je dois sans en accepter plus. Bien sur il y a toujours des clients pour qui je fais une exception parce qu'ils sont importants. Certains payent bien. D'autres ont l’avantage de leur statut. Il y a des gens à qui il vaut mieux ne pas dire non ici-bas.

Le temps s'égrène lentement. J'ai les mains salies et noircies par l'huile du moteur sur lequel je m'acharne depuis un moment. Frottant ma joue devenue moite de transpiration, j'y laisse une trace noire. Je remonte mes lunettes pour mieux examiner le contenu. Les véhicules et objets qu'on m'apporte sont assez anciens, limite bon pour la poubelle en général. Parfois les réparer est très compliqué voir impossible. Je ne fais pas de miracle, juste de mon mieux. J'ignore combien de temps je suis resté à travailler sur cette vieille bécane. Mais je pense avoir enfin trouvé le problème et l'avoir résolu. Du moins, je l'espère. Je soupire de soulagement. À ce rythme-là, je ne pourrais pas ouvrir demain non plus. Mais bon qui vivra verra, comme dit la sagesse populaire. Je me redresse pour tenter de démarrer la moto et voir si mon chipotage sur la batterie fonctionne ou pas.

On frappe à la porte métallique.

J'ai un moment d'arrêt. Peu de personnes osent toquer à ma porte quand le grand rideau de fer est baissé. Cela signifie soit que je suis absent, soit que je refuse de nouvelles commandes. Cependant cela n'a jamais arrêté les Blade Runner, le Syndicat ou les Pirates. Ce sont trois groupes, que je ne peux décemment pas nier. Et que je fais passer en premier pour d'une part conserver de bons clients, et d'autres part rester en vie. Je frotte nerveusement mes mains sur mon jeans déjà sale avant d'aller ouvrir la porte. Je me demande auquel des trois j'aurais à faire.

Et ce sera les Pirates. Le chef du groupe se tient devant moi. Je suis étonné. Bien sur je l'ai déjà rencontré. En général c'est Saul, qui vient me voir pour de l'aider ou me racheter des pièces. Je hoche aussi de la tête en guise de salut. Je plisse du nez à sa demande laconique, cela fait un moment que j'ai compris que les longs discours ne sont pas son fort. Je jette un regard à la moto que je viens de finir et à la voiture qui attend. Mais on ne refuse rien à un Pirate.

« Qu'est-ce que je dois réparer ? » Je demande. Il n'est venu avec rien, je vais donc devoir le suivre. Et je préfère savoir quoi prendre comme outil. Je me fige un moment. Je serre les dents et un voile de tristesse s'abat sur mon visage. Saul était un type bien pour qui j'avais beaucoup de respect et que j'appréciais. « Je suis désolé de l'apprendre. » Je commente avec un léger sourire compatissant. « Du coup, vous avez besoin de mon aide pour quoi ? Moteur de bateau ? Objet style ordinateur ? Moto ou voiture ? » Je ne peux que les aider maintenant qu'ils sont sans mécanicien.

© eden memories

_________________


[color=#006699]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: what are you wainting for ? ▬ sileas & bogdan   Jeu 9 Juin - 23:36

What are you wainting for ?

Sileas & Bogdan
Il n’a pas compris. Sur le moment, cela t’enrage un peu plus. Tu es en colère contre tout à l’instant, tu grognes un peu avant de secouer vivement la tête. Tu aimes que les choses aillent vite, que tout aille dans ton sens. Et quand cela ne prend pas, tu fais en sorte de forcer un peu la main au destin. Cependant, à l’instant, il faut que tu prennes sur toi. Tu te concentres sur ta respiration, soupires longuement afin de rester calme. Il ne faudrait pas brusquer le bonhomme. Non, tu as besoin de lui. Pour une des rares fois de ton existence, tu tentes la diplomatie. C’est dans ces instants que tu te demandes pourquoi tu n’as pas tout simplement confié la tâche à Godfred. Lui – contrairement à toi – sait y faire avec les gens. Au pire, tout n’est pas perdu : si tu foires ce coup, il pourra le récupérer. C’est pour cela que vous formez un bon duo.

« Non, non, j’te cause pas de ça. » Est-ce que le gamin fait semblant de pas comprendre ou est-ce qu’il y croit vraiment à ce qu’il te dit ? Tu te rends compte que, finalement, ce petit gars, tu ne le connais pas si bien que cela. Saul avait plus l’habitude que toi de le rencontrer. Tu le maudirais presque d’être mort. Mais quelle idée de crever maintenant, vraiment. « On a pas besoin d’un service. C’est pas assez. » Tu plonges ton regard dans le sien, lui faisant bien comprendre à quel point tu es sérieux à l’instant. « C’est d’un doigts-noirs que j’ai besoin, un mécano. » Tu renifles peu gracieusement. Il ne faut pas être expert en comportement pour ressentir ton énervement actuel. Les traits de ton visage sont crispés, froissés par la frustration de ne pas avoir su protéger les tiens et de te retrouver avec un manque pareil. Saul était l’un des éléments clés de ton clan. Sa disparition vous affecte bien plus qu’il ne peut y paraître. « J’veux dire… » Tu sens bien qu’il faut que tu explicites un peu plus. Mais cela te semble tellement… contraignant. C’est vrai quoi ; cela te semblait pourtant clair, là, au fond de ton esprit. Il faut que tu te concentres davantage, que tu balayes tout ce qui te bouffe l’esprit à l’instant. Jetant un œil autour de toi, tu repères une chaise sur laquelle tu t’assois. Tu soupires une nouvelle fois, les mains posées sur tes cuisses. Juste le temps de reprendre tes esprits. « Y a un poste de mécanicien qui s’est libéré quoi. » Tu hausses doucement les épaules. Est-ce qu’il lui faut un dessin ? Non, il ne faut pas que tu te montres agressif. Il faudrait même, à vrai dire, essayer de le séduire. « Qu’est-ce que tu fais ici, hein ? Tu bidules un peu tes trucs, tu te fais menacer par les crétins du coin et le reste du temps.... je sais même pas ce que tu peux glander ici. » Il faut que tu revois tes talents de recruteur. « Ce que je te propose-là, c’est plus que tout ce que tu peux espérer dans ce trou pourri. C’est… faire partie d’une famille mon gars. J’ai l’air con à te dire ça, mais c’est pas des conneries. » Les sourcils froncés, tu rencontres une difficulté certaine à t’exprimer sur ce que représente les Pirates à tes yeux. « J’veux que tu nous rejoignes. » Dis comme cela, c'est plutôt un ordre qu'une proposition.  « J’te demande pas de devenir contrebandier ni quoique ce soit dans ces eaux-là, juste… de faire ce que tu sais faire. Etre un mécano. Même Saul me disait que t’étais sans doute l’un des meilleurs du ghetto. Venant de lui c’est un peu… comme… recevoir le Prix Nobel, une de ces conneries. »  Quelque chose qui n’existe plus depuis quelques temps et dont tu as peut-être déjà oublié toute la significaiton. Mais peu importe, l’intention y est. « Alors, qu’est-ce que t’en dis ? » Ce serait bien, tout de même, d'avoir son avis.

© eden memories
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Sileas Mackenzie
avatar
Sorcier du Monde Virtuel


SIGNALEMENT : Sorcier des temps modernes, mais si discret qu'on l'ignore
->Présentation
->Liens & Rp
->Carnet de bord
->Puit à liens
->Garage de Sileas

INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 15/02/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 1992
TRESORS VOLES : 16146
CRÉDITS : .Cranberry & Tumblr
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: what are you wainting for ? ▬ sileas & bogdan   Ven 15 Juil - 9:24

What are you wainting for ?

Bogdan & Sileas

J’observe avec un froncement de sourcil l’homme en face de moi. Pour une raison, qui m’est encore inconnue, ma réponse ne semble pas la bonne. Pourtant ce n’est pas la première fois que je travaille pour eux. En général, leur mécanicien vient me voir pour des pièces ou un petit coup de main. Du coup, j’ai déjà été dans leur repère. Je ne suis pas plus sympathisant des pirates que de la résistance ou du syndicat. Moi, tant qu’on me paie ce qu’on me doit, je fais le travail demandé. Je ne pose jamais de question. Je ne veux rien savoir, même si je devine toujours si un client est un Blade Runner, un résistant, un pirate ou un habitant lambda du Ghetto. Mais cela m’importe guère. Moi, je veux juste travailler pour avoir de quoi survivre. Alors, je ne me limite jamais. Je ne prends jamais position. Et je travaille en silence sans faire de remarque, sans poser de question. Moins j’en sais, mieux je me porte.

Je remonte du bout du doigt mes lunettes, et je passe la langue sur mes lèvres sèches. Sa réponse me prend au dépourvu. C’est ce que Saul me demande en général de l’aider à réaliser un travail plus compliqué ou de faire un truc qu’il ne sait pas faire. Il va me manquer ce mec. Il m’a quand même appris quelques trucs. « Ah » Je réponds lentement. Je ne suis pas très doué avec la conversation et les rapports humains. Moi, plus on va droit au but mieux c’est. Parce que causer boulot je maîtrise. Le reste, c’est de l’inconnu par moment un peu effrayant même si je sais que converser avec des clients peut être une bonne chose.

Et puis je papillonne des yeux. Surprise. Il cherche en fait un mécanicien à temps plein ! Okay ça je ne l’ai pas vu venir. Je ne sais même pas pourquoi moi ? C’est vrai ça, je ne suis pas le seul du Ghetto. Il y en a des plus âgés, plus expérimentés et partisans de ce genre de cause. Moi, je suis juste un gamin qui essaye de survivre seul et apprend par lui-même, un sorcier des temps moderne, qui doit cacher sa vraie nature pour survivre. D’ailleurs qu’est-ce qu’ils me feraient les pirates s’ils apprenaient ce que je suis réellement ? Probablement rien que je n’ai envie de savoir. Je me rends compte que je suis resté bouche entrouverte d’étonnement. Je la referme lentement et je mords ma lèvre inférieure.

« Euh... » Toujours pas de réponse intelligente. C’est le vide dans mon esprit. C’est même une première ça. Je le vois s’asseoir. Je me déplace à mon tour mécaniquement. Je choppe une bouteille d’alcool, que j’ai eu en paiement d’un travail, et deux gobelets en métal. Je les remplis avant de lui en tendre un et de m’installer à même le sol, jambes croisées. Je préfère comme ça. Je prends une gorgé de ma boisson, qui me brûle la gorge. « Je vois. Vous faut quelqu’un pour … enfin oui c’est logique. » Surtout quand on a  des bateaux antiques à faire fonctionner chaque jour. Les pirates ont pas mal de bécanes et autres trucs nécessitant un mécanicien. « Je pensais que vous en aviez plusieurs. » J’ai souvenir d’en avoir croisé plus d’un les rares fois où j’y ai été.

Je regarde le liquide ambre dans le gobelet et je soupire un peu. C’est compliqué. Qu’est-ce que je risque si je réponds non ? Perdre des clients ou pire me faire assassiner ? Et si je dis oui ? Je dis adieu à ma liberté et je vais devoir travailler à temps complet pour eux et juste eux. Qu’en penserait Maman ? Je ne suis même pas sure qu’elle avait une réelle opinion sur la question, elle désirait juste qu’on survive au mieux. « C’est… compliqué. » Je finis par répondre en relevant la tête. « Je suis pas sociable… Je sais pas vivre en communauté, c’est pour ça que je reste seul. Et puis comme tout le monde, j’ai me petits secrets bien sombres que je ne peux pas partager. » Comprenons je suis Technomancien et je crains pour ma vie à chaque minute. De plus au milieu d’autant de gens, je ne pourrais plus me connecter à la Matrice. Je ne pourrais pas survivre sans ma dose de monde virtuel, mon refuge au milieu des bois scintillant… « Y avait pas de prix Nobel en mécanique, ce qui est dommage. Merci pour le compliment. Vous savez je serai toujours disponible pour taffer pour vous. Je dois beaucoup à Saul, donc si vous avez besoin vous demandez et je ferais le travail. » Notons que je n’ai ni dit oui ni non… Parce qu’au fond j’en sais foutrement rien de ma réponse. Je me sens juste perdu et effrayé.

© eden memories

_________________


[color=#006699]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: what are you wainting for ? ▬ sileas & bogdan   

Revenir en haut Aller en bas
 

what are you wainting for ? ▬ sileas & bogdan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reign in Blood ::  :: Autopsie :: ARCHIVES RPS-