LE FORUM VA ÊTRE RESTRUCTURÉ

Partagez | 
 

 Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
RÉSISTANCE.
les états majors
William Wallace
avatar
RÉVÉLATIONS,


SIGNALEMENT : Leader de la résistance, chef des Macduff
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 01/04/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 180
TRESORS VOLES : 3668
CRÉDITS : Eden Memories
RÉSISTANCE.les états majors

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.   Sam 4 Juin - 15:22

Dans l'ombre,

sur les quais.

Jack & William

William n’était pas fan de ces échanges. Même s’il était nécessaire à la résistance de se fournir en armes, en nourriture, en munitions, il n’aimait pas le fait qu’ils traitent avec un contrebandier. Au moins celui là n’était pas rattaché au syndicat. C’était déjà un bon point pour lui même si, du point de vue de William tous les contrebandiers se valaient, qu’ils roulent pour leur propre compte ou pour celui du syndicat du crime. Sur leur main, il y avait du sang, d’innocents ou de types de Pinxit, peu importait. Ils prenaient des vies s’il le fallait. Ils volaient d’autres personnes. Ils étaient hors limite aux yeux du résistant mais pouvait-il se payer le luxe de se passer de leurs services ? Il aimerait bien, mais non. Personne ne suivant ses principes ne pouvait vendre des armes. Il savait bien d’ailleurs qu’acheter des armes n’était pas non plus exactement très convenant à ses valeurs. Mais il ne pouvait se payer le luxe de s’en passer.

Tout n’était que compromis. Murdoch lui savait cela. Des années plus tôt, il avait essayé de le faire comprendre à William. Celui ci n’avait pas écouté, s’il l’avait fait, peut-être que sa femme serait encore en vie et que son fils serait encore à ses côtés. Il connaissait mieux que personne le prix à payer pour garder ses valeurs. Tous ceux qui les avaient abandonnés avaient juste passé une sale journée supplémentaire. Il n’y avait qu’à ouvrir les yeux. Le ghetto transformait les gens en des êtres barbares, violents, égocentrique. Parce qu’il fallait se battre pour tout, parce que seuls les plus coriaces survivaient, parce que la cité écossaise s’était transformé en un enfer absolu où seuls les démons pouvaient vivre. Il fallait être dingue pour croire qu’on pouvait encore sauver le monde, sauver les gens. Pourtant, il essayait, encore et encore, jusqu’à ce qu’il tombe épuisé par terre. Voilà la triste vérité.

Murdoch l’accompagnait ce coup ci. William portait une tenue plus discrète que dans ses apparitions publiques, le masque blanc avait laissé place à une capuche tombante masquant ses traits, ne laissant voir que des lèvres closes. Il ressemblait plus à un voleur qu’à un héros ainsi. Mais il était attaché à garder son identité secrète, tout comme il pensait que c’était une mauvaise idée qu’on voit l’image du grand héros de la résistance sur les docks en train d’acheter des armes. Murdoch lui avait son visage découvert, ses tatouages visibles sur sa nuque, il était un soldat, un terroriste, la branche la plus extrême de la résistance. C’était étonnant de voir les deux ensembles et plus encore de savoir qu’ils étaient amis. Murdoch connaissait bien les lieux, comme sa poche et s’y sentait à l’aise. Pas William qui restait dans l’ombre pendant que son ami menait la danse et s’approchait du contrebandier. Il les écoutait traiter ensemble, restant à portée d’oreille.

© eden memories
Revenir en haut Aller en bas
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1406
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.   Jeu 9 Juin - 18:11


Il était tard, fallait-il réellement faire ce genre de chose si tard dans un endroit comme celui-ci, à priori même de jours personne ne serais venu les dérangés, mais cette ambiance était incroyable: L'Obscurité, la Lune, l'humidité, les mendiants ivres morts.

Ils s'étaient tout de même éloignés des gens, après tout, ce n'étais pas une affaire comme les autres, c’était la résistance en personne, et pas n'importe quel résistant, des grands noms.

Le Clown était là, sous la clarté lunaire, dansant sur une musique imaginaire, des mouvements lents et mesurés, certains pouvaient penser qu'il se prenait pour une ballerine devant son public. Le Lac des cygnes? Peut-être, après tout qui pourrait reconnaître les mouvements parmi cette masse ignarde?

Là Là Là Là  Là Làààààà.

C'étais l'ennui, comment vouloir qu'il reste patient pendant si longtemps, l'excitation était au maximum.

La Résistance! Si il avait été enfant en ce moment ils seraient surement ses plus grands héros, mais il n'es pas enfant... Et il les trouves stupides. Stupides mais utiles, officiellement la Résistance est un très gros problème pour l'ordre établi, ils sont donc la priorité des autorité et donc ni lui ni son buisness ne seront premiers sur la liste des réseaux à traqué, et d'un autre côté, si un jour enfin ça pète, ils seront parfaits, armés et enragés contre des Dieux déjà mourant, il suffira de peu pour les faire disparaître définitivement avant qu'ils prennent le pouvoir.

Tellement de projets, tellement d'idées. Mais aujourd'hui, il était plus ou moins dans la peau d'un allié de la Résistance... Bon disons un sympathisant... Mh, partenaire? Juste un type qui les approvisionnent en armes.

"Ils arrivent."

Ouh, Oulà! Vite!
Il se figea, pris une pose normal, peut-être un peu trop droit. Il épousseta son beau costard cravate couleur pourpre, un bon compromis selon lui entre le traditionnel noir des contrebandiers de films et son magnifique violet.

Il racla sa gorge tout en donnant un coup sur son propre torse, voyons, il faut une bonne voix. Hum, Hum, oui voila, toujours cette fois granuleuse mais avec un côté fort, l'homme sûr de lui et habituer à commercer avec des gros poissons.

Il fit signe à ses hommes, très peu nombreux, normal pour l'envergure de sa renommé: petite, et le syndicat à souvent plus d'attrait pour les pauvres en manque d'argent. Ils étaient seulement deux, des gars plutôt costaud, rien d'incroyable, asses pour porter du matériel ou broyer les intrus.

Ils approchaient, Murdoch Alexander Sinclair et William Wallace. Il avait déjà fait affaire avec eux bien entendu, des rencontres brèves, échange de matériel, salutations, au revoir. Murdoch était son favori, comment ne pas aimer le grand patron des hommes les plus violents de la Résistance, et cette classe naturel.  Il y avait bien le chef des chefs, le berger du troupeau, le Lénine d'Ecosse, mais ils n'avaient jamais réellement parler, discret, peu envieux de faire ami-ami avec les gens comme Jack.

"Ah! Bienvenue au paradis mes amis, le père noël vous à amenez des jouets du tonnerre!"

Il fit deux pas vers le tatoué et lui serra la main, tout en tendant l'autre vers le Capitaine des Capitaines.

"J'ai votre matos, ça n’a pas été facile d'avoir le nombre juste mais j'ai fais marcher mes contacts."

Il tourna le haut de son corps, comme un pantin, vers ses hommes à tout faire pour leur faire signe de déballer les affaires.

"Mais dîtes moi, simple curiosité, je ne doute pas que certains vont s'en servir pour faire sauter des trains ou ce genre de chose. Mais les autres..." Il se tourna complètement vers son second interlocuteur, le plus discret en arborant un grand sourire carnassier dévoilant sa dentition argentée "Pour cueillir des pâquerettes il y à plus efficace"

Petite pique pour l'homme à la tête d'une armée révolutionnaire et qui pourtant rechignait à attaquer. Il avait peu à peu habitué les deux homme à ce genre de remarque, mais celle ci était la plus directe de toute.
Il souriait, mais à l'intérieur son cœur battait la chamade, l'excitation, le risque de se prendre un coup de la part du chef des terroristes, c’était le grand jeu, perdre des clients pour un peu d’adrénaline, ou les garder et ressentir cette divine sensation d'avoir soumis l'adversaire par la seule force des mots.

Il y avait un autre but, il faut l'avouer, c’était de délié définitivement la langue de l'intéresser. Jack en avait marre de son silence, les autres rencontres il y avait eu peu d'échanges entre eux, il en voulait plus.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
RÉSISTANCE.
les états majors
William Wallace
avatar
RÉVÉLATIONS,


SIGNALEMENT : Leader de la résistance, chef des Macduff
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 01/04/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 180
TRESORS VOLES : 3668
CRÉDITS : Eden Memories
RÉSISTANCE.les états majors

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.   Jeu 16 Juin - 20:21

Dans l'ombre,

sur les quais.

Jack & William

Ce n’était pas tant son look bigaré si peu habituel dans le ghetto, ce soin porté à son allure en une époque où il était difficile de manger à sa faim paraissait indécent. Ce n’était pas non plus ses manières alambiquées, et son humour plutôt dérangeant. Non c’était autre chose. Quelque chose qu’il ne pouvait nommer. Dont il n’avait pas vraiment conscience. C’était son instinct qui le lui disait. Cet homme là n’est fiable, cet homme là est un élément perturbateur, indiscipliné, imprévisible, dangereux. William en une autre époque était un politicien. C’est dans sa nature de sonder les gens d’un seul regard, d’une oreille attentive alors qu’il semble préoccuper par tout autre chose, adoptant un air négligeant alors qu’en fait il observait soigneusement, enregistrait des détails auxquels nul autre ne prêtait attention. Il avait enregistré une foule de petits indices qui lui laissait à penser qu’il valait mieux se méfier du contrebandier. Mais Murdoch ne jurait que par lui. Il nous fournit du matos de première qualité, et tout ce qu’il nous vend est intraçable, n’est-ce pas exactement ce dont nous avons besoin ? William n’aimait pas ce type, tout simplement. Oh hormis la résistance, il aurait pu apprécier l’originalité de monsieur, mais il devait s’assurer qu’aucun danger ne planait sur son organisation. Et cet homme là pouvait en représenter un. Tu deviens parano mon vieux. Il l’était, très probablement. Il finirait comme cela de toute manière. Tant qu’ils continuaient à agir dans l’ombre. Mais une fois Pinxit tomber, une fois la citadelle à terre, alors il pourrait redevenir ce qu’il était.

Le contrebandier vendait son matériel à un homme convaincu. Murdoch ne jurait déjà que par lui, et semblait apprécier les manières du bonhomme. Ce qui était loin d’être le cas de William qui observait la scène de loin préférant ne pas s’y mêler, mais tenant néanmoins à être présent. C’était peut-être, sans nul doute, stupide, mais il avait le sentiment que s’il laissait ces deux là tout seuls, ils pourraient se convaincre de faire sauter le ghetto en espérant emporter la citadelle avec. Murdoch avait des visions d’apocalypse et soyons honnête, cet homme avait de quoi les rendre réelles. Il était normal qu’il soit présent, histoire d’être certain que Murdoch n’achetait pas de quoi tout faire exploser. Et puis, certaines de ces armes serviraient pour les missions de sauvetages également, seraient une protection pour les Alaster. Mieux valait avoir de quoi dissuader l’ennemi. Mais cela, le contrebandier l’ignorait ou bien cherchait-il juste à le faire tiquer. Et Murdoch en paru amusé. Au lieu de répondre à la place de William, il se tourna vers celui-ci avec un air amusé voulant dire ‘tu réponds quoi à ça’ ? William se racla la gorge. « Je crains que ça ne soit pas vos affaires ce que nous comptons faire avec tout ceci. » fit-il d’un ton sec. Murdoch secoua la tête. Intérieurement, il devait estimer que son ami manquait d’humour et de souplesse. « Voyons, notre ami a raison, nous ne sommes pas ici pour faire dans la dentelle, n’est-ce pas ? » Murdoch adressa un clin d’œil au contrebandier. Les deux partageaient un certain type d’humour, et une même vision du monde, toute peinte en rouge sang. William savait qu’il n’était qu’à une très mauvaise journée d’eux, qu’à un plan foireux de plus, qu’à la perte d’un être cher supplémentaire, pour plonger dans la folie. Pourtant il n’avait jamais éprouvé le goût du bain de sang. Il rêvait encore d’un monde meilleur même quand cette vision semblait aussi éloignée que possible de la réalité. « Nous faisons ce qui doit être fait, pas ce que nous désirons faire. » répliqua le héros de la résistance d’un ton sec. Il n’avait aucune envie de philosopher avec le contrebandier encore moins avec Murdoch.

© eden memories

_________________
We can be Heroes
I, I will be king
And you, you will be queen
Though nothing will drive them away
We can be Heroes, just for one day
We can be us, just for one day
code: @REIGN IN BLOOD
Revenir en haut Aller en bas
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1406
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.   Mar 19 Juil - 19:57


Pas amusant, même pas un petit peu. Réponse pré-faite, réponse d'une vitrine impersonnelle pour un mouvement mort-né.
Mais il ne laissait rien paraître, toujours souriant, pas le genre de grimace qu'il abordait parfois, juste un sourire normal, celui d'un vendeur, forcé, cachant bien des pensées.

Le Bouffon secoua légèrement la tête de gauche à droite en regardant vaguement l'espace entre le visage de son interlocuteur et le sol, peut-être les deux. "Aaaaah" fit-il en expirant "Tu reste définitivement mon favori Murdoch"continua t-il à voix basse, même si la discrétion n'était pas le but.

Il s'écarta quelque peu pour pousser du pied l'une des caisses posées toute proche par son acolyte vers les deux résistants. "C'est là votre problème, votre incapacité à mettre fin à la tyrannie ne viens pas de votre manque de moyens, mais bel et bien de vos désirs"

Il était agaçant, il le savait, le ton du grand patron ne laissais aucun doute. Un paladin, un grand chevalier dont les convictions sont inébranlables, a priori. C'était l'image qu'il voulait se donner en tout cas, pas besoin d'être un génie, tout le monde se donne une image, même Jack, la seule différence c'est que lui en à plusieurs.

"C'est les désirs du leader qui décide ce qui doit être fait" conclu t-il avant d'ouvrir cette caisse, pré-ouverte, le matériel était là. De la plus petite balle au plus gros cracheur de mort. "Pas besoin de compter, je n'arnaque jamais les grands gaillards tatoués" fit-il vers Murloch. C'est avec lui qu'il traitait le plus souvent, c’était donc naturellement qu'il s'adressait à lui en premier lieu.

Le grand résistant n'avait manifestement pas très envie de rentrer dans le jeu, c’était décevant. Mais d'un côté, il restait amuser, grâce à Murdoch il avait l'impression d'être le chef d'un groupe de jeunes imbéciles en train de se moquer du plus faible de la classe, rien de méchant bien entendu, à cet âge là il n'était plus question de mettre la victime dans le casier, mais plutôt au fond du fleuve.

Discuter idéaux n'étais pas vraiment le passe-temps favoris de Jack, ils restent des objectifs lointains et nébuleux pour la plupart des hommes qui jamais ne se lèveront pour les faire naître. Mais il ressentait déjà le plaisir sournois que l'on ressent tous, la sensation réconfortante de se sentir intelligent, de pourfendre l'ennemi dans une joute verbale. Rien à voir avec l'euphorie d'une véritable joute bien entendu.
C'était intéressant, aucun des deux ne connaissait l'autre, le seul contact en commun était Murloch, il était possible de projeter n'importe quelle idée sur l'adversaire. Un véritable idéaliste? Un Pourri à l'apparence de libérateur? Un dictateur en formation?

"Je peux vous avoir des explosifs pour la moitié du prix habituel si vous voulez"
Une phrase, une proposition, lancé innocemment, le regard toujours dans la direction du Seigneur des Révoltes, mais ouverte à chacun.
Une offre sérieuse? Pourquoi pas. C'était surtout pour sonder, sonder les limites. De toute évidence, vu le manque de grabuge au goût du Prince des Bouffons la Résistance était freinée dans son élan par certains, mais à quel point celui-ci était une entrave à l'affrontement? Etait-il du genre à refuser de faire sauter la Citadelle à cause des familles des riches là-haut, était-il du genre à vouloir détruire le système sans verser le sang des responsables?
La pire espèce d'idéaliste, les idéalistes pacifiques. Allez donc demander à Gandhi si son mouvement a réussi à faire autre chose qu'amener certains vers les véritables solutions: la violence.

C'était le début, l'échauffement.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
RÉSISTANCE.
les états majors
William Wallace
avatar
RÉVÉLATIONS,


SIGNALEMENT : Leader de la résistance, chef des Macduff
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 01/04/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 180
TRESORS VOLES : 3668
CRÉDITS : Eden Memories
RÉSISTANCE.les états majors

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.   Mar 26 Juil - 22:56

Dans l'ombre,

sur les quais.

Jack & William

La remarque sur Murdoch n’échappa ni au blondinet dont la crinière tirait sur le roux ni au massif Murdoch qui décrocha un sourire au contrebandier accompagné d’un clignement d’œil typique de l’armoire à glace à la peau couverte des stigmates de sa rude vie tracés à l’encre autant qu’aux cicatrices. Le charismatique résistant aurait aimé en terminer là mais ce n’était pas le cas de l’électrique Jack qui entama directement dans le lards, là où ça fait mal, là où ça gicle vite et fort. Le regard de William se durcit alors que le contrebandier à la tignasse verte continuait sa diatribe pleine de critique. Car s’en était bien, une critique en règle, une vision totalement opposé à la sienne, et donc, à celle de la résistance car indéniablement, Will en était le symbole même s’il ne représentait pas, loin s’en faut, toutes les composantes de ce mouvement devenu considérablement large depuis. Les désirs n’avaient rien à voir dans l’affaire. Il ne s’agissait pas d’une quête personnelle, d’une quelconque revanche, d’un caprice. « Trop de vies sont en jeu pour que les désirs personnels comptent. » Evidemment, sur le plan philosophique, bien sûr que leurs désirs entraient en jeu. Jamais ils n’auraient autant donné à la résistance sans un profond désir de faire changer les choses. Mais ce n’était plus simplement une bande de jeunes gens exaspéré du système, c’était tout autre chose maintenant. « C’est un mouvement populaire, les leaders ne sont là que pour guider, pour organiser, mais leurs désirs ne comptent pas. » Il réaffirmait encore une fois ses valeurs. En un autre temps, il aurait pu devenir communiste et se battre pour ses idéaux, il aurait pu mourir pour eux. Mais l’époque était différente. Il n’y avait plus de système économique, ni même social, il y avait juste cette hydre abominable, la Citadelle. « Croyez-le ou non, nous mettrons fin à la tyrannie. » Il espérait juste empêcher une autre de s’instaurer. Son éducation politique faisait qu’il connaissait la sale manie qu’avait l’humanité de remplacer un tyran par un autre. Peu de révolutions avaient réellement marcher, et ça avait toujours été dans le sang et les larmes. Bien sûr qu’il rêvait d’une révolution pacifique, mais on n’était pas à Lisbonne, ni dans les années 70. Ils avaient besoin de ces armes et de ces explosifs et il serait bien hypocrite de le nier. Même si cela lui déplaisait, il avait besoin d’un homme tel que ce contrebandier, il avait besoin du soutient du gros musclé.

« Tu as bien raison, avec tout ces joujoux il faudrait être vraiment con pour vouloir nous chercher des noises ! » s’exclama joyeusement Murdoch qui pensait que changer de sujet était sans doute pour le mieux, tout comme le contrebandier. Ces deux là s’entendaient, au grand dam du héros résistant qui se sentait en infériorité et espérait que son ami n’allait pas s’associer au contrebandier. Murdoch avait déjà le plus grand mal à lui faire admettre que la violence était nécessaire. Mais l’offre de réduction pour les explosifs n’était certainement pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Aussitôt, Murdoch se tourna vers son vieil ami, l’œil torve, quasi la bave aux lèvres rien qu’en imaginant tout ce qu’il pourrait en faire. « Tu entends ça mon vieux ? C’est le genre d’offre qu’on ne peut pas refuser. » En achevant sa réflexion, il se tourna vers le contrebandier. « On va vous en prendre. » William allait l’appeler par son prénom et se ravisa. Visiblement l’individu aux cheveux colorés le connaissait déjà mais il préférait ne pas enfreindre ses règles. On se passait de se nommer. A la limite, on utilisait les surnoms. Mais même ainsi, ça finissait par se savoir, se comprendre. Ils étaient venus sans masques, sans masquer leur visage, ce qui voulait dire se la jouer incognito. « Je ne suis pas certain que ça soit une bonne idée. » fit William en grinçant presque des dents. Murdoch haussa les épaules. « Bonne ou pas, nous n’avons pas le choix. Notre mission prime avant tout. » ajouta-t-il dans un immense sourire. Murdoch appartenait à ce type d’homme qui allait au feu du combat avec un sourire à vous faire trembler le diable, le genre qui riait même en enfer, et qui faisait frissonner les plus durs. Il n’avait peur de rien, et au fond, ça l’excitait, la perspective d’un bon combat, d’un chaos absolu.


© eden memories

_________________
We can be Heroes
I, I will be king
And you, you will be queen
Though nothing will drive them away
We can be Heroes, just for one day
We can be us, just for one day
code: @REIGN IN BLOOD
Revenir en haut Aller en bas
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1406
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.   Jeu 28 Juil - 14:02


Allez, compte jusqu'à trois. Un, deux, trois. Non. La tentation est grande.
Le regard de Jack passe d'un visage à l'autre, d'une ceinture à l'autre, sa main gauche tremble légèrement alors qu'il écoute les réponses idéalistes de cet homme aux ambitions illusoires.
Il pourrait, oui, il pourrait soudainement dégainer, il suffit de continuer à parler et laisser son bras faire le travail. Une balle en pleine tête et c'est fini, la Résistance se retrouve avec un nouveau chef, peut-être Murdoch, perspective alléchante mais le Bouffon Contrebandier ne serait surement plus en vie pour voir le résultat, tabassé à mort pour l'homme qu'il allait aider à monter au sommet dès le moment où la balle partirait.
Il suffit de lancer un dé, un dé mental. Comment ça personne ne peux simuler mentalement le hasard? Bien sûr que si, il suffit de laisser tout le monde donner son avis, à l'intérieur.
1,2 Et la Résistance devra se trouver un autre Leader. 3,4,5 Et la discussion peux continuer sans aucun mort. 6, et c'est une balle pour Jack.

Et c'est un beau cinq, la partie va continuer pour les deux adversaires de cette joute verbale.

A priori Mudoch était partant pour les explosifs, pas étonnant. Jack avait eu le temps d'apprendre à le connaître, un type sympas, il était regrettable qu'il se soit engagé dans la Résistance, ils auraient pu faire tellement de chose ensemble. Un duo du tonnerre, oh bien entendu ils auraient fini par s'entre-tuer, mais rien de grave. Capitaine Sans Défaut par contre, lui n'était de toute évidence pas du genre à faire brûler l'hôpital et les patients pour empêcher une épidémie. Jack l'aurait fait, même sans épidémie.

Jack écarta les bras, les mains vers le ciel "Je dois écouter lequel de vous deux du coup? Ah-ah. Vous voulez passer commande séparément, on se la joue Salomon et je coupe le bébé en deux?" puis imitant un ciseau avec ses doigts "Cela dis, entre un bébé et des explosifs, l'un est plus dangereux que l'autre à découper" terminant par un grand, très grand sourire.

Puis, reprenant une pause normal, encore une fois peut-être un peu trop droite pour être humaine, il sorti un petit bloc-note -en réalité des morceaux de tissu découpé de manière rectangulaire et accroché les uns aux autres pour remplacer du papier- et nota deux trois mots avec son stylo imaginaire.
"Il n’a pas tort vous savez, vaux mieux avoir du gros matos en réserve plutôt que de se retrouver en rade à un moment crucial"dit-il avant de tendre la main vers les deux interlocuteur "Je vous donne aussi les détonateurs bien entendu, si c'est la peur de me voir activer les boom-boom dans votre super-caverne-secrète qui vous fait hésiter"

Oh oui l'idée lui avait traversé l'esprit, rentrer à la maison après une bonne affaire, s'asseoir sur le canapé devant la fenêtre, appuyer sur le bouton et découvrir l'emplacement de la cachette des héros du peuple alors qu'elle disparaissait. Mais ils ne posaient pas un si gros problème que ça pour l'instant, ils étaient même une source de revenu plutôt intéressante, alors nul besoin de faire sauter un quartier entier pour eux. De toute manière, il venait de parler de cette possibilité à voix haute et Jack était comme ça, une chose dite, insinuer presque comme une menace écartée d'avance, c’était presque comme l'avoir fait, c'est un peu comme avoir projeté l'image de la mort atroce de toute la communauté des résistants dans l'esprit du mystérieux Leader sans pour autant avoir à face face aux conséquences qu'une véritable explosion aurait provoqué. Un attentat psychologique? Un poseur de bombe mental! Un psychonaute détruisant les neurones les uns après les autres à coup d'image!

Il était temps pour une autre attaque, une petite aparté sur le business saupoudré de sa charismatique instabilité et le patron des patrons était surement un peu moins sur ses gardes, prêt à être déstabilisé, prêt à tomber du cheval et se briser la nuque. C'était comme une partie d'échec, en bien plus amusant, bien plus réel, sans les pièces ni les chaises, les mots comme des balles, perforant l'ennemi, tout ça dans l’hypocrisie la plus totale, il faut bien être honnête, si son interlocuteur n'était pas ce qu'il était Jack l'aurait déjà puni pour avoir une vision du monde aussi stupide, de son point de vue.
"Mettre fin à la tyrannie, je partage cet idéal, mais après le discours, il y a le feu d'artifice"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
RÉSISTANCE.
les états majors
William Wallace
avatar
RÉVÉLATIONS,


SIGNALEMENT : Leader de la résistance, chef des Macduff
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 01/04/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 180
TRESORS VOLES : 3668
CRÉDITS : Eden Memories
RÉSISTANCE.les états majors

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.   Mar 6 Sep - 17:45

Dans l'ombre,

sur les quais.

Jack & William

S’il avait eu l’ombre d’un doute, à présent, il n’en avait plus aucun. Leur partenaire en affaire, ce sombre contrebandier, était un psychopathe. Il était certain que Murdoch n’aurait pas acheté d’explosif sans les détonateurs, pour des raisons évidentes. Ca serait comme acheter une voiture sans prendre les clés de contact ou une télévision sans télécommande. Mais sans nul doute que jamais personne n’aurait eu dans l’idée que le vendeur aurait pu faire exploser les bombes. Murdoch peut-être. Parce qu’il pourrait bien établir ce genre de plan pour une attaque. Mais personne de sensé n’y aurait pensé et surtout, personne d’un minimum commercial ne l’aurait dit à voix haute à ses clients. En fait, ce qui était le plus étonnant c’est que Murdoch rit à la plaisanterie comme si s’en était une. Normalement, il aurait déjà planté le canon de son flingue entre les deux yeux du type qui aurait fait une telle suggestion, et sans William dans les parages, il aurait probablement tiré une balle dans un membre du type juste histoire qu’il comprenne le message. Au lieu de cette réaction tout à fait normale, humaine, Murdoch se contenta de rire.

« Et tu fais confiance à cet homme ? » demanda William sans aucun ménagement pour celui dont il parlait. Murdoch haussa les épaules. « Au royaume des aveugles, les borgnes sont rois. C’est pas ce qu’on dit ? » William secoua la tête. Il se demanda si son ami n’était pas aussi timbré que l’homme à la tignasse verte et au sourire rouge. Il ne se maquillait peut-être pas, il avait l’air d’un repris de justice dangereux et il l’était, mais là, son ami semblait avoir été frappé d’un coup de folie. « Tu as devant toi l’un des rares si ce n’est pas le seul contrebandier à ne pas rouler pour le syndicat. C’est toi qui tenait à ce qu’on ne devienne pas dépendant d’eux. » Murdoch avait raison, fondamentalement. Et un fou était probablement moins dangereux que les types du syndicat mais soudainement, face à cette folie, William avait néanmoins un doute.

« Nous allons les prendre. » fit Murdoch. C’était lui qui s’occupait de ce genre de choses, et William laissait son ami faire, en dépit de ses réticences, il savait fondamentalement qu’il avait raison. C’est juste que moralement, il ne pouvait l’avouer à voix haute. Même à lui-même, il l’admettait difficilement. Il y avait la réalité du terrain et la morale, et ici, dans l’obscurité des ruelles putrides du ghetto, la morale n’avait plus lieu d’être. William en avait conscience. Mais il savait aussi que son comportement était la seule chose qui les séparait des ennemis qu’ils affrontaient, et de ces gangs de fou furieux dans le désert. Ils n’étaient pas les Halloweeners, ils n’avaient pas envie de voir le monde flamber, ils voulaient le sauver, si c’était encore possible.

« Vous feriez une excellente recrue pour les Halloweeners. » plaisanta William décidant soudainement qu’il valait mieux le prendre à la légère s’il ne voulait pas suivre son interlocuteur dans le domaine de la folie. « Eux aussi aime les feux d’artifices, mais moi, ce qui m’intéresse c’est après l’explosion. »

© eden memories

_________________
We can be Heroes
I, I will be king
And you, you will be queen
Though nothing will drive them away
We can be Heroes, just for one day
We can be us, just for one day
code: @REIGN IN BLOOD
Revenir en haut Aller en bas
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1406
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.   Lun 5 Déc - 16:59


Jack était peut-être allé un peu trop loin, une performance trop "over the top". Pas par peur de perdre un client, mais par soucis de trop en dévoiler dès le premier soir. Une relation durable et saine nécessite des surprises quotidiennes et une découverte au compte goutte de son partenaire.

Une chose était sûre en tout cas, le coup des explosifs avait fonctionné à merveille. Certains avaient déjà fuis face à ce genre d'humour à la limite de la menace, celui-ci était toujours là même s'il avait de toute évidence de mettre fin à cette rencontre. Sans l'incroyable Murdoch il l'aurait surement déjà fait depuis longtemps d'ailleurs.

"Les Hallo... Mh? Oh, eux! Ne vous inquiétez pas il n'y a au-cu-ne-chan-ce! Ils manquent de toute évidence d'ambition et de jugeote." Il laissa un très court moment de silence, comme pour laisser planer une aura de mystère sur le sens "d'ambition et de jugeote" avant de reprendre "J'ai parfaitement conscience de mon excentricité, mais je n'ai rien à voir avec les instables individus sans but qui peuple leurs rangs. Pour preuve! Je suis ici avec vous à faire affaire, un dangereux amateur de chaos s'embêterait-il avec ce genre de business?"

Ahahah, si seulement ils savaient. D'une certaine façon il avait été honnête dans ses propos, c'est pour les raisons citer que Jack n'était pas le plus présent et le plus actif des psychotiques à masque de monstre. Oui ils étaient les plus proches de sa vision du monde, une aide et une compagnie agréable aux activités réjouissantes, mais il manquait en eux le noyau même de toute existence: Un but, une philosophie.

Le Bouffon malsain se tourna ensuite vers tout le matériel, à présent prêt à être emporté. "Eh bien, ce fut Enrichissant et divertissant de discuter avec vous. "

Il tendit la main à son interlocuteur direct dans l'idée d'un salut cordial et l'autre vers Murdoch

"J'espère ne pas avoir trop entaché ma réputation avec mon humour particulier. Je vous assure et tous mes clients pourront faire de même, que ma fiabilité et sans faille tant que le payement en vaux le coup. Mmh, d'ailleurs, en parlant de payement... Vous connaissez le prix bien entendu. Et pour la prochaine fois, j'aurais votre petit plus explosif moyennant une petite augmentation."

Il était nécessaire de redoré le blason, au moins temporairement, en apparaissant comme un homme comme les autres mu uniquement par le besoin de survie, le besoin de l'argent. Après réflexion être un des fournisseurs de la Résistance, c’était une opportunité à ne pas manquer, surtout en y ajoutant la perceptive d'autres potentiels rencontres avec le patron et les discutions philosophiques qui vont avec. C'est si difficile de trouver des hommes un minimum cultivé de nos jours. C'est comme si les gens avaient purger leur esprit de toute réflexion, considérant cela comme inutile de nos jours.

"Au plaisir de vous revoir, en affaire ou pour le grand soir" Termina-t-il en faisant signe aux deux gros bras sans personnalité qui lui servait d'acolytes de le suivre.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
RÉSISTANCE.
les états majors
William Wallace
avatar
RÉVÉLATIONS,


SIGNALEMENT : Leader de la résistance, chef des Macduff
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 01/04/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 180
TRESORS VOLES : 3668
CRÉDITS : Eden Memories
RÉSISTANCE.les états majors

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.   Lun 2 Jan - 17:15

Dans l'ombre,

sur les quais.

Jack & William

Le chef des Macduff devait l’admettre, il ne parvenait à savoir si son interlocuteur plaisantait ou s’il était sérieux. Ce type était impossible à lire. Lui qui parvenait d’ordinaire à savoir assez aisément de quel bois ce chauffait l’individu en face de lui n’avait aucune idée de ce dont était capable l’homme aux cheveux vert, aussi en déduit-il qu’il était capable de tout. Ce qui était aussi effrayant que déstabilisant.

Un amateur de chaos faisant du business ? William n’était pas un expert dans le domaine. Les cinglés il les avait toujours regardé avec au mieux de la pudeur et une certaine distance prudente. Il était bien incapable de dire ce que les Halloweeners voulaient mis à part, le chaos évidemment. Et William représentait sans doute leur opposé. Il rêvait d’un monde ordonné, plein de justice et de paix. Un monde qui n’existerait probablement plus jamais. Plus le temps passait, plus l’horreur semblait devenir ordinaire. Le chaos avait déjà gagné. Alors si le chaos régnait, à quoi pouvaient bien s’occuper les fous si ce n’est à fournir des armes inutiles à des rêveurs tout aussi fous qu’eux ?

De toute façon, que ce type fasse parti des Halloweeners serait presque rassurant. Au moins pourrait-il mettre un nom sur sa folie, pourrait-il percevoir une partie de ses véléités et de ses désirs, pourrait-il un peu le comprendre. Et puis, William pouvait comprendre les Halloweeners, il comprenait leur colère et leur rancœur. S’il avait été traité comme ils l’ont été, probablement qu’il aurait finit par aboutir à la même radicalité.

Murdoch hocha la tête concernant le petit plus financier. Après tout, c’était à son service que serait employé les explosifs. L’un comme l’autre le savaient parfaitement. D’ailleurs, c’est Murdoch qui alignait les billets, enfin, les ticket de rationnement puisque c’était devenue la monnaie locale. Ca s’échangeait contre à peu près n’importe quoi. Si vous aviez des objets rares vous ne les filez pas comme ça au premier venu, vous allez les revendre au marché noir. Là les prix peuvent grimper. Faut juste accepter le pourcentage qu’exige le syndicat mais en échange, personne ne va vous voler votre bien, votre recette, une fois rentré chez vous, ça c’est une autre histoire…

« Vous êtes vraiment un homme atypique mais vous nous rendez service. » conclu William sans sous entendu même si, un homme un tantinet porté sur la paranoïa pouvait en sentir une. Mais ici au ghetto, vous n’avez aucune valeur tant que vous n’apportez quelque chose. Tout le monde n’agit que par intérêt. C’est ainsi que va le monde ces derniers temps. Wallace est charitable jusqu’à un certain point, l’être plus, ça ne serait que folie. « Mieux vaut avoir un humour un peu spécial que pas du tout. » ajouta-t-il tentant d’être sympa même si tout le monde pouvait comprendre qu’il n’avait qu’une hâte, quitter cet endroit et la compagnie de cet homme.

« Au plaisir de notre prochaine affaire, Jack ! » lança Murdoch en souriant. A l’éclat dans ses prunelles, on pouvait presque voir danser les bâtons de dynamites juste à côté d’une allumette ne demandant qu’à enflammer les mèches. William se demanda si son ami n’était pas aussi dingue que le contrebandier. Il préféra ne pas y songer. Les deux hommes accompagnés de leurs malabars quittèrent eux aussi les docks s’éloignant rapidement.

FIN


© eden memories

_________________
We can be Heroes
I, I will be king
And you, you will be queen
Though nothing will drive them away
We can be Heroes, just for one day
We can be us, just for one day
code: @REIGN IN BLOOD
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dans l'ombre, sur les quais ft Jack.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reign in Blood ::  :: Autopsie :: ARCHIVES RPS-