Bienvenue sur Les âmes mortes Invité
Ouverture du forum

La rose noire éclot dans les Ghettos ♠
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 ::  :: Autopsie :: ARCHIVES SCENARII
MessageSujet: La rose noire éclot dans les Ghettos ♠ Sam 19 Mar - 12:06

Toni Archaelia

TUEUSE A GAGES TRANSFORMISTE ET PAS TRÈS COMMODE
Âge: 32 ans Origines: Italiennes Occupation: Tueuse à gages. Orientation sexuelle: Pan Statut civil:Veuve Clan: Aucun Traits de caractère: Méfiante, sauvage, sociable quand elle veut bien, méticuleuse, perfectionniste, sérieuse, fiable. Groupe:Humaine

SYMPHONIE EN MAJEUR.

2013-2019 N'allez pas croire que ma vie est un long fleuve tranquille, bordé de palmiers et de petites oasis qui lui donnerait l'allure d'un paradis... Non. Ce serait même plutôt l'inverse. Je ne connais pas le jour de mon anniversaire. Mes parents sont partis bien trop tôt pour que je m'en souvienne. Alors je fais sans. À quoi sert une date d'anniversaire de toute manière, à part prendre une année de plus. Pas à grand chose, il faut être objectif, au bout d'un moment ! Je sais juste que c'était au printemps 2013. Bref... Je ne me souviens pas tellement de mon enfance. Parfois, je pense que j'ai voulu oublié certaines horreurs que j'ai pu vivre. La vérité, c'était que j'enfouissais tout ça profondément pour ne jamais que cela ressorte. Et cela ne ressortais jamais. Mais je pense que j'ai eu un début d'enfance relativement heureux. Même née dans les Bas-Fonds, j'avais mes parents, et franchement, c'est plus que je n'ai jamais eu en réalité... Une famille. 2019- 2020 J'avais six ans quand ma mère est morte. Pas sous les coups, mon père ne la battait pas, ni même sous les balles des différents péquenots se battant pour un morceau de PQ dans la rue. Elle était gravement malade. Et avoir quelques soins sans argent... Impossible. Papa avait tout fait pour la sauver, je pense. Et ça ne m'étonnait même pas. Mais c'était trop peu. Vous avez déjà vu quelqu'un sombrer dans la folie la plus profonde ? Quelqu'un qui, il y a encore quelques jours, craignaient pour sa vie et celle des siens, et qui, du jour au lendemain, n'en a strictement plus rien à faire et risque non seulement sa vie mais aussi celle des autres pour retrouver un semblant de vie dans l'adrénaline et l'alcool ? C'est ce qui est arrivé à mon père. Et il m'emmenait avec lui. Tous les jours. Franchement, je ne vais pas vous mentir, je suis persuadée qu'il voulait que je meure avec lui... Sauf que c'est le seul à s'être fait descendre, ce soir de Septembre 2020. Il m'a volontairement laissée seule, il voulait mourir. Et qu'est-ce que vous faites dans la rue, à sept ans ? 2020-2030 Au début vous vous laissez mourir ans un coin. Plus de famille, plus d'attache, plus rien à quoi se raccrocher.vous avez juste envie d'une seule chose, les rejoindre. Puis, vous vous apercevez que certaines personnes gentilles et délicates (laissez moi rire, j'appelle ça des hypocrites) essaient de vous faire rester en vie en vous donnant un peu de nourriture. Et vous mangez, par instinct de survie. Même si c'est dégueulasse, gorgé d'eau ou tourné. J'ai été malade de nombreuses fois. Mais je suis toujours là. Et j'ai appris à vivre, seule. J'étais coureuse au marché noir, au début. Je rameutais les clients fortunés et leur volais leur porte-feuille. J'étais douée. Assez douée pour qu'une bande de petits malfrats me remarque. Et me prenne sous son aile. Ils m'apprirent ce que je faisais déjà instinctivement. Mais ce sont eux qui m'ont poussée dans l'art du transformisme, le fait de me changer en l'espace de quelques secondes. Très pratique quand on a des parasites aux fesses et qu'on veut s'en débarrasser. Il me fallut tout de même quatre années d'entraînement intensif pour que mes changements soient parfaits. Ils pouvaient faire de moi la criminelle la plus invisible de tous les temps.

Durant toutes ces années, nous dormions dans un squat. Je commençais à me faire une petite réputation. J'avais quinze ans quand on me demanda de tuer pour la première fois. Une petite fripouille du nom de Maxwell. Je n'avais jamais manipulé d'armes, encore moins d'armes à feu. Avec l'argent que je gagnais et ce que je gardais depuis des années, je pus m'en procurer une au marché noir. C'était cher, mais ce petit contrat, à l'époque, me semblait bien payer. Ce fut Hayden qui se chargea de m'apprendre. C'était un petit automatique, tout simple, que j'ai même encore aujourd'hui, mais dont je ne me sers plus. Il me fallut plus de cinq mois pour exécuter ce contrat. Le temps d'apprendre à tirer, mais aussi d'avoir les informations nécessaire sur ma cible. Encore une fois, ce fut Hayden qui m'aida. Je le connaissais depuis qu'il m'avait pris avec eux, à l'âge de sept ans, il avait toute ma confiance. Et cinq mois après que j'eus reçu le contrat, j'avais la cible au bout de mon arme...

Comment vous expliquer... Cet instant fut une véritable renaissance pour moi. Pas que j'aimais tuer, au contraire. Je me détournais au plus vite de la scène, même si maintenant, ça ne me dérange plus autant. Mais j'aimais le travail bien fait. Bien entendu, c'était mon premier, Hayden et les autre s'occupèrent de cacher mes traces. Et puis ce fut un second, puis un troisième... Même si ce n'était pas régulier, je gagnais plus que je ne m'étais fait dans ma petite vie, tout en apprenant le métier. J'appris à ne plus laisser de traces, à me laver au savon inodore à chaque mission, à porter des vêtements passe partout et surtout, à vite remballer mes affaires. Les flingues ça coûtait bien trop cher pour que je les abandonne quelque part.  2031 Je quittais ce petit groupe à dix-sept ans, quand Hayden essaya d'abuser de moi. Ce qui lui valu une castration sans précédent d'un coup de genou dans les roubignolles. Je ne l'ai pas revu, mais c'est sans doute mieux pour lui. J'aurai sans doute pu le recroiser, comme je recroise parfois certains au marché noir, qui m saluent poliment... Des cibles que j'ai éliminé une par une. Trop de traces. Trop de témoins. Et Hayden subira sans doute le même sort si je retrouve sa trace. Je ne tiens pas à être dénoncée, même si je pense qu'il croit que j'ai sans doute changé de voie. Ce qui aurait été logique, dans un sens.

Un an plus tard, je m'intéressais à l’ésotérisme, sans prendre forcément tout en compte. Oui je crois au surnaturel et aux dons. Curieux, pas vrai, pour quelqu'un comme moi. Autant l'astrologie ne m'intéresse absolument pas (pour quelqu'un qui n'en a rien à péter de sa date de naissance...), mais la première fois que je croisais une cartomancienne, ce fut la bonne. Elle retraça toute ma vie sans que j'ai besoin une fois de prendre la parole. Comment voulez-vous ne pas y croire ? Elle savait même ce que je faisais. J'avais les mains couvertes de sang pour elle... Et ce n'était que pure vérité. Je ne l'ai pas tuée, je vais même la voir de temps en temps et je m'y intéresse. Elle me dit voir en moi quelque chose de profond, à chaque fois... Je ne saurai dire ce qu'elle insinue. 2034 - 2041   Je rencontrai Fabian à vingt-et-un an. Il était ma cible, ma proie... Et je ne sus le tuer. Le client fut bien entendu rembourser et je n'en entendis plus parler. Dès lors que nous commençâmes à nous fréquenter, j'arrêtais mon activité de tueuse à gages. Je n'avais plus envie de tuer en sa présence. Pour la première fois de ma vie, je connaissais un semblant de bonheur... Et aussi la richesse. J'avais toujours été mince, dû à une nourriture sans doute assez pauvre. Fabian me fit connaître le confort d'un appartement. Moi qui avait toujours dormi dans un squat, au mieux, je peux vous dire que ça me changeait agréablement. Nous nous sommes fiancés trois ans après notre rencontre et mariée un an après nos fiançailles. Le plus beau jour de ma vie. Et ça, c'était avant que ça parte vraiment en cacahuète.

J'étais heureuse, on ne pouvait pas en douter. Je l'aimais. J'avais arrêté de travailler et je portais notre premier enfant. Deux mois de grossesse. Je recevais toujours quelques contrats en boîte postale mais je n'y répondais pas. Nous sortions souvent, même si, franchement, nous faisions toujours très attention. Nous étions tout de même dans une partie des Ghettos les moins dangereuses, mais quand même. J'avais eu une soudaine envie de sortir prendre l'air. Et il y eu ce coup de feu. Fabian s'est écroulé, et j'ai hurlé. La suite, je ne m'en souviens pas tellement, je sais juste que j'ai perdu connaissance avant que les secours n'arrivent. Il était mort sur le coup... Depuis, je n'ai plus remangé de glace. Trois jours après le drame, je dus retourner à l’hôpital : je venais de perdre l'enfant que je portais. En l'espace de quatre jours, j'avais perdu tout ce qui m'était cher dans mon nouveau monde. Je n'avais plus rien à quoi me raccrocher. Mes beaux-parents, notamment mon ex belle-mère, vint régulièrement me voir... Mais ce n'était plus pareil. Maintenant ? Je repris un entraînement intensifs aux niveau des arts martiaux. J'avais tout c qu'il me fallait. Tout, sauf des flingues. J'allais me fournir au marché noir. Un tour dans un terrain vague me confirma que j'étais toujours aussi bon dans mon domaine. Je repris mon ancien emploi, mes contrats les plus récents notamment. Il fut clair assez rapidement que j'étais de nouveau sur le marché de l'élimination. J'ai repris ma vie dans les ghettos, dans un squat pas trop mal fréquenté... Pas le choix pour le moment. Je pense souvent à Fabian. Aujourd’hui, cela fait cinq ans qu'il a été assassiné. Je cherche toujours qui a pu le tuer pour lui expliquer ma façon de penser. Ce n'est pas une de mes priorité, du moins j'essaie de ne pas le mettre à ce niveau. Mais rien de facile, malheureusement. J'ai retrouvé un semblant de vie, mais j'ai perdu ce sourire qu'on avait su me donner. Je gagne facilement ma vie et j'essaie de ne pas avoir de regrets... En espérant que la suite soit également ainsi.                                                          

LES MÉFAITS.
TITRE DU RP › prénom nom du partenaire de rp.
TITRE DU RP › prénom nom du partenaire de rp.
TITRE DU RP › prénom nom du partenaire de rp.
TITRE DU RP › prénom nom du partenaire de rp.
TITRE DU RP › prénom nom du partenaire de rp.
TITRE DU RP › prénom nom du partenaire de rp.
TITRE DU RP › prénom nom du partenaire de rp.

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rose noire éclot dans les Ghettos ♠ Sam 19 Mar - 12:07

Avec eux, ça passe bien [Positifs]


Prénom Nom

Inter has ruinarum varietates a Nisibi quam tuebatur accitus Vrsicinus, cui nos obsecuturos iunxerat imperiale praeceptum, dispicere litis exitialis certamina cogebatur abnuens et reclamans, adulatorum oblatrantibus turmis, bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

Prénom Nom

Inter has ruinarum varietates a Nisibi quam tuebatur accitus Vrsicinus, cui nos obsecuturos iunxerat imperiale praeceptum, dispicere litis exitialis certamina cogebatur abnuens et reclamans, adulatorum oblatrantibus turmis, bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

Prénom Nom

Inter has ruinarum varietates a Nisibi quam tuebatur accitus Vrsicinus, cui nos obsecuturos iunxerat imperiale praeceptum, dispicere litis exitialis certamina cogebatur abnuens et reclamans, adulatorum oblatrantibus turmis, bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

Prénom Nom

Inter has ruinarum varietates a Nisibi quam tuebatur accitus Vrsicinus, cui nos obsecuturos iunxerat imperiale praeceptum, dispicere litis exitialis certamina cogebatur abnuens et reclamans, adulatorum oblatrantibus turmis, bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

Prénom Nom

Inter has ruinarum varietates a Nisibi quam tuebatur accitus Vrsicinus, cui nos obsecuturos iunxerat imperiale praeceptum, dispicere litis exitialis certamina cogebatur abnuens et reclamans, adulatorum oblatrantibus turmis, bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rose noire éclot dans les Ghettos ♠ Sam 19 Mar - 12:09

Ca passe moins bien [Négatifs]


Prénom Nom

Inter has ruinarum varietates a Nisibi quam tuebatur accitus Vrsicinus, cui nos obsecuturos iunxerat imperiale praeceptum, dispicere litis exitialis certamina cogebatur abnuens et reclamans, adulatorum oblatrantibus turmis, bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

Prénom Nom

Inter has ruinarum varietates a Nisibi quam tuebatur accitus Vrsicinus, cui nos obsecuturos iunxerat imperiale praeceptum, dispicere litis exitialis certamina cogebatur abnuens et reclamans, adulatorum oblatrantibus turmis, bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

Prénom Nom

Inter has ruinarum varietates a Nisibi quam tuebatur accitus Vrsicinus, cui nos obsecuturos iunxerat imperiale praeceptum, dispicere litis exitialis certamina cogebatur abnuens et reclamans, adulatorum oblatrantibus turmis, bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

Prénom Nom

Inter has ruinarum varietates a Nisibi quam tuebatur accitus Vrsicinus, cui nos obsecuturos iunxerat imperiale praeceptum, dispicere litis exitialis certamina cogebatur abnuens et reclamans, adulatorum oblatrantibus turmis, bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

Prénom Nom

Inter has ruinarum varietates a Nisibi quam tuebatur accitus Vrsicinus, cui nos obsecuturos iunxerat imperiale praeceptum, dispicere litis exitialis certamina cogebatur abnuens et reclamans, adulatorum oblatrantibus turmis, bellicosus sane milesque semper et militum ductor sed forensibus iurgiis longe discretus, qui metu sui discriminis anxius cum accusatores quaesitoresque subditivos sibi consociatos ex isdem foveis cerneret emergentes, quae clam palamve agitabantur, occultis Constantium litteris edocebat inplorans subsidia, quorum metu tumor notissimus Caesaris exhalaret.

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rose noire éclot dans les Ghettos ♠ Sam 19 Mar - 12:51
Alors finalement, on garde l'idée qu'on a eu sur la chat boxe? :)
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rose noire éclot dans les Ghettos ♠ Sam 19 Mar - 22:59
Je trouvais ça pas mal, personnellement je suis pour ^^
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rose noire éclot dans les Ghettos ♠ Dim 20 Mar - 9:28
Donc partons sur cela?

Moi ça me va totalement ^^
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: La rose noire éclot dans les Ghettos ♠
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
La rose noire éclot dans les Ghettos ♠
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» L'appel de la Rose Noire
» Johann Reihart - Fugitive & Dragonnier
» (M) Corvus HUNTER - Ombre de la Rose Noire - Avocat // Dominic Cooper
» Rapport à la Rose Noire.
» The White City Hérald N°4 - Mai 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les âmes mortes ::  :: Autopsie :: ARCHIVES SCENARII-
Sauter vers: