Bienvenue sur Les âmes mortes Invité
Ouverture du forum

D’une cible à une autre… _ [feat Kyle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 ::  :: Autopsie :: ARCHIVES RPS
MessageSujet: D’une cible à une autre… _ [feat Kyle] Lun 13 Juin - 12:07



Kyle McPherson | Isaar Foster


D’une cible à une autre…

Sous l’effet de souvenirs tristes et heureux qui pourrait être présenté comme de la mélancolie chez un être humain, qui afficherait un visage très semblable à celui d’Isaar. Mais pour l’archandroïde, l’attention focalisée sur une cible invisible, que son masque laissait transparaître, n’était que l’indice d’une mise en stand-by de son circuit de sociabilisassions. De ce fait très matérialiste et décevant à la fois, on pouvait observer une résultante, celle d’un simple listage des paramètres principaux du Memory-Disk alloué aux archives de ses missions, avant d’en transférer certains contenus dans les armoires de stockage de l’armée. Pour faire simple, il ne fallait jamais se fier à son visage, qu’il soit le fruit d’une déconnexion ou celui d’un programme d’humanisation, elle n’était qu’une machine.
Bien qu'allongée sur son fauteuil d’entretien, elle se retrouvait sous la coupe d’une humaine améliorée, dont la blouse d’un gris bleuté affirmait son appartenance à ce qui restait de l’armée. Sous ce regard d’une ingénieure étrangement douce avec ce qui n’est au final qu’un robot, toute la maintenance, qui avait été lancée durant ce que ses collègues humains désignent comme un sommeil réparateur, affichait bilans et listes détaillées des pluggins, des modules d'humanisation et autres petites fonctionnalités ajoutées durant cette nuit. Et à bien y regarder, il est vrai que toutes les images de massacres soustraites de sa mémoire avaient un effet d’un retour à l’âge d’un enfant, car sans les tortures d’une moralité programmée par une société multinationale privée, qui n’en fait preuve d’aucune, la droïde avait toute l’opportunité d’en divulguer le contenu sans s’auto-verrouiller. Détail quelque peu nuisible à celle que l’on nomme la grande muette, mais Issar n’avait pas à se soucier de ce genre de choses, d’autres le faisaient à sa place…

Après ce check-up nocturne, la très attentionnée Coraly réactiva l’ancienne ‘call-robote’ de combat, tout en vérifiant que les programmes primaires de sa première fonction n’avaient pas été affecté par les mises à jour et la nouvelle configuration que l’armée installait. Celle-ci ne voyant qu’un outil pour tenir à l’œil un service de police, dont l’employeur privé n’a que faire de la grandeur de l’Écosse. Logique alors qu’une mutuelle méfiance s’installe entre les deux entités, vu que pour Pinxit seuls ses profits revêtaient une réelle importance. Au point d’en délaisser la tâche d’éradiquer certains groupuscules nuisibles à la vision de ce qu'un état devrait être, certes sous le ciel d’un autre temps. Sans se formaliser de l’utopie de cette attente, une petite plaquette de datas ayant été mise à l’intérieur du corps de la ‘Droïde durant son inconscience, offrande de cette faction dissidente de l’armée à une résistance encore très désordonnée.
Ignorante de toutes ces basses manipulations faites dans son dos, Isaar ne repensait qu’à cette humaine améliorée qui semblait en savoir énormément sur elle, allant même jusqu’à effacer toutes traces d’elle dans la mémoire d’une cible, pour une mission apparemment conjointe avec ladite société Pinxit. Du coup, heureusement qu’Isaar ignore tout des plans à l’intérieur des plans, car son noyau d’analyse logique et de reprogrammation planterait. L’incohérence entre des ordres pour nuire à une société précise qui dans le même temps participe en harmonie à une annulation, certes, ceci profite à cette dernière, mais tout de même !.. Il y aurait même de quoi à rendre schizophrène l’humain le plus saint d’esprit de la planète.

Le plus dérangeant pour l’ancienne nettoyeuse restait d’apprendre par une autre voie que celle hiérarchique, que désormais, elle était intégrée à la section des Blade-Runners. Agissant depuis quelques temps dans la totale illégalité à des basses besognes qu’aucun humain n’accepterait d’accomplir, la voilà devenue l’un des bras de la justice censé arrêter des auteurs d’actes identiques aux siens, mais cette fois sur des objectifs ciblés par la société pourtant ennemi de ses propriétaires.
Écoutant, sans vraiment y porter l’attention soutenue qu’elle devrait, l’archandroïde regarda sa technicienne de maintenance qui ne cessait de la caresser dès que l’occasion s’offrait à elle. Un visage interrogatif se posa sur la jeune humaine, qui possédant un physique des plus avantageux n’avait guère de raison de contempler avec tant de plaisir, un ensemble de plastiques et de polymères tentant d’imiter une peau. Et surtout, devait-elle mettre en activation son programme de ‘douceurs’ en fonction pour satisfaire les sollicitations de son officier traitant.
Étonnamment et dans une logique d’obéissance toute militaire, Isaar accepta assez facilement les dessins qui lui avaient été ajoutés sur son corps, sans pour autant en comprendre la fonction. Présenté comme étant des ‘tatouages’, ils auraient pour vocation de tromper ses interlocuteurs en laissant croire qu’elle était humaine. Afin d’éviter que ses circuits neuraux plasmatiques partent sur une boucle de calcule qui n’aurait aucune finalité, la belle ingénieure installa un limiteur de recherche d’information. Rien que cette fonctionnalité, couplé à une mimique savamment choisie et programmée pour y être associée, participait à donner l’illusion d’une humanisation, si importante pour sa mission bien qu’imparfaite.

Et en parlant de son intégration dans le monde humain, il était temps de tester tous les aménagements effectués sur son programme de base pour en voir le fruit dans ce qui allait devenir sa nouvelle vie, celle d’une Blade-Runner. Le changement n’était pas révolutionnaire en soi, surtout pour ce qui concernait son véhicule de service. On pourrait même dire qu’il y avait une forme de régression sur la qualité dans ce domaine, tant son véhicule était moche et peu puissante. Un vieux modèle de Nissan, qui fut autrefois amélioré et agencé pour être utilisé par les services de police, avait subi quelques nouvelles adaptions pour faire face aux réalités du moment. Consolider pour recevoir le poids de deux archandroïds en plus de prévenus à l’arrière. Pas folichon pour la tournée des boites, donc !..
Quittant la partie militaire du laboratoire de recherche de Pinxit en direction du commissariat de police, elle se voyait obliger de se coltiner sa toubib sur le siège passager, car celle-ci devait vérifier les installations dévouées à ses recharges et l’envoi de ses rapports à Pinxit, qui avait aménagé non loin du stand de tir une sorte de caisson où irait se connecter la nouvelle recrue.
La jolie Coraly portant une grosse mallette, dont le passage au poste ne se fit pas dans la discrétion, mais plutôt sous les sifflets et les regards nettement entreprenant, fila directement vers les sous-sols en compagnie de la machine qui observait cette scène des plus intrigantes pour elle avec une certaine forme d’incompréhension. Le doux sourire que son toubib lui adressa n’en rendit pas le message plus clair pour autant. Les deux ‘jeunes femmes’ prirent l’ascenseur récemment mis à neuf par Pinxit, sans-doute pour supporter un poids plus conséquent, et qui les amena jusqu’au sous-sol. Il s’agissait du niveau des stands de tirs, les deux femmes se dirigèrent vers les postes dévoués aux tirs longues-distances. La plantureuse roboticienne ouvrit la mallette laissant apparaître un fusil HK PSG-2.03, arme très en vogue chez les tireurs d’élites.


« Isaar, je vais programmer plusieurs phases de courants d’air d’axes et d’intensités différentes dans ce tunnel de tirs longues-distances. A toi d’ajuster tes tirs en fonction des paramètres déductibles des indicateurs présents dans ce dernier...Ainsi j’analyserai que ta visée n’a pas été affectée par la surcharge de tes nouveaux programmes… »

« A vos ordres... »

Sans formules de politesses, celle qui fut lieutenant dans son précédent poste prit l’arme, l’inspecta sous tous les  angles, puis la chargea en déverrouillant les sécurités. Écartant les jambes pour plus de stabilité, l’archandroïde retrouva rapidement ses réflexes de nettoyeuse et colla son œil sur la lunette. Sans avoir à porter un casque, elle ferma son audition pour éviter des dommages à ses micros. Les cibles mouvantes se mirent en marche sous le bruit de mécanismes vieillissant, mais ne parvinrent pas à étouffer les bruits assourdissants des cinq tirs opérés avec trois minutes et trente secondes d’intervalle exactement. Bien bref pour analyser et réajuster une trajectoire future en fonction des changements de conditions.
Tout en se collant à la nouvelle Blade, Coraly enleva son casque et pris des jumelles pour découvrir le résultat de ses tirs à deux cents mètres de distance. Une moue appréciatrice laissant penser une certaine satisfaction, alors que toujours impassible, Isaar énuméra ses résultats avec la froideur d’un désintérêt plus qu’évident.


« Deux tirs à six millimètres à gauche du point cible, un à treize millimètres à gauche et les deux derniers à trois millimètres à droite... Un réalignement latéral doit être effectué. »

« Pour le moment, je vais relancer la même séquence des flux d’airs pour une autre série... Prends en compte et adapte ta visée en conséquence… »

Sous les invectives de sa supérieure, l’archandroïde s’exécute sans autres formalités, laissant tout juste assez de temps à son ingénieure contrôle d’enfiler le casque d’insonorisation. Au voyant vert du début de tir, l’ancienne tireuse d’élite fait feu sans se poser la moindre question sur la justification de cette séance. Cinq nouvelles fortes détonations percent un bref silence d’acceptation de la ‘robotte’. Cette fois, c’est une satisfaction pleine et entière qui accueille le fruit de ses shoots si rarement pratiqués au sein des Blade-Runners.
Mais les deux jeunes femmes virent leur quiétude rompue par l’arrivée, d’une silhouette haute et sportive s’inviter aux joies de tirer sur des cibles en carton. Un physique qui faisait plus pensé à un surfeur qu’à un policier, le jeune homme regarda sans pour autant s’attarder, l’étrange petit couple qu’il avait sous les yeux. Il avait lui aussi emprunter un fusil à l’armurerie du commissariat pour s’entraîner aux tirs. Son port altier et sa retenue laissait imaginer que le jeune homme était issu de milieu si pas aisé, appartenant au moins à l’une de ces vieilles familles aux principes rigoureux et élevé. Faisant preuve d’une courtoisie rare chez les blades, qu’une vie dure et confrontée à la lie de la société finissait par rendre vulgaires et brutaux.


Original code by Joy, redesigned by Mikalus
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: D’une cible à une autre… _ [feat Kyle] Lun 13 Juin - 16:04
Cela faisait plusieurs semaines maintenant que Kyle avait intégré le service des Blades Runners. Cette intégration s’était faite un peu à contrecœur, surtout après le départ inopiné d’Imeane, sa jumelle, quelques jours avant de passer les examens d’entrée. Sans qu’on puisse remettre la main sur sa sœur, le fils cadet des McPherson, avait finalement dû se résoudre à passer les tests seul, sans sa partenaire de choix, sans celle avec qui il s’était entrainé, avec qui il avait tous ses automatismes. Bien entendu, les résultats furent plus qu’excellents pour celui qui avait été entrainé dans ce but depuis son enfance, mais ils n’étaient pas parfaits, et, pour cause, il ne fallait pas chercher plus loin que l’absence de la moitié de lui-même. C’étaient à deux qu’ils avaient été élevés, entrainés, à deux qu’ils devaient faire équipe sur le terrain, poursuivre les criminels, mais, finalement, Kyle s’était retrouvé seul. Il avait fini par faire contre mauvaise fortune bon cœur, bien que conscient qu’il lui faudrait mettre la main sur sa jumelle. L’absence de cette dernière lui pesait beaucoup, moralement, et il avait beaucoup de mal à trouver le sommeil, alors qu’il ne pouvait plus serrer Imeane entre ses bras, profiter de la chaleur de sa peau, si réconfortante. Oui, les dernières nuits avaient été relativement agitées depuis son départ, et rien ne semblait pouvoir l’aider, rien qui n’était pas sa jumelle. Malheureusement, il n’avait aucune piste pour la retrouver, une simple lettre qu’il avait fini par recevoir dans la Matrice, rien qui ne pouvait lui donner des indices sur l’endroit où elle pouvait se trouver. Et, petit à petit, il finissait presque par commencer à croire qu’il ne la reverrait peut-être plus. Mais comment pouvait-il penser qu’elle avait pu l’abandonner ? Imeane avait toujours veillé sur lui, ils s’étaient toujours protégés mutuellement, pourquoi maintenant ? Il ne comprenait pas.

Mais au-delà de ses problèmes personnels, Kyle avait un devoir à remplir. Après avoir pris ses fonctions de Blade Runner, ses premières missions avaient été rapidement couronnées de succès. Le bleu s’était sorti avec succès des missions de « bizutage » qu’on lui avait confié, avant de finalement prendre sa place à part entière dans ce service. Plus proche de certains de ses collègues que d’autres, comme dans n’importe quelle communauté, Kyle n’était pas le premier, ni le dernier, pour socialiser. L’absence d’Imeane le poussait à s’ouvrir un peu plus aux autres, là où il aurait pu se contenter d’elle si tout s’était passé comme prévu. Il avait trouvé quelques camarades parmi les autres recrues arrivées en même temps que lui, et était d’ailleurs déjà parti en mission avec certaines d’entre elles. Il n’était pas aussi aisé de travailler en équipe avec quelqu’un qui n’était pas sa jumelle, mais il possédait de bonnes facultés d’adaptation, et chaque Blade n’était pas incompétent après tout. Aujourd’hui, il était occupé avec quelques papiers quand son attention fut happée, presque littéralement, par un brouhaha qui s’éleva de l’entrée du commissariat. Relevant les yeux de son bureau, il constata un attroupement et quelques sifflets. Curieux, il se leva et s’approcha d’un de ses collègues. « Qu’est-ce qui se passe ? » Son homologue se retourna, presque surpris de voir que Kyle n’était visiblement pas au courant de la situation. « On nous livre une boîte de conserve pour faire notre boulot aujourd’hui, mais j’pensais pas que sa mécano serait aussi sexy. » Le ton employé n’était pas particulièrement avenant, mais le Blade ne s’y attarda pas, jetant un œil vers ce qui était la cible de regards et de petits quolibets. Il aperçut deux femmes, qui étaient effectivement assez jolies. « Tu as vu celle de gauche ? C’est un de ces archandroïdes… Voilà qu’ils nous collent des boites de conserve maintenant… »

Kyle constata qu’il s’était laissé avoir, principalement parce qu’il n’avait pas spécialement fait attention, mais il repéra rapidement l’archandroïde et ne comprenait pas vraiment pourquoi certains de ses collègues étaient déjà hostiles à sa présence dans ces murs. Ce n’était pas son premier contact avec ce genre d’individus, et il n’avait jamais trouvé quelque chose à redire, bien au contraire, certains d’entre eux paraissaient parfois plus humains qu’eux. Alors qu’elles gagnaient les sous-sols et que tout le monde retournait plus ou moins à son travail, quelques discussions allaient bon train, rumeurs et critiques pour la plupart, sur la nouvelle arrivée. Eh bien, elle allait avoir un bel accueil… Mettant de côté ses collègues et plutôt curieux à l’idée de savoir de quel métal était faite la nouvelle venue, il prit à son tour le chemin des sous-sols, à la recherche de celle qu’il venait d’apercevoir. Au cadran de l’ascenseur, elles s’étaient arrêtées au stand de tir. Un petit sourire sur les lèvres, il fit de même. Lorsque les portes s’ouvrirent, il se dirigea tranquillement vers l’endroit où se trouvaient les deux nouvelles, les observant, en retrait. Il entendit une première série de tir et put juger, de visu, que la précision de l’archandroïde était redoutable, bien que peut-être un peu imparfaite, pour quelqu’un comme elle. Tandis qu’elles faisaient un premier bilan, Kyle récupéra l’un des fusils de précision en passant son badge sur un casier et attrapa une boite de munitions avant de se diriger sur la ligne juste à côté de celle déjà occupée. Arrivant à proximité, il les salua avec un sourire. « Kyle McPherson. J’ai cru comprendre que nous allions peut-être travailler ensemble, alors je suis venu vous souhaiter la bienvenue. » Il posa son fusil et ses munitions et tendit sa main à l’attention des deux jeunes femmes, sans aucune distinction entre l’humaine et l’archandroide. De plus près, il lui était beaucoup plus facile de faire la différence, mais ce n’était pas important à ses yeux. Après tout, si elle était ici, c’était qu’elle avait les compétences pour, n’est-ce pas ? « Je peux me joindre à vous ? À moins que vous ne préfériez rester seules ? » La dernière chose qu’il souhaitait, c’était s’imposer. Mais sa curiosité le poussait à vouloir voir quelles étaient les capacités de sa nouvelle collègue avant de la juger comme le faisaient les autres Blades.
Kyle McPherson
avatar

CODE BARRE.
LEGENDES VEHICULEES: Ce qui se dit au sujet de votre personnage, ce qu'on dit de lui dans son dos, sa réputation en somme.
INVENTAIRE: Les armes, véhicules, et objets dont dispose votre personnage sous forme de liste. Tout peut s'acheter pour qui s'en donne les moyens. (voir l'armurerie pour dépenser vos points et acquérir des objets).
DISPONIBILITE RP: Libre, complet ou indisponible, vous pouvez aussi indiquer un ralentissement ou une absence ici !
NOUVEAU MODÈLE.
NOUVEAU MODÈLE.
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 28/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 174
TRESORS VOLES : 2654
CRÉDITS : Google, Me
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: D’une cible à une autre… _ [feat Kyle] Jeu 16 Juin - 12:07

Kyle McPherson | Isaar Foster


D’une cible à une autre…

Bien qu’au départ, les deux ‘femmes’ crurent que le beau gosse avait attrapé un fusil pour se donner une certaine contenance et n’avait d’autre raison de s’incruster que celui de draguer les deux nouvelles. Une évidence lorsque l’on a un physique comme celui de ce grain de sable, tant il paraissait évident que leur entrée dans le commissariat en plus des sifflets et sobriquets lancés à la cantonade en direction de l’humaine, avait attisé la convoitise dans chaudron de testostérones. Cependant, le bleu de l’année affichait une attention égale vis-à-vis de la ‘toubib’, comme de la machine à café améliorée. Le regard intrigué et perplexe, l’ingénieure inclina son attention sur le fusil du blade, s’interrogeant sur le meilleur moyen d’utilisé ce mâle en rut.
Par hochement de tête se conformant plus à une convention sociale qu’à la volonté de sympathiser avec le mâle, qui aurait le plaisir de côtoyer quotidiennement celle contrairement à Coraly qui avait reprogrammé une bonne partie de la personnalité d’Isaar selon ses propres goûts et ne la verrait qu’une fois par quinzaine.
Un sourire malicieux et une brillance éclata dans les pupilles d’émeraudes de la mécano, qui s’il se révélait être un concurrent sérieux pour sa petite merveille. Jubilant d’allier les tests qu’elle devait conduire pour le compte de l’armée, tout en humiliant un de ces arrogants d’apprenti Casanova persuadé de pouvoir changer une nature d’inclinaison profonde.


« Vous ne travaillerez pas avec moi, mais votre présence ne me dérange pas ... et puis, vous pouvez peut-être nous permette de donner à notre séance de tirs un chalenge intéressant ? »

Laissant Isaar recharger son fusil pour une nouvelle session, l’ingénieure se replongea sur sa tablette numérique connecté à la vieille connectique du stand de tir. Plusieurs sonneries d’alertes retentir, comme si le vieux système de gestion des conditions de tirs n’appréciait guère les ‘trifouillages’ de la chercheuse. Se pinçant les lèvres sous le regard impassible de l’archandroïde qui ne prêtait aucune attention aux échanges humains, estimant sans-doute que la joute de séduction n’avait pour joueur que les deux humains améliorés.
Enfin satisfaite, un éclat de démence brillait dans les deux émeraudes qui servaient souvent à l’écossaise pour repousser une attirance non partagée.


« Si cela vous dit, pourquoi ne pas tester le même programme de déplacement aléatoire des cibles des postes longues distances ? Isaar, ne tire que sur les cibles armées. Trois points à toucher, le centre du front, le cœur et un autre endroit de ton choix. »

« Ordres reçus... »

Se tournant vers l’inspecteur McPherson, elle afficha un visage malicieux ressemblant à s’y méprendre à celui d’un enfant sur le point de commettre une bêtise. Ce qui ne désarçonna pas l’ancienne nettoyeuse, qui se focalisait déjà sur sa cible tout en offrant en spectacle son arrière train à la vue en se mettant en poste de tir.


« Même défit, si cela vous tente de le relevé ?.. » … petit moment latent … « J’aurais peut-être besoin de vous pour le parcours, Isaar n’est pas habitué au travail d’équipe, j’aurai sans-doute quelques modifications à apporter. »

Sous la trame d’un défi, la responsable de la maintenance et de l’évolution de l’archandroïde souhaitait vérifier qu’en confiant le fruit de longue années de recherches et de travail, elle ne commettait pas une énorme erreur. Craignant que sous prétexte qu’une machine n’était bonne qu’à prendre les balles destinées à humains, comme un gilet pare-balles supplémentaire.
S’affairant autour de l’arme de service que Pinxit avait fournit à la nouvelle Blade Runner, dans le cadre logique qu’à poste identique, équipement identique, alors qu’avec ses capacités nettement supérieures à celle d’un humain, même amélioré, elle aurait dû profiter des dernières évolutions d’armes de point. Toutefois, elle ne pu dissimuler très longtemps les œillades sur la posture des plus provocantes de sa policière préférée. Et comme une mère qui s’offusque des libertés que s’octroie sa fille, Coraly se plaça devant les fesses ainsi tendues, désireuse de cacher un fruit qu’elle aimerait tant croquer.
Pendant ses enfantillages, la ‘droïde réalisa sa séance de tirs sans être troublée par les gesticulations de sa doctoresse dont elle n’assimilait pas encore les motivations, tant son insertion dans revêtait une importance bien plus grande que ses jeux d’influences dont elle faisait l’objet sans vraiment l’avoir recherché. Pour y mettre fin sans offusquer l’amour propre des humains, elle activa l’un de ses modules de conciliation sociale et intervint pour signifier l’importance de se concentrer sur la tâche qui les avait conduit en ce lieu. Inclinant légèrement sa tête dans une mimique ridiculement intégrer à sa gestuelle d’humanisation pour indiquer un étonnement que son visage sans expression ne corrélait pas d’une évidence symbolique.


« Colonel Mc Dowell, vous ne deviez pas informer dans les plus brefs délais les résultats de mes tests à nos supérieurs ?... »

La belle tireuse d’élite avait finit son dernier test de tirs longues distance en choisissant les parties génitales des cibles mouvantes pour troisième tir. Ne cessant de prendre du retard sur son planning d’infiltration par les continuelles errances de sa technicienne de maintenance, l’archandroïde avait repositionné ses urgence en fonction de sa programmation maîtresse insérer par cette fantomatique section dissidente de l’armée.
Portant son intérêt à son futur collègue, Isaar fixa son regard sur celui de l’inspecteur McPherson en dévoilant son zoom électronique, reconnaissable par les éclats circulaires bleutés tournant sous la mise au point.


« C’est à votre tour … je crois ! »

S’écartant du passage du beau surfeur, elle tendit le bras pour indiquer à l’inspecteur qu’il lui faudrait se montrer à la hauteur. Comme si elle désirait signifier que tout, sans exception, serait fait pour être intégrer dans le service de police afin de se confondre dans la masse afin d’avoir l’opportunité d’avancer dans la suite de sa mission.
Sous une moue des plus significatives, Coraly affichait sa rancœur d’être ainsi rembarrer et remis à sa place, par ce qui lui devait tant. Baissant la tête en suivant une trajectoire diagonale, la lieutenant-colonel Mc Dowell cherchait une réplique pour reprendre le contrôle de cette subordonnée bien insolente. Cependant, elle savait que l’archandroïde enverrai un rapport complété de séquence vidéo illustrant ses constations à leurs supérieurs, qui aurait une attitude bien plus abrupte que celle de cette machine.


« Oui, tu as raison... J’accéderai à tes résultats au parcours par la matrice. »


ORIGINAL CODE BY JOY, REDESIGNED BY MIKALUS

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: D’une cible à une autre… _ [feat Kyle] Ven 17 Juin - 8:38
S’il avait dû donner son avis sur la façon dont il avait été accueilli par les nouvelles venues au poste, il aurait probablement émis quelques doutes sur celle qui était, de ce qu’il pouvait en voir, une humaine. Elle avait un regard et une attitude qui pouvait laisser entendre qu’elle ne portait pas haute estime au Blade Runner qui venait de faire irruption. Bien entendu, il pouvait parfaitement comprendre qu’il dérangeait ou tombait simplement « mal », mais il y avait plus qu’une simple gêne dans son regard, un peu comme s’il se faisait déjà juger avant même d’avoir eu le droit à un procès équitable. Enfin, ce n’était pas spécialement important. Certaines personnes étaient plus à même de se fier à des préjugés et des idées préconçues, il suffisait simplement de leur faire changer d’avis en leur montrant que les apparence étaient parfois plus trompeuses qu’on ne le pensait. Reprenant sa main dont personne ne voulut, il soupira en silence, conscient que les choses ne seraient visiblement pas faciles, mais, peut-être ne pouvait-il pas blâmer l’Archandroïde, de ce qu’il en savait, leurs limites étaient les conséquences de leur programmation, et tous n’avaient pas d’interfaces sociales particulièrement efficaces. Bah ! Posant sa deuxième main sur son fusil, prenant un peu appui sur ce dernier, posé sur le sol, Kyle eut un léger sourire à l’évocation d’un challenge, comprenant néanmoins que les rumeurs étaient vraies et que l’Archandroïde serait probablement des leurs à partir de maintenant, ce qui était loin d’être un problème pour lui. « Avec plaisir. Tout pour pimenter du tir sur cible ! » Le champ de tir était un excellent endroit pour se défouler ou pratiquer un peu ses compétences, mais le papier-carton avait ses limites lorsqu’on s’y entrainait tout seul. L’amélioré n’avait aucune idée de ce que son homologue humaine avait en tête, mais ce serait probablement beaucoup plus passionnant.

Silencieux, il observa la scène avec un certain détachement non dénué d’intérêt. La future Blade Runner attendait patiemment, rechargeant son arme non sans dextérité, pendant que l’humaine – qui n’avait d’ailleurs pas daigné lui donner son nom – jouait avec sa tablette au point de malmener les systèmes du champ de tir. Perplexe, il la regarda faire sans l’interrompre jusqu’à ce qu’elle finisse, apparemment, par arriver à ses fins. Cibles en mouvement aléatoire ? Voilà qui risquait d’être intéressant, effectivement. Kyle hocha simplement la tête pour une confirmation rapide, avant que l’intéressée ne se retourne vers l’archandroïde prénommée Isaar. Au moins venait-il d’apprendre le prénom de sa future collègue, c’était déjà ça. Les règles étaient relativement claires, mais si l’Ecossais doutait de faire mieux qu’une machine probablement programmée et calibrée pour ce rôle, il n’était vraiment pas mauvais à ce petit jeu non plus. Observant Isaar prendre place au stand de tir, il n’eut ni geste déplacé, ni regard insistant, tout au plus un avis professionnel sur son positionnement qui était très bon. Ils ne faisaient pas les choses à moitié, assurément. Il reporta son attention à l’humaine, toujours inconnue, qui lui proposa le même défi. « Autant me ridiculiser sans traitement de faveur. » Il esquissa un sourire. Bon, il se dévalorisait volontairement, mais, de toute façon, il avait l’impression qu’elle s’était déjà faite une bonne idée négative à son sujet, alors il n’était plus à ça près, n’est-ce pas ? « Et si vous avez besoin d’un coup de main, ce sera avec plaisir. » Il avait dit cela sans arrière-pensées, sans même une once de lueur malsaine dans le regard, sans une variation de la voix notable. Un champ de tir était décidément le dernier endroit pour ce genre de choses, de son point de vue.

Attendant patiemment son tour, Kyle observa la séance de tir de l’archandroïde, sans même faire attention au léger déplacement de sa collègue qui était venue la masquer en partie. Les cibles s’enchainèrent, armées, non armées, mais la précision d’Isaar était impressionnante, même s’il devait se demander pourquoi elle avait choisi comme troisième point-cible les parties génitales. Un signe ? Il fallait espérer que non, ou alors elles n’avaient définitivement pas un avis très positif sur lui. Enfin, à sa décharge, c’était une cible particulièrement efficace, même s’il aurait opté pour des points moins vitaux. Depuis son arrivé, le Blade Runner s’était fait une priorité d’attraper les criminels vivants, enfin le plus possible, et s’arrangeait généralement pour simplement les incapaciter le temps de les arrêter et, pour ça, une balle dans la jambe et l’épaule était suffisant. Enfin, les goûts et les couleurs… Lorsque Isaar eut fini, l’Amélioré n’avait pas besoin de connaître les résultats, il les avait vu et était véritablement impressionné. Si ses collègues avaient des doutes, voir cette démonstration leur aurait peut-être donné des raisons de vouloir l’avoir comme partenaire. Quelqu’un qui savait tirer avec précision était toujours un bon coéquipier. L’archandroïde interpella son responsable. Colonel McDowell. C’était un début. Alors qu’elle se tournait vers lui, Kyle acquiesça lorsqu’elle suggéra que c’était son tour. « En piste, alors. » Il esquissa un sourire à l’attention d’Isaar et prit place dans le poste de tir, dans une position quasi identique à celle qu’avait prise cette dernière un peu plus tôt. Il vérifia deux ou trois choses, ajusta le viseur et arma la première balle, sans faire plus attention à ce qui pouvait se passer derrière lui. « Quand vous voulez, Colonel. » Il prit une inspiration et attendit que la séance commence…
Kyle McPherson
avatar

CODE BARRE.
LEGENDES VEHICULEES: Ce qui se dit au sujet de votre personnage, ce qu'on dit de lui dans son dos, sa réputation en somme.
INVENTAIRE: Les armes, véhicules, et objets dont dispose votre personnage sous forme de liste. Tout peut s'acheter pour qui s'en donne les moyens. (voir l'armurerie pour dépenser vos points et acquérir des objets).
DISPONIBILITE RP: Libre, complet ou indisponible, vous pouvez aussi indiquer un ralentissement ou une absence ici !
NOUVEAU MODÈLE.
NOUVEAU MODÈLE.
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 28/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 174
TRESORS VOLES : 2654
CRÉDITS : Google, Me
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: D’une cible à une autre… _ [feat Kyle] Mer 22 Juin - 17:45

Kyle McPherson | Isaar Foster


D’une cible à une autre…

Peu connaissait le but à l’intégration de l’archandroïde au sein des forces des Blades Runners, fruit d’une vision différente de ce que devrait être le rôle de cette organisation de maintient de l’ordre, son propriétaire comptait bien reprendre la main. Certes, l’utilisation d’une machine dont les erreurs pourraient-être mises sur le compte de bogues d’une programmation de la société qui vous réduisait à presque rien, alors que les réussites pouvaient facilement servir une propagande narcissique. Cependant, les arrestations des subalternes militaires avaient souvent l’effet d’un coup d’épée dans l’eau, elles ne laissaient peu de trace de son impact, pour ne pas dire que la mémoire collective en effaçait même l’existence. Une éradication systématique des criminels pour un nouvel intervenant avait en plus l’avantage d’amoindrir la puissance d’actions, de désorganiser et de terroriser ceux qui commençaient à s’imaginer ne rien devoir craindre, mais cela focalisait l’attention des ‘hors-la-loi’ sur l’auteure de ses massacres.
Cependant, le nombre de lignes de codes de pondération adjointes au programme ciblant sur cet objectif primaire en rendait la validité difficile à mettre en application par une machine. La lourdeur des boucles de contrôles des programmes d’assimilation à une perception plus policière que militaire rentraient nettement en conflit, au point de laisser le système I.S.A.A.R. prendre le relais et de passer par-dessus le logiciel d’humanisation. Du coup, il fallait vraiment que son futur partenaire ne s’attarde pas trop au comportement froid et distant de la belle archandroïde, qu’il ne cherche donc pas la trace d’une humanité inexistante.

Impassible, la jolie robote observa la séance de tir de son futur co-équipier avec une curiosité presque enfantine, analysant avec une logique toute mécanique que le comportement de l’humain correspondait bien plus au standard d’un policier et ainsi comblerait ses réflexes militaires, se résumant à la seule priorité, tirer sur tout ce qui bouge. Elle reprogramma donc sa ligne de conduite en instaurant une modération dans ses tirs futurs en gardant comme objectif secondaire de préserver son équipier vivant et ne pas lui tirer dessus. Dans le même temps, elle étudia les rictus et les propos de ce professeur inattendu et insoupçonné pour y percevoir une certaine déception quant à l’accueil qu’il venait de recevoir des deux femmes. La demoiselle sélectionna un module de sociabilisassions plus adapté à l’attitude dont avait fait preuve l’inspecteur McPherson durant de simples salutations, mais quelle répartie correspondrait le mieux au geste généreux et amicale ainsi reçu de la part d’un Blade Runner qui ignorait tout de son parachutage. Lançant une séquence complète d’analyse des échanges qui venaient d’avoir été versé dans la coupe d’une future amitié, le constat n’était guère flatteur pour le système d’analyses et de reprogrammations. Toutefois, I.S.A.A.R. afficha une autre source au germe d’une mésentente naissante qu’il fallait très vite tuer dans l’œuf de sa genèse et n’était autre que son ingénieure maintenance.

Consciente des impairs que sa mécano avait jeté comme autant de grenades incapacitantes et que ses paroles sèches et abruptes pouvaient y être assimilées au final à des attaques ciblées, Isaar cherchait un moyen d’adoucir ce premier contact. La ‘droïde décida d’observer une plus grande accessibilité envers un collègue, qui n’avait commis aucune faute social, heureusement elle lui restait la possibilité de jouer d’un physique travaillé pour sa précédente activité, ainsi que des reliquats de sa programmation de cette période si insouciante.
Bien que l’on ne puisse lui en attribuer la responsabilité, posséder un physique de mannequin était chose rare dans le monde des combattants, souvent vêtus d’un masque de cicatrices dû à de multiples confrontations rarement sans conséquences. Cela dit, les progrès de la chirurgie réparatrice atteignaient des sommets, si tant soi peu l’on avait le moyens de se les offrir. Son apparence avait donc une chance d’être confondue avec celle humain, enfin tant que l’on ne s’attardait pas sur son regard. Sans trop en rajouter, l’inspecteur Foster plaça sa féminité en avant, comme un rempart à une amertume plus que justifiée. Sans aller jusqu’à afficher une attitude de ‘ Pompom’s girls ’, la nouvelle blade adopta un sourire qui avait un quelque chose de flippant.

La séquence de tirs fut lancer, donnant une bonne impression global sur les talents du jeune inspecteur, l’archandroïde assistait à des immobilisations froides et sobres, là où elle avait tué toutes ses cibles sans accorder la moindre échappatoire. Une logique étrange pour celle dont la mort de ses opposants lui garantissait d’être à l’abri d’un éclat dû à une dangereuse complaisance. A l’image de l’histoire du scorpion et de la tortue, la demoiselle Foster voyait dans la retenue de Kyle une source d’ennuis imprévisibles et des plus néfastes dans ses gestes bien trop altruistes pour être récompenser dans une période de cahot général. Se plaçant juste derrière lui en pleine séance de tir, afin de mieux observer sa façon de cibler et y déceler non une maladresse, mais une volonté cordonnée et déterminée qu’elle devra faire sienne. Il n’y avait aucune gêne pour la machine qui mesurait de façon plus efficace la dextérité de cet humain, qui fera un excellent collègue sur lequel elle pourra compter, avec certes la réserve d’un cœur un peu trop tendre du point de vue d’une nettoyeuse.
Se détachant d’une opinion rassurante maintenant établie, le matricule ISAAR-X-021-EK s’écarta de son équipier. Ensuite, elle envoya par la matrice la confirmation que l’inspecteur McPherson avait tout le potentiel indispensable pour devenir son binôme au sein des forces de police. Inclinant légèrement la tête sur le côté, ses iris laissèrent alors apparaitre un cercle discontinu d’un bleu vif tournant sur lui-même comme s’il opérait un ajustement optique.


« Veuillez excuser mon ingénieure de maintenance … Mon affectation au sein des Blades Runners va à l’encontre de ses propositions à nos supérieurs … Son module de sociabilisassions n’est pas aussi affiné que celui de socialisation. »

Tout en restant de marbre en ne donnant aucune indication visuelle sur la réponse obtenue par le biais de la matrice, Isaar s’engagea dans la suite de son programme d’intégration sans montrer ne serait-ce qu’un embryon d’une émotion. Insondable comme à son habitude, son visage impassible et le corps étonnement neutre, il était même difficile d’imaginer la moindre idée sur une apparence aussi figée et fermée.
Etait-ce une attitude volontaire ou le fruit évident d’une programmation se résumant à sa plus simple et réduite condition ?..
Un peu des deux en vérité, les nombreux conflits entre des programmes ajoutés les uns aux autres et possédant des buts souvent incompatibles. Le résultat, aucun indice n’indiquait la voie d’une compréhension spécifique et sûre des actions futures de la machine. La colonel n’ayant sans-doute pas jugé nécessaire de faire apparaître la plus petite expression envers des collègues, dont elle avait arbitrairement choisi de ne voir que l’incapacité à accepter la différence au profit d’un narcissisme très fréquent chez ces détenteurs d’une relative autorité.
Il faut dire qu’avec des vêtements si moulant, que le genre artificiellement obtenu dont elle fût originellement équipé, révélait une féminité sans le moindre mystère. Allant même jusqu’à réveiller la libido d’individus qui affichaient souvent une virilité un brin excessive. Alors, mettre sous le nez une telle tentation, qui se révélait très perturbante lorsque l’on découvrait la véritable nature de sa propriétaire, revêtait une forme de sadisme des plus vicieux.
L’archandroïde n’en avait cure, seule la confirmation d’un choix judicieux à prendre Kyle comme équipier occupait son algorithme de sélections objectives.


« Accepteriez-vous de m’accompagner dans le parcours d’entrainements urbains ?.. »

En dehors d’une validation de la formation théorique de tout futur Blade Runner, peu d’inspecteurs retournaient se confronter à ce fac-similé de la réalité, alors que cette dernière s’offrait à volonté à des chasses sauvages.


ORIGINAL CODE BY JOY, REDESIGNED BY MIKALUS

Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: D’une cible à une autre… _ [feat Kyle] Ven 24 Juin - 11:25
Kyle descendait souvent au champ de tir pour s’entrainer, ou, plus généralement, pour décompresser. C’était l’avantage de pouvoir tirer sans retenue, de vider un chargeur complet sans arrière-pensée. Tirer sur du carton n’était pas le plus passionnant mais le Blade Runner croyait encore que son rôle consistait principalement à protéger les habitants du ghetto et non à tuer des criminels par dizaines. Certes, il était beaucoup délicat – et dangereux – de se contenter de stopper et d’immobiliser des ennemis plutôt que de les tuer froidement, mais ce n’était pas son rôle d’appliquer la Justice, il se contentait d’amener devant elle ceux qui devaient se soumettre à son jugement. Le futur devrait finalement révéler que les bonnes résolutions du cadet des McPherson ne passeraient pas l’hiver de cette année, sans que l’on puisse réellement dire pourquoi. Une remise en question, peut-être ? Positionné presque confortablement, le policier attendit que les cibles commencent à apparaître et bouger. Certaines étaient armées, d’autres non. Le but ici était de, bien entendu, ne toucher que les cibles menaçantes. Fidèle à sa propre conception de son métier – Kyle était redoutablement efficace depuis son arrivée au poste, mais comptait parmi les officiers les moins létaux – il s’évertua à tirer dans des zones douloureuses mais non mortelles. Epaule du bras qui tenait l’arme, jambe, pied… Chaque cible en prenait pour son grade, néanmoins il était clair que, dans la réalité, aucune d’entre elles ne serait morte. L’efficacité du Blade Runner n’était pourtant pas aussi redoutable que son homologue Archandroïde. Si la précision était au rendez-vous d’une manière quasiment identique, il y avait une différence notable dans le temps de réaction, bien que relativement intangible pour l’œil non exercé, où l’on constatait simplement que l’Humain semblait prendre une décision avant de tirer, là où la machine était peut-être juste impitoyable, décalant temporellement de manière systématique chaque premier tir sur une cible.

Comme toujours, lorsqu’il était concentré à quelque chose, Kyle ne faisait plus attention à ce qui l’entourait. Il ne remarqua même pas qu’Isaar s’était placée juste derrière lui, ou plutôt, ne s’était pas déconcentré pour si peu. Et puis, il était évident qu’il allait être observé, après tout, il avait fait la même chose avec sa future collègue lorsqu’elle était à sa place, quelques minutes plus tôt. Alors qu’il tirait la dernière balle de son chargeur, le Blade Runner se redressa en même temps que la séance de tir prenait fin. Posant son fusil, il jeta un œil à l’écran récapitulatif qui se trouvait à côté de lui et qui recensait l’ensemble des cibles ainsi que les différents points d’impact. Ce n’était pas trop mal, ou du moins pensait-il clairement ne pas s’être ridiculisé, ce qui était un bon commencement. Il se retourna finalement et ne manqua pas d’observer les yeux, particulièrement lumineux, de sa nouvelle collègue. Difficile de faire abstraction du fait qu’elle n’était pas humaine, assurément, mais ce n’était pas plus dérangeant que cela. Kyle connaissait déjà plusieurs archandroïdes dont une avec laquelle il avait eu l’occasion de passer pas mal de temps à la Citadelle. Vraiment, il comprenait difficilement pourquoi une grande majeure partie de la population faisant tant de foin au sujet de ces robots. Certes, il fallait prendre en compte quelques singularités inhérentes à leur nature artificielle, mais cela ne voulait pas simplement dire qu’il n’était pas possible d’avoir le même genre d’interactions qu’il était possible d’avoir avec un être humain. Mieux valait oublier l’idée de les inviter boire un verre ou manger un morceau car ils n’en n’avaient aucune utilité directe, mais ils pouvaient parfaitement être de bonne compagnie pour toute la partie sociale qui accompagnait généralement ce genre d’évènements.

Le Blade Runner resta quelque peu sceptique devant Isaar après ses propos. C’était le phrasé, surtout. Le contenu était assez clair, en soi. Après tout, on pouvait très bien connaître les règles de la vie en communauté, mais ne pas véritablement vouloir les appliquer. Enfin, peu importait, si elle faisait des analogies avec sa propre programmation, cela restait relativement clair, il faudrait juste qu’il s’y habitue un peu. Ceci dit, il se demandait bien ce que l’ingénieure de maintenance avait bien pu vouloir pour son robot. Y’avait-il plus à voir qu’une simple intégration ? Bah… « Ne t’en fais pas. Ce n’était pas comme si je m’étais incrusté sans invitation. » Il esquissa un léger sourire, un peu gêné avant que l’archandroïde ne lui demande de l’accompagner au parcours d’entrainement urbain. Cela faisait de longues semaines, voire des mois, qu’il n’avait pas remis le pied là-bas, mais après tout… Cela ne pouvait pas faire de mal, n’est-ce pas ? « J’espère juste ne pas être trop rouillé sur ce parcours, ça fait quelques temps maintenant… » Non pas qu’il était possible de le mémoriser, mais il y avait certaines étapes qui restaient sensiblement les mêmes mais tout comme la réalité pouvait parfois surprendre même après des années d’entrainements, revenir à quelque chose de « simulé » après n’avoir connu que la réalité pouvait probablement faire le même effet. Délaissant le fusil, il vérifia son arme de poing et accompagna sa collègue vers l’entrée du fameux parcours. « Une fois qu’on aura fini ici bas, je pourrais te faire, rapidement, une visite des lieux, même si j’imagine qu’il doit être facile pour toi de récupérer un plan des lieux. » Oui, l’idée qui semblait, en premier lieu, intéressante, semblait tomber à l’eau rapidement. « Disons, que ça aurait le mérite d’être un peu plus passionnant qu’un plan. » Une petite tentative pour se rattraper. Il était parfois difficile de se souvenir que ces archandroïdes restaient des robots, avec une mémoire et des accès à la matrice et, pour lesquels, certaines choses n’avaient simplement aucun intérêt. Mais c’était peut-être le lot de tout ceux qui essayaient de voir un peu plus qu’un simple robot.
Kyle McPherson
avatar

CODE BARRE.
LEGENDES VEHICULEES: Ce qui se dit au sujet de votre personnage, ce qu'on dit de lui dans son dos, sa réputation en somme.
INVENTAIRE: Les armes, véhicules, et objets dont dispose votre personnage sous forme de liste. Tout peut s'acheter pour qui s'en donne les moyens. (voir l'armurerie pour dépenser vos points et acquérir des objets).
DISPONIBILITE RP: Libre, complet ou indisponible, vous pouvez aussi indiquer un ralentissement ou une absence ici !
NOUVEAU MODÈLE.
NOUVEAU MODÈLE.
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 28/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 174
TRESORS VOLES : 2654
CRÉDITS : Google, Me
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: D’une cible à une autre… _ [feat Kyle] Dim 2 Oct - 9:38
Sorry...:
 

Kyle McPherson | Isaar Foster


D’une cible à une autre…

Une programmation froide et distante, mais réfléchie très en amont, avait été faite par une ingénieure lesbienne 'hétérophobe', qui exposait assez clairement un passé avec la gente masculine n'avait été que douloureux. En y regardant de plus près, les cibles affichaient une étrange lacune de matière à l’entre jambe, devaient-on y comprendre un ressentiment de la machine envers le sexe masculin ou la volonté d’une programmatrice zélée d’affirmer sa main mise sur son ‘bébé’. Par prudence, n’importe quel représentant du chromosome XY saurait que le terrain semblait miné et garderai une marge de sécurité, ce qui était le cas du beau Kyle, qui devait  de toute façon appartenir à cette caste de chanceux dont le physique lui fournissait aisément de la viande fraîche à consommer sans avoir de grand effort à faire.
L’archandroïde inclina légèrement la tête sur le côté en contemplant les silhouettes poinçonnées en papiers de son collègue sous un objectif essentiellement professionnel d’immobiliser la personne qu’elle représentait. Lançant une analyse anatomique par sa connexion système, Isaar interpréta ce ciblage comme spécifiquement policier, comparativement à son passé de nettoyeuse où la quête de garder ses cibles en vie était très secondaire, voir inexistante.

Bilan de la séance de tirs du beau gosse, le bladerunner avait largement obtenu sa qualification et gagner le mérite d’attester sa maîtrise du maniement des armes, car être capable de choisir une visée non mortelle bien qu’ immobilisant, mais il reflétait une faille et un potentiel danger pour son partenaire de ronde. Les illégaux et révolutionnaires n’avait aucune raison de respecter les règles, car une fois arrêtés, ils ne pouvaient que regretter d’être en vie, donc peu se laissait entraver de leur liberté en se plaçant dans une configuration offrant le choix au flic de la Pinxit de l’endroit où tirer.
Le caractère humain et son imprévisibilité revêtait toujours le voile du mystère sur des procédures que sa simple logique mathématique et programmée avait soin de réduire à un arbre décisionnel simplifié au maximum. Toutefois, de petit bogue dans ses lignes de codes commençaient à démontrer que son module d’adaptabilité avait indubitablement une réelle nécessité. Apparemment en observant la réaction de son interlocuteur, ses paramètres de ciblage ne correspondaient qu’à une partie de la population humaine, se révélant tout aussi dangereux que les choix de Kyle.

Les modifications de sa mécano, qui avaient pour but de la rendre moins ‘terminator’ et un brin plus social, allaient l’isoler et ne correspondaient pas aux besoins de sa nouvelle fonction. Gardant sa programmation pour la gente masculine, elle intégra l’option de Mr McPherson pour tout autre opposant.
Encore en pleine réflexion, c‘est avec l’accord de se partenaire offert par le hasard du chaos quantique que la jolie ‘fliquette’ mécanique s’équipa comme pour un débarquement. Couteau de 'Marines' glissé dans l’étui attaché au mollet droit, enfilant son gilet par balles dernière génération bardé de quatre grenades fumigène et de deux soniques incapacitante. Enfin, pour parfaire le tout, elle sortit son glock de service dans son vieux holster également de service à peine mis par-dessus son gilet par balles. Après avoir placé deux chargeurs en réserve dans la ceinture du holster et la sombre droïde en inséra un dans son flingue et l’arma.
Se sachant observé, l’appétissante ‘robote’ ne montrait aucun signe d’émotion, de satisfaction ou d’amertume dans l’usage d’arme obsolète alors qu’elle avait connu les dernières évolutions d’armes de poing, consciente que les services de police étaient toujours les plus mal équipés des corps armés gouvernementaux.


«  Je devrais obtenir une nouvelle arme de service avec son holster adapté, mais les paperasses et les autorisations ne sont pas les faciles à obtenir quand le récipiendaire est une machine…  »

Sans perdre plus de temps, Isaar prit la tête du duo fraîchement constitué, son ‘process’ d’intégration avait éclairé l’impératif de prouver à ses futurs co-équipiers de son efficacité sur le terrain, afin que ses collègues restent moins dans leurs méfiances et leurs réserves, tant qu'à faire équipe avec elle, autant se donner tous les atouts.
Bien que l’aspect artificiel du parcours fût des plus évidents, la bonne élève opéra son entrée dans le monde de la coopération en binôme, en recherche d’une complémentarité qui rendrait leur team du moment extrêmement efficace.


«  …en ce qui concerne la visite guidée, le concept me paraît effectivement plus adapté pour rompre la méfiance somme toute naturelle des humains.   »

En se rendant plus abordable et sociable, elle se confondrait bien plus rapidement dans le décor et deviendrait l’une des leurs, du moins c’était la phase préliminaire du plan de Pinxit.
Bien que l’aspect artificiel du parcours fût des plus évidents, la bonne élève opéra son entrée dans le monde de la coopération en binôme, en recherche d’une complémentarité qui rendrait leur team du moment extrêmement efficace. Signalant par des gestes la répartition de la surveillance des champs visuels, arrière pour Kyle, avant pour Isaar. Dans ce choix, elle lui montrait une confiance acquise automatiquement pour les besoins de l’exercice et qu'elle espérait devenir sienne dans le futur.
Bien que ses radars avaient localisés des cibles armées derrières elle, elle n’ajusta que les deux tireurs dans son viseur, laissant Kyle lui prouver son utilité.


ORIGINAL CODE BY JOY, REDESIGNED BY MIKALUS
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: D’une cible à une autre… _ [feat Kyle] Lun 24 Oct - 13:42

Depuis son entraînement et sa « mise en condition » pour devenir un Blade Runner, Kyle avait particulièrement insisté sur le côté non létal. Certains pouvaient le voir comme un idéaliste, mais ce n’était pas vraiment le cas. En réalité, il se fichait un peu de ce que pouvaient penser les autres, de ce que ressentaient les criminels, mais pas de ce que pouvait penser sa jumelle. C’était elle, en quelque sorte, qui l’avait poussé dans cette voie, à agir de la sorte. Il y avait bien entendu des inconvénients, mais aussi des avantages, à ne vouloir qu’immobiliser et neutraliser ses adversaires plutôt que de les abattre froidement. Cela n’avait pas toujours été son point de vue, mais Imeane avait réussi à imposer le sien à son cadet, ou plutôt, à le convertir. Pour elle, c’était un sacrifice qu’il faisait volontiers, parce que, à l’époque, il savait que cela lui ferait plaisir de savoir que son frère ne tuerait pas tous les criminels qu’il croiserait, et, rien que pour ça, il ne voyait pas de raison de ne pas le faire. Bien entendu, la disparition d’Imeane, sa fugue, son absence à ses côtés, avaient commencé à le changer quelque peu, à le troubler, mais cela n’avait pas changé, pas encore, sa façon d’agir, de faire son métier. Sa séance de tir était donc fidèle à lui-même : épaules, jambes… Des cibles de choix pour malmener sa cible, la mettre hors d’état de nuire et la rendre inoffensive sans, pour autant, y mettre une notion totalement définitive. Apparemment, cette façon de faire n’avait pas trop choqué l’archandroïde, même s’il était difficile de dire, à première vue, s’il était seulement possible de déterminer ce qui pourrait l’affecter ou non. L’inspecteur supposait que tout était une question de programmation, même si, généralement, ces individus étaient un minimum conçus pour être capables de raisonner par eux-mêmes.

Parcourir à nouveau le circuit d’entraînement n’était pas une perspective des plus réjouissantes, mais il avait suffisamment de curiosité pour l’état des lieux de ses propres compétences que pour celles de la « personne », qui se trouvait en face de lui. Généralement, le circuit n’était pas spécialement compliqué, il servait principalement de test pour les nouvelles recrues et une fois passé, plus personne n’y mettait les pieds, peut-être de craintes de le rater et de passer pour un bleu. Ceci étant dit, il n’était jamais trop tard pour se remettre en question et continuer à apprendre. Suivant l’archandroïde jusqu’à la salle de préparation qui précédait le terrain, il l’observa s’équiper comme si elle partait en guerre. Couteau, arme, chargeurs, gilet pare-balle, grenades… Elle serait partie affronter un régiment de militaires qu’elle n’aurait probablement rien changé à cet équipement. Plus sobre, Kyle se contenta de son gilet et de quelques chargeurs supplémentaires pour son arme, principalement pour ne pas trop s’encombrer. Il devait admettre qu’il ne voyait pas trop à quoi pourraient servir les grenades fumigènes. A la remarque sur son arme, le Blade Runner eut un petit sourire amusé et haussa les épaules. « Ils ne sont déjà pas très rapides de base, alors je n’ose même pas imaginer… On passera à l’armurerie après, on devrait pouvoir s’arranger avec Dereck, ne t’en fais pas. » La paperasse était une chose, mais par contre, il était hors de question de la laisser sortir avec une arme non réglementaire. Et, machine ou pas, il aurait été malvenu de laisser trop trainer les choses. Qui plus est, Dereck, qui supervisait l’armurerie, était plutôt sympa et suffisamment ouvert d’esprit pour, probablement, donner son arme à l’Archandroïde quelques jours en avance, le temps que ladite paperasse soit en règle.

Une fois prêts, Kyle suivit sa partenaire d’entraînement et ils passèrent la première porte qui se ferma derrière eux et où ils purent lancer le test en lui-même. Procédure aléatoire, comme toujours, ils ne sauraient ce qui les attends qu’au terme d’un très court briefing leur décrivant la situation en quelques mots, histoire qu’ils connaissent leurs objectifs, s’il devait y en avoir. « Certains sont un peu vieux-jeu, ne t’inquiète pas, ils s’habitueront rapidement. C’est le côté « nouveau », j’ai aussi eu le droit à des regards en coin la première semaine. » Kyle essayait de la mettre en confiance, pour qu’elle ne se fasse pas une mauvaise idée de ce que pouvaient penser les gens d’elle. A dire vrai, il ne savait pas ce que pouvaient penser la plupart de ses collègues et peut-être que beaucoup d’entre eux pensaient effectivement du mal de cette archandroïde, mais, de ce qu’il en avait vu – et de ce qu’il allait en voir, il n’en doutait pas – elle aurait tôt vite fait de se faire une place parmi eux. Alors qu’ils pénétraient finalement sur le terrain, le Blade Runner se concentra davantage, laissant sa partenaire improvisée prendre les devants, couvrant alors leurs arrières. Travailler en équipe n’avait jamais fait peur à Kyle, d’autant que, techniquement, il aurait dû travailler avec sa jumelle… Il chassa cette idée de son esprit et se concentra sur sa propre tâche, essayant de repérer de possibles cibles à neutraliser avant qu’ils ne le soient eux. Deux débouchèrent d’une ouverture et il ne fallut pas longtemps à l’inspecteur pour les désarmer d’un tir à l’épaule pour l’une et dans le bras pour l’autre. Mais, pour l’instant, il se concentrait davantage sur le fait de suivre sa partenaire, parce qu’ils étaient deux dans cette histoire et ils n’avaient aucun intérêt à se retrouver séparés.
Kyle McPherson
avatar

CODE BARRE.
LEGENDES VEHICULEES: Ce qui se dit au sujet de votre personnage, ce qu'on dit de lui dans son dos, sa réputation en somme.
INVENTAIRE: Les armes, véhicules, et objets dont dispose votre personnage sous forme de liste. Tout peut s'acheter pour qui s'en donne les moyens. (voir l'armurerie pour dépenser vos points et acquérir des objets).
DISPONIBILITE RP: Libre, complet ou indisponible, vous pouvez aussi indiquer un ralentissement ou une absence ici !
NOUVEAU MODÈLE.
NOUVEAU MODÈLE.
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 28/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 174
TRESORS VOLES : 2654
CRÉDITS : Google, Me
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: D’une cible à une autre… _ [feat Kyle]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
D’une cible à une autre… _ [feat Kyle]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» « Chaque tir n’atteint pas sa cible, chaque prière n’est pas exaucée. » [Mad]
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les âmes mortes ::  :: Autopsie :: ARCHIVES RPS-
Sauter vers: