LE FORUM VA ÊTRE RESTRUCTURÉ

Partagez | 
 

 I'm sorry, but it's my job mister ! (Pv Sileas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
SOLITAIRE.
sans attache
Shaya Crosswell
avatar
Attrape-moi,

SIGNALEMENT : Une voleuse, joueuse, féline qui n"hésite pas à se foutre dans les pires guêpier pour que sa famille vive confortablement. Qui n'hésite pas à relevé tous les défis qu'on lui offre.
Jouons un peu...
Des liens en pagaille
Carnet d'une féline

Enfin, si tu peux !

DATE DE PÉREMPTION : 11/06/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 99
TRESORS VOLES : 1988
CRÉDITS : Moua
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: I'm sorry, but it's my job mister ! (Pv Sileas)   Mar 14 Juin - 10:55

Je le suis, tranquillement, avec patience et surtout attention. Pauvre type que tu es, tu penses sérieusement que tu vas pouvoir m'échapper, même au milieu de cette foule, je sens ton odeur, exécrable, acide. Je peux entendre tes mots, acerbes, dénuées de toute émotions. J'ai toujours dis que s'en prendre à ma famille n'est pas la bonne chose à faire, t'aurais pas du t'en prendre à notre petite dernier et dés que je peux, je te choppe et je m'occupe de toi. Voilà la pensée qui m'anime en ce moment même. Traquer et faire passer un sale quart d'heure à ce connard qui a cru bon de tabasser mon petit frère parce qu'il est différent et que ses yeux sont gris au lieu d'être vert, bleu ou marron. Sale enfoiré, si la différence te débecte à ce point, va donc voir ailleurs. Personne ne t'as rien demander merde. Je suis énervé, plus qu'énerver, je suis dans une colère noir. Je ne supporte pas qu'on s'en prenne à nous parce que nous sommes différents. OOOOhhhhh mon dieu, vous avez vu la mutation là-bas ? Quelle horreur ! Oui, je suis mutante, oui, ma famille l'est aussi et alors ? En quoi cela vous pose réellement problème ? On vient en aide à ceux qui en ont besoin, on bosse comme tout le monde, on fait vivre notre famille. Arrêter de nous regarder comme des monstres et si vous nous trouvez monstrueux, inutile d'en venir à nous taper dessus comme si nous étions des moins que rien. Malgré notre différence, nous sommes tous humains en quelque sorte. Je les déteste ces prétentieux qui se pensent meilleur parce qu'ils n'ont pas de déchirure et que pour eux, la normalité reviens à dire banalité.

Alors, je le traque, mes lunettes de soleil sur le nez, ma queue caché en dessous d'une longue tunique qui me descend à mi-cuisse. Un de ces vestiges qui devait être une robe au départ probablement. Je m'en fou en fait, je veux juste chopper l'enfoiré qui a tabassé un gamin de treize ans jusqu'à ce que celui-ci soit obligé de ramper pour éviter les coups. Merde, il ne faisait rien d'autre que conclure une transaction. Il venait de fabriquer une jolie table pour quelqu'un qui lui avait demandé en plus. La rage me prend soudainement et un grondement sort de ma gorge, mes griffes commencent à sortir, si je ne me calme pas, bientôt je rugirais sur tout ceux qui me regarderont avec insistance et je feulerais sur tout ceux qui m'approcheront, ce qui veut dire, un peu trop de monde. Un peu de calme, du calme et de la tranquillité. Dur, n'empêche de trouver du calme dans ce genre de situation. Personne n'aime qu'on vienne frapper l'un des siens en lui laissant des coquarts et tout ça pour quoi exactement ? Pour rien. Le type l'a vu, et lorsque son regard gris acier comme celui d'un loup l'a transpercé, il s'est dit que ce serait pas mal de le frapper, pour faire comprendre à ces sales abominations qu'elles n'ont pas leur place ici. Bah désolé mon pote, mais j'ai probablement plus ma place que toi. Contrairement à ta façon de se faire, je n'explose la tête de personne sous prétexte qu'il est différent. Purée pas ce genre de pensée.

Je finis par m'arrêter en plein milieu de la foule. Je dois m'éloigner, je ne dois pas rester tout près d'autant de monde. Je me faufile donc dans une ruelle, escalade sans trop de difficulté la façade et recommence ma traque en repensant au visage tuméfié de mon petit loup qui n'a rien demandé à qui que ce soit. Une vague de tristesse s'empare de moi, et un instant je m'arrête. J'espère qu'il va bien, qu'Aly et Ed ont trouvés ce qu'il faut pour le soigner et que dans quelques jours, il n'aura plus rien. Je frappe avec violence dans un truc en bois et la douleur qui se répercute dans mon poing me réveille de ma torpeur. Trouver l'enfoiré. Je cours avec aisance sur ces toits, sans me soucier du regard des autres et bientôt, l'odeur de ma proie se retrouve dans mon nez. Un sourire, sadique se répercute sur mes lèvres et lorsqu'il tourne, je me laisse tomber du toit, atterrissant sur mes pattes, juste devant lui. Je le plaque au murs et un instant, il croit que je suis là pour autre chose, pauvre con.... Je le détromper en faisant glisser mes lunettes. Mon doré est bien plus impressionnant que l'argenté de mon frère et lorsque mon sourire s'élargit, mes crocs sont pour une fois bien visible.

« Alors comme ça, on s'en prend à un gamin parce qu'il est différent. Mon pote, t'es vraiment pitoyable. Dit-moi, est-ce que tu t'en prendrais à moi aussi ? »

Il est tétanisé, bien entendu, c'est plus facile de frapper un gamin sans défense que de frapper une adulte qui sait se défendre et n'a pas peur de sa différence.

« Je te préviens une seule fois, tu t'en prends encore à mon petit frère et je t'assure que je te détruis. Je t'explose entièrement, de la tête au pied et crois-moi, ça n'a rien de mot en l'air. »


D'une de mes mains saillis mes griffes que je pose contre sa gorge et qui entaille légèrement la peau fine. Il sait que je suis sérieusement pour pour lui rendre la parole, je lui colle un coup de boule qui lui pète le nez. On ne s'en prend pas à ma famille.

« Tiens toi loin de lui, loin de nous. C'est un conseille. »

Je le relâche et il se barre, la queue entre les jambes. Pitoyable, ce genre de personne est pitoyable. J'ai beau me dire que je me fiche du regard des gens, lorsque sa touche ma famille, je réagis assez mal. Je m'en veux un peu de l'avoir coursé de la sorte, en fait, pas tant que ça, mais je me dis que j'aurais pu faire autrement. Vraiment ? Non, il n'y a que ce genre de justice pour nous faire respecter, et si j'ai des ennuis ? Sérieux, vous pensez réellement que je suis quelqu'un qui s'en soucie ? Je vole, les ennuis, j'en ai depuis le début de ma vie. Je secoue la tête doucement. Laisse tomber mes idées, essuie le sang qui a pu se poser sur mon front et je reprends ma route vers la foule lorsque je percute quelqu'un. Merde alors, peuvent pas faire gaffe ces gens. Mon regard tombe nez à nez avec celui du mécano chez qui j'ai dû piquer un truc. Oups... Journée de merde sérieux, jamais elle s'arrêtera cette putain de journée ?
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Sileas Mackenzie
avatar
Sorcier du Monde Virtuel


SIGNALEMENT : Sorcier des temps modernes, mais si discret qu'on l'ignore
->Présentation
->Liens & Rp
->Carnet de bord
->Puit à liens
->Garage de Sileas

INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 15/02/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 1992
TRESORS VOLES : 16176
CRÉDITS : .Cranberry & Tumblr
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: I'm sorry, but it's my job mister ! (Pv Sileas)   Mar 26 Juil - 16:48

I'm sorry, but it's my job mister !

Shaya Crosswell  & Sileas Mackenzie

J’ai été volé par un chat. Enfin pas vraiment un chat plutôt un hybride entre le chat et la femme, une catwoman des temps modernes. On les appelle les doppelgangers. Ce sont en quelque sorte des mutants avec des dons ou une malédiction tout dépend comment on voit les choses de manière générale. Ils sont juste différents, avec parfois des attributs non humains bien visibles. Ils sont méprisés, craints, traumatisés… Un peu comme nous les Technomanciens, qui risquons le bûcher et la mort pour notre capacité magique dans le monde virtuel. Peut-être qu’en fait les Technomancien sont juste une forme de déchirure ? Ou c’est peut-être totalement différent ? Quoiqu’il en soit, il m’est sûrement plus facile de cacher ma vraie nature que la demoiselle bien habille aux traits de chats, qui a chapardé chez moi.

Je n’ai rien contre eux. Je suis tolérant. J’ai été éduqué comme cela par Maman, accepter les autres tels qu’ils sont sans jugé car seul Dieu peut juger notre âme. La compassion est une valeur chrétienne. Maman était très pratiquante et croyante. Elle m’a fait le catéchisme à une époque où les gens se tournaient vers d’anciens dieux. J’ai été baptisé, communié et confirmé. Je prie chaque soir et matin de manière invariable. Je me raccroche à ma foi, j’essaye de la pratiquer au mieux. Je vais même à l’église, ce bâtiment délabré où un vieux prêtre fait la messe pour qui le veut. Alors je ne peux les juger. D’autant plus que ma nature est aussi différente. Et je sais que je ne serais pas mieux traité qu’eux si on savait ce que je suis réellement.

Ceci dit elle m’a quand même volé la garce ! Et presque sous mon nez ! Mais elle a été trop agile et rapide pour que je la poursuive. Du coup, me voilà à errer sur les docks pour racheter une pièce, que j’avais déjà galéré à trouver. Je peste et je râle. D’accord, ce n’est pas chrétien d’être rancunier. Mais cela fait deux jours que j’erre pour retrouver cette pièce, qui m’aurait permis de peaufiner la moto que je me bricole à partir d’une épave. Peut-être que je devrais aller voire du côté des pirates ? Ils accepteraient peut-être de me rendre un service. Ou je trouve Jack Herr. Il a toujours des pièces intéressantes même s’il faut y mettre le prix. Mais je me sens parfois mal à l’aise en sa présence. Il est assez étrange. Et je ne parle pas de son physique mais plutôt de son comportement. Avec lui ce n’est plus le Jocker pour rester dans l’esprit Batman.

Et en plus, il y a du monde. Chose que je n’aime pas. Je slalome donc entre les gens en essayant d’éviter au maximum le contact physique. Je suis associable de nature, je ne comprends pas les gens et leur besoin de contacts physiques. Je crois qu’il y a  des choses dans les relations humaines, que malgré mon intelligence supérieure à la moyenne, je ne comprendrais jamais. J’ai appris à vivre ainsi. En tentant d’éviter un homme de carrure plutôt imposante, je percute quelqu’un. Je tourne la tête pour m’excuser mais je me fige. La demoiselle ne m’est pas inconnue du tout. « Toi » Je murmure avec un léger grognement.

D’accord le pardon est une des clé de voûte du Christianisme. Maman m’a appris à accepter les erreurs des autres et à leur pardonner. Mais je reste frustré et en colère. C’est probablement injuste parce que le vol est monnaie courante dans le Ghetto, mais cela ne change rien. « Voleuse. » Je siffle entre mes dents. Je lui pardonnerais plus tard.

© eden memories

_________________


[color=#006699]


Dernière édition par Sileas Mackenzie le Mer 1 Fév - 18:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Shaya Crosswell
avatar
Attrape-moi,

SIGNALEMENT : Une voleuse, joueuse, féline qui n"hésite pas à se foutre dans les pires guêpier pour que sa famille vive confortablement. Qui n'hésite pas à relevé tous les défis qu'on lui offre.
Jouons un peu...
Des liens en pagaille
Carnet d'une féline

Enfin, si tu peux !

DATE DE PÉREMPTION : 11/06/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 99
TRESORS VOLES : 1988
CRÉDITS : Moua
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: I'm sorry, but it's my job mister ! (Pv Sileas)   Mar 2 Aoû - 21:57

Ouais, non, mauvaise blague le destin là sérieusement. Bordel de merde, comment dans cette putain de ville gigantesque j'ai fais pour lui tomber dessus sérieusement. Il y a des milliers de personnes, des tas de gens sur qui j'aimerais tomber comme un certains Blade runner. Ouais, lui je veux bien lui tomber dessus franchement et autant de fois qu'il le désire. Oula, laisse pas tes pensées se barrer comme ça, c'est pas le but ma chère, tes dans un état critique là. Tu viens de tomber sur quelqu'un que tu as volé, tu pense qu'il va dire quoi ? Bah il l'a déjà dit conscience débile, il m'a traité de voleuse..... Ah ouais, pas faux. Parfois je me demande si mon cerveau n'a pas un gros soucis. Quand je me parle de cette façon je ressemble réellement à une abruti. Pas que quelqu'un d'autre s'en rend compte de toute façon, personne ne peut farfouiller ma tête... Enfin j'espère, parce que celui qui tenterais devrait rapidement sortir sous peine de finir victime d'un encéphalogramme plat sérieux. Personne ne devrait jamais s'aventurer dans le cerveau des autres. Un sourire, vague et je regarde le type devant moi. Ouais, voleuse, je le sais bien mon pote, pas la peine de le dire, tu crois que je suis sénile ou quoi ? Ouais non, ne pas se mettre à dos les gens, reste calme, tiens toi bien et ….. Ne tente pas de le draguer, ça sert à rien, de ce que j'en ai vu, voilà quoi. Il m'a pas fallut longtemps pour voir que soit il s'agissait d'un type qui n'y connaissait rien, soit d'un coincé, d'un sens comme un autre.... Je vais tenter autre chose.

« Oui, je suis une voleuse, franchement ce n'est pas un scoop. Que veux-tu faut bien vivre hein et mon talent dans ce domaine est assez intéressant, je dois bien l'admettre. »

Ok, admettre sa faute, c'est quoi la seconde étape..... Euh.... Merde je sais plus, c'est joué la pitié ou tenté de de se répandre en excuse. À moins que ce soit le moment où tu tentes de t'expliquer...... Va pour les explications.

« Il faut de tout pour faire un monde et j'ai trois frères et sœur qu'il faut que je nourrisse. Ce travail est plus rentable que tous ceux qu'on m'a proposé et contrairement à certains, je ne détruis pas ce qu'on a. Parce que je me souviens encore de ces barges là.... Ah ouais les Halloweeners, ils ont tenté de me recruter, bon sang, ils sont pire que grave sérieux. Ils leur manquent des cases. Tu les as déjà rencontré ? »

Tenter de noyer le poisson. Je doute de m'en sortir aussi bien que je le voudrais. C'est qu'il a l'air un poil trop intelligent, la bête se terre dans les profondeurs de mon être. Elle sait qu'elle n'a pas sa place parce qu'elle ne pourrait pas régler le conflit avec un coup de griffe, un grondement, ou alors en montrant les crocs. Quoi que..... Peut-être que ça pourrait lui faire peur. Non sérieux, j'en doute franchement. Il a l'air d'être à l'épreuve des balles, enfin ce ne ce sont que des suppositions, mais en fait j'ai pas envie de lui faire peur ou quoi que ce soit. Il semble intéressant. Je doute qu'on puisse être ami, meilleurs ennemis c'est possible à votre avis ? Hum, c'est une idée à creuse. Non sérieusement, en fait je serais prêtre à lui rendre un coup de main, parce que ce type qui m'a demandé de le voler, s'était un gros connard, il a fallut que j'aille lui piquer un truc pour me payer, un véritable enfoiré que j'ai plumé. Faudra trouver quelqu'un d'autre. Bon maintenant s’apitoyer sur son sort dans ce monde ? Je sais pas trop, c'est pas mon genre franchement. L'étape suivante..... J'avais quoi tout à l'heure déjà. Se répandre en excuse..... Mouais, ou pas. Lui proposer mon aide ? Merde j'en sais rien moi, marre de chercher des tenants et des aboutissant.

« Bon écoute, on va pas se mentir, on a tous les deux un métiers. Le tiens est probablement plus cool que le mien. Tes talents tu les exerces pour ton propre compte, c'est mon cas aussi, on a juste pas été doté des même talents. Je vais pas m'excuser pour avoir fait mon contrat. De toute façon ce type était un connard, je lui ai piqué des tas de trucs pour me remboursé si tu veux. Franchement, tenter de voler une voleuse, faut être débile. Enfin bref. Je vais pas m'excuser, je vais pas chercher à te faire pitié parce que c'est pas mon genre, je vais pas plus te dire que si s'était à refaire je le referais pas, on sait tous les deux que s'est faux. Je vais être honnête, j'adore mon boulot et généralement je ne vole que ceux qui ont les moyens, jamais les petits, ça je refuse. »

Je m'arrête, je le regarde. Ma queue n'est pas visible parce que je suis dans la rue, cependant, si j'ouvre un peu plus la gueule, mes crocs vont être assez visible pour lui faire peur et je n'ai pas franchement peur de me battre. Cependant.... Je ne sais pas pourquoi mais j'ai pas envie de fuir comme je le ferais d'habitude, j'ai envie de lui filer un coup de patte. C'est un type bien, il me rappel un peu mon grand frère, celui qui prend soin de moi depuis que je suis toute petite. Bon je vais lui proposer un truc.

« Écoute, t'as l'air d'un type bien. Alors on peut se regarder en chien de faïence, ou alors trouver un arrangement. Je suis douée pour le vol, je peux donc te rendre un coup de main pour une affaire délicate si tu le désire. En guise de remboursement. Je t'assure que s'est vraiment pas contre toi, mais si jamais mes talents peuvent t'être utile, y'a pas à hésiter. »

Bah ouais, j'ai pas grand chose à vendre, mise à part ce dont pour quoi je suis douée. Après, s'il ne veut pas, je me casse et c'est tout. Je vais pas l'obliger, mais je vais pas rester quinze plombe pour rien non plus, faut pas pousser.
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Sileas Mackenzie
avatar
Sorcier du Monde Virtuel


SIGNALEMENT : Sorcier des temps modernes, mais si discret qu'on l'ignore
->Présentation
->Liens & Rp
->Carnet de bord
->Puit à liens
->Garage de Sileas

INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 15/02/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 1992
TRESORS VOLES : 16176
CRÉDITS : .Cranberry & Tumblr
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: I'm sorry, but it's my job mister ! (Pv Sileas)   Mer 17 Aoû - 13:21

I'm sorry, but it's my job mister !

Shaya Crosswell  & Sileas Mackenzie

Je reste sur mes gardes. De ce que j’ai vu, je ne serais même pas étonné de me prendre un coup de griffes. Ma colère est toujours présente, même si mentalement je me fais la liste des vertus chrétienne, des bienfaits du pardon et de la miséricorde… Que l’on devrait tous partager vu le monde dans lequel nous vivons. Je sais que je suis surtout frustré et en colère. Qu’une fois ces deux émotions fortes et empoisonnantes envolées, je serais plus raisonnable et plus compréhensif de son geste. Pourtant, je suis loin de l’état de colère ressenti lors de la mort de Maman. Je n’ai pas spécialement cette envie de vengeance ancrée à mon cœur, qui me pousse à vouloir savoir et à obtenir réparation. Parce que si c’était le cas, je serais allé voir les Blade runner. Je l’ai vu. Je peux la décrire parfaitement. Et je suis persuadé vu son sang-froid et son habilité qu’elle n’était pas à son premier coup d’essai. Et avec les services que je leur rends, ils m’auraient sûrement accorder en échange cette faveur. D’autant plus, qu’ils auraient mis la main sur une voleuse…. Oui, mais je ne l’ai pas fait. J’ai ruminé ma frustration d’avoir été berné et du temps perdu, en râlant mentalement. Et je l’ai croisée. Au fond, si le hasard ne l’avait pas mise sur ma route, je n’aurais même pas cherché après elle.

Je papillonne des yeux un moment. Elle est bavarde. Ses phrases sont longues et en prime elle parle assez vite, comme si elle désirait finir vite fait cette conversation. Je lui tiens toujours le poignet l’empêchant de s’enfuir. Enfin quelque chose me dit que si elle le voulait vraiment, elle n’aurait aucun mal à se dégager et à disparaître dans la foule. Alors pourquoi reste-telle là pour s’expliquer ? Je n’en sais rien. Cela m’étonne même. Je me contente d’écouter son long discours en silence, d’analyser les informations en me demandant ce qui est vrai et faux, et je les enregistre. Parce que que je le veuille ou non, mon cerveau fonctionne ainsi, les petites informations glissées sur elle sont mémorisées quelque part dans ma trop bonne mémoire. Certains jour, j’imagine ma mémoire comme une bibliothèque avec des étagères et des armoires à tiroirs, dans lesquels je range tout ce que je sais, tout ce que j’apprends et mes souvenirs.

Si elle ne ment pas, elle a une famille. Ce qui n’est pas mon cas. Ma seule famille, Maman, n’est plus de ce monde depuis six ans. En fait depuis que je vis ici, je suis seul. Je la fixe un moment. Ma colère s’envole. C’est stupide. Je sais que mes pièces, je ne les ai pas de manière légale. C’est impossible. Tout le monde fait dans l’illégale. C’est cela ou devenir une victime et mourir. Je la comprends. Je pourrais récupérer la pièce qu’elle m’a volé. Cela me fera juste perdre du temps et négocier à nouveau pour les obtenir à un prix raisonnables, parce qu’elle est rare. Mais via mon réseau, je peux me renflouer. Ce n’est pas impossible. Je suis juste frustré du temps que son larcin me fait perdre dans la réalisation de mon projet. Je lâche un soupire. Après tout, elle ne fait cela que pour survivre, elle et les siens. Finalement, je me décide à me montrer clément. Je relâche son poignet. Je ne peux pas lui en vouloir de se battre pour rester en vie dans le Ghetto. On le fait tous.

Sa proposition me laisse par contre perplexe. Mais en même temps, c’est sûrement le moyen le plus honnête de se racheter et d’effacer l’ardoise. Quoique… J’ai bien une vague idée. Je pourrais même l’aider un peu en retour. Parce que j’ai conscience que de par sa nature beaucoup moins discrète que la mienne, la vie ici même dans le Ghetto doit être plus compliquée. Et parce que tant qu’à me procurer des pièces de manière illégale, si en prime je peux aider une famille… Je gagne plutôt bien ma vie. Être mécanicien, réparateur d’objets et par moment informateur, cela rapporte. Il y a peu de personne ayant mes doigts de fée comme certains disent avec les voitures, motos et autres objets anciens. Je m’en sors même avec la partie informatique. De plus, j’apprends vite grâce à la Matrice, donc je sais tout réparer si on me laisse du temps. Alors autant lui faire profiter un peu de mon aide. C’est Chrétien comme action. Maman approuverait. Elle disait toujours que mes dons ne devaient pas juste me servir mais aussi être utile à d’autre.

« Tu m’as fait perdre du temps. Heureusement pour toi et moi, c’est sur un projet personnel et pas un contrat. » Je finis par déclarer. Et oui, moi aussi je travaille pour les autres. On le fait tous ici bas. Je zieute autour de moi avec une grimace. « Ok, viens on va discuter dans un endroit plus calme. »

Et sur ce, je fais demi tour et je me dirige vers la ruelle la plus proche. Je sens qu’elle me suis. Elle semble vouloir négocier et cela je peux le faire. Une fois à l’ombre et éloignés de la foule je m’appuies contre le mur bras croisés sur le torse et je l’observe. « Donc tu as une famille ? » Je questionne avec un froncement de sourcil. « Un partenariat ça te dit ? On y serait tous les deux gagnants…. Et j’ai les moyens de te payer. » Je propose lentement. En fonction de sa réponse, je développerais l’idée ou pas.

© eden memories

_________________


[color=#006699]


Dernière édition par Sileas Mackenzie le Mer 1 Fév - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Shaya Crosswell
avatar
Attrape-moi,

SIGNALEMENT : Une voleuse, joueuse, féline qui n"hésite pas à se foutre dans les pires guêpier pour que sa famille vive confortablement. Qui n'hésite pas à relevé tous les défis qu'on lui offre.
Jouons un peu...
Des liens en pagaille
Carnet d'une féline

Enfin, si tu peux !

DATE DE PÉREMPTION : 11/06/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 99
TRESORS VOLES : 1988
CRÉDITS : Moua
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: I'm sorry, but it's my job mister ! (Pv Sileas)   Dim 21 Aoû - 20:44

Okay, j'ai balancé mon histoire, avec un petit peu de vrai dans le fond, non un grand fond de vrai. Après, reste à savoir comment il va le prendre. Je sais bien que j'ai rien d'un saint et d'ailleurs je ne prétend aucunement en être une. Sérieusement, vous m'avez bien regardé ? Je porte une queue de panthère et si vous fouillez un peu, vous allez trouver des crocs et des griffes, sans compter le mélange de poil avec mes cheveux. Je vous raconte d'ailleurs pas l'enfer pour les laver hein.... Enfin on est pas là pour ça. Mais croyez-moi, un doppel c'est tout l'inverse du bon citoyen il paraît. Pas pour rien qu'on nous colle une puce, comme des animaux... Sérieux cette puce c'est naze je trouve, mais déjà que j'arrive à me mettre toute les patrouilles de Blade à dos, si en plus j'avais le malheur de l'enlever cette merde, je crois que je serais mise à prix rapidement et bonjour l'angoisse pour la famille. J'imagine même pas mon petit frère totalement paniqué à l'idée que je ne pourrais plus jouer avec lui au grand jour.... Ouais non, il a déjà assez de souci comme ça pour que j'évite d'en rajouter hein. Pour l'instant, je soupir un instant et j'attends de voir la suite. Je propose mon aide en échange du larcin, j'aurais pu me barrer, il ne m'aurait pas retrouver, mais ce type qui m'a demandé de lui voler un truc, il était pas clair et je l'avais bien sentit au départ. Quelque chose n'était pas revenu à la bête, mais on avait besoin de cet argent, enfin plutôt de ce moyen de se nourrir, et ce connard n'avait pas hésité à tenter de me rouler dans la farine. Franchement qui tentait de voler une voleuse ? Faut vraiment être débile et ne pas avoir grand chose à faire hein...

Enfin bref, j'attendais donc patiemment la suite. Est-ce qu'il allait me hurler dessus, appeler une patrouille et j'allais devoir me barrer une nouvelle fois ? Ou.... Ou pas, il m'emmenait discuter dans un coin ? Sérieusement ? Pourtant, en un sens, je suis curieuse de savoir pourquoi il ne tente pas de me balancer aux Blades. Après tout, ma capture ferait forte impression, je n'en doute pas une seconde. Je me demande s'ils ont de magnifiques petits papiers, avec des super dossier où tout est consigné dedans... ça, ça serait drôle. Les voir fouiller, sauf que le papier, ben voilà quoi. Ouais bon, mauvaise idée, prendre des notes ici s'avère plus compliqué qu'on ne pourrait le penser, pas que j'ai réellement besoin de prendre des notes de toute façon. Tout se situe dans la tête pour ce que je fais, j'ai pas réellement le choix. Bref, je secoue un instant la tête, une fois à l'ombre, je me sens bien plus à l'aise. Allez savoir pourquoi, être à découvert, c'est pas trop mon truc, je dois bien l'admettre. Je le regarde donc faire, s'adosser au mur et croiser les bras sur le torse. Il me fait sourire, je dois bien admettre que c'est un type bien, mais il est un peu étrange quand même. Je ne saurais pas dire en quoi. Ce n'est pas comme Eve, qui arrive à se faire passer pour une humaine, mais qui n'a pas réellement d'odeur à proprement parler. Ne me lancer pas sur l'odeur, ça pourrait mal finir. Je n'arrive pas à comprendre parfois c'est juste de l'instinct.

J'ouvre la bouche quand il pose sa question, mais il semble tellement incrédule que je ne sais pas comment le prendre. J'ai l'air de mentir tout le temps comme ça ? Bon d'accord je raconte des bobards mais tout de même. Par contre, ce qui me fait bizarre c'est sa phrase d'après. Un partenariat ? Il est sérieux ? Il veut vraiment s'associer avec une voleuse ? Le fait qu'il avait les moyens de payer n'était pas un problème, mais je risquais de l'entraîner dans des galères pas possible. Est-ce qu'il était vraiment près pour ça ? Je ne voulais pas risquer sa vie, comme je le faisais avec la mienne tous les jours. Mais d'abord, je vais devoir clarifier la situation.

« Alors déjà avant de répondre à ta proposition, oui, j'ai une famille. Il m'ont trouvé quand j'étais bébé. J'avais été abandonné dans une ruelle, je venais à peine de naître. Et parce que j'étais... Enfin je passe pas réellement inaperçu depuis ma naissance en gros. Ils sont deux à m'avoir trouver et sont toujours dans ma famille. Après c'est plus ou moins compliqué, mais en plus de ces deux personnes, j'ai un petit frère, qui a le même genre de déchirure que moi. Sauf que lui c'est un loup et comme il est un peu dans la lune, c'est un grand artiste, eh bien il faut pas mal s'occuper de lui. Donc oui, j'ai une famille, à laquelle je tiens plus que tout. Voilà en gros. »

Un sourire, rapide. J'ai parlé énormément, probablement trop. Je n'aime pas trop en dire, mais étrangement, je me suis sentis obligé de lui dire, comme s'il avait mérité que je lui dise tout ça. Ouais, c'est peut-être bien ça en fait. Enfin bref, j'embraye sur ce qu'il m'a proposé.

« Pour le partenariat. Je crois que tu ne mesures pas toute l'étendue de ce que tu me proposes. Je suis rechercher en gros par les Blade, sans l'être trop non plus, vu que les trois quart du temps ils ne savent pas que ces vols viennent de moi. Mais je peux à tout moment me faire alpaguer. C'est dangereux de se lier avec un voleur. Pas que j'estime que tu ne puisses pas te défendre, mais je ne veux pas non plus te créer de problème. Cependant, je suis curieuse tout de même de savoir en quoi je pourrais t'être utile. »


Un sourire, sincère, entièrement et totalement sincère. Je me demande bien ce qu'il a en tête, et franchement, j'ai hâte de savoir, parce que je vois bien qu'il a quelque chose en tête et visiblement, cette tête semble fourmiller d'un tas de truc.
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Sileas Mackenzie
avatar
Sorcier du Monde Virtuel


SIGNALEMENT : Sorcier des temps modernes, mais si discret qu'on l'ignore
->Présentation
->Liens & Rp
->Carnet de bord
->Puit à liens
->Garage de Sileas

INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 15/02/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 1992
TRESORS VOLES : 16176
CRÉDITS : .Cranberry & Tumblr
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: I'm sorry, but it's my job mister ! (Pv Sileas)   Ven 23 Sep - 11:28

I'm sorry, but it's my job mister !

Shaya Crosswell  & Sileas Mackenzie

C’est plutôt risqué d’avoir ce genre de conversation en pleine rue. Après tout, on n’est jamais à l’abri d’oreilles indiscrètes. Mais je sais aussi que peu de personne prêtent réellement attention aux autres. Il n’y a pas de plus grande solitude que dans la foule. Et c’est bien vrai. Même en ayant tous ces gens autour de vous, avec toutes ses voix et ses odeurs vous encerclant, vous êtes seul. Personne ne vous prête réellement attention. Personne ne remarquera si quelque chose vous arrive, ni si vous disparaissez. La solitude ne se mesure pas au nombre de gens autour de nous, mais au combien savent qu’on est là et s’en préoccupent. Et en ces temps post-apocalyptiques, l’Humanité a tendance à devenir encore plus égocentrique, à ne plus se soucier des autres. C’est du chacun pour soit à l’état pure, sous la bienveillante excuse de l’instinct de survie. Voilà dans quelle société humaine nous vivons ou plutôt nous survivons. Car ce n’est plus que de la survie n’est-ce pas quand vous en êtes réduit à limiter vos activités à trouver de quoi manger et protéger votre vie.

J’observe la jeune femme. Tiens j’ignore son nom. Ceci dit je n’ai pas donné le mien non plus. Il faut dire qu’on est loin d’être dans une situation de rencontre traditionnelle. J’admire ce qu’elle fait pour sa famille. Et avec le recul, je me dis que je comprends combien cela doit être difficile pour elle vu sa nature. Moi aussi, si on savait ce que je suis, je serais mal vu voire traqué. Pinxit déteste les Technomanciens. Les gens dits normaux, eux, nous voient comme des sorciers, des êtres à part, dangereux à éliminer parce qu’on possède un don. Je suis un peu comme elle. Sauf que mes activités et ma nature sont plus faciles à dissimuler aux yeux de tous. C’est mon seul avantage sur elle. Alors peut-être que je lui propose un partenariat, parce que quelque part je me sens proche d’elle et que je comprends ses motivations. Si elle a réellement une famille, alors oui, je peux comprendre qu’elle n’hésite pas à voler n’importe qui et n’importe quoi contre des tickets de nourriture. Je le ferais aussi, si je n’avais pas un job qui paye bien et si j’avais quelqu’un à charge. Mais je suis seul, sans famille, sans attache réelle. Alors, je crois, que c’est plus facile pour moi de survivre dans le Ghetto.

Je penche un peu la tête quand elle me parle de sa famille. Mes lunettes glissent sur mon nez donc je le remets lentement en place. Elle donne suffisamment de détails pour être crédible. De plus, son histoire est triste. Moi, au moins, j’avais Maman. Elle n’a jamais eu peur de mes dons et de ce que je pouvais faire. Même si elle ne comprenait pas tout, elle m’a éduqué au mieux pour me protéger, pour que je sois prudent. La perdre a été horrible et m’a fait décroché un long moment de la réalité avant que je ne me reprenne. Alors, je la comprends un peu. Et cela renforce mon idée de base. Cela peut fonctionner. Je hoche positivement de la tête quand elle fait une pause. Je ne vois pas quoi y répondre personnellement. J’ai un sourire un peu amusé à sa réplique. Elle ignore qui je suis, ce que je fais réellement. Elle ne sait pas qui je fréquente. Je sais que je pourrais tomber avec elle. Le truc c’est que je peux aussi tomber pour mes clients ou juste pour ce que je suis. Si Pinxit devine, s’ils trouvent une trace de moi, je serais probablement traqué, arrêté et éliminé je suppose ? Et puis je suis prudent de manière général. Travailler pour tout le monde en silence et sans poser de question, c’est une manière d’assurer mes arrières aussi.

« Et bien, tu sais, je ne trie pas mes clients. Je travaille pour monsieur tout le monde certes, mais aussi pour les Balde Runner, les Pirates, le Syndicat et autres… Je fais juste en sorte de ne jamais en savoir trop à propos de leur trafic. » Je réponds en haussant des épaules. «Et nous avons tous nos petits secrets pouvant nous coûter cher n’est-ce pas ? »

Je décroise les bras et je passe une main dans mes cheveux. Mes yeux errent un moment vers la rue principale bourrée de monde comme toujours. Je ne compte pas lui dire ce que je suis juste laisser planer un doute. Je pourrais être mutant comme elle après tout, toutes les déchirures ne sont pas visibles physiquement. Ou ne pas être aussi inoffensif que j’en ai l’air. Je fourni aussi des informations aux gens. Tant que je ne sais pas ce qu’on en fait. J’évite tout ce qui pourrait coûter une vie humaine. Mais je me doute que j’ai parfois aidé à trouver des personnes pour qui cela a mal fini.

« Personne n’est innocent dans le Ghetto. » J’ajoute en ramenant mon regard sur elle. «Mes clients sont divers. Et mes fournisseurs aussi. Sinon je n’aurais pas autant de pièces. Mais voilà, les voleurs me vendent ce qu’ils volent. Les contrebandiers aussi. C’est même parfois un moyen de paiement. Donc, sache que ce que tu m’as volé je ne l’ai pas eu de manière légale… Je me disais juste qu’on pourrait trouver un terrain d’entente. Tu me procure des pièces. Je ne te demande pas d’où elles viennent. Et je te paies en conséquence de la manière que tu veux. » J’explicite un peu plus mon idée parce que je la sens intriguée et probablement un peu intéressée. « C’est du gagnant – gagnant, non ? »

© eden memories

_________________


[color=#006699]


Dernière édition par Sileas Mackenzie le Mer 1 Fév - 18:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Shaya Crosswell
avatar
Attrape-moi,

SIGNALEMENT : Une voleuse, joueuse, féline qui n"hésite pas à se foutre dans les pires guêpier pour que sa famille vive confortablement. Qui n'hésite pas à relevé tous les défis qu'on lui offre.
Jouons un peu...
Des liens en pagaille
Carnet d'une féline

Enfin, si tu peux !

DATE DE PÉREMPTION : 11/06/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 99
TRESORS VOLES : 1988
CRÉDITS : Moua
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: I'm sorry, but it's my job mister ! (Pv Sileas)   Lun 26 Sep - 9:34

Honnêteté, voilà bien longtemps que je n'ai plus été aussi honnête avec quelqu'un. Pourquoi ? Parce que dans ce monde, tout le monde est caché derrière un masque, comme si, se montrer comme on est serait un problème. Quel part l'honnêteté pourrait avoir dans ce cas là ? Où, quand, comment ? Il y a tant de chose qu'on ne sait pas des autres, tant de chose qu'on ne saura jamais, pourtant, je lui ai dis. Que je pourrais lui causer des problèmes, qu'il n'y a réellement aucune sécurité avec moi, qu'ici bas, de toute façon, la sécurité est toute relative. Je suis une voleuse, certes, mais je ne veux aucunement causer des soucis, c'est peut-être pour cela que chacun de mes vols se fait dans le plus secret, quand personne n'est là. Contrairement à certains, je ne vois pas l’intérêt de faire du mal autour de moi, je ne vis pas pour tuer, je vis pour faire vivre et ça me rend comme qui dirait un peu plus bisounours, enfin de ce que j'ai entendu de quelqu'un une fois. Je baisse un instant la tête, honteuse parfois de ce que je fais pour survivre. Je ne devrais pas, ça ne devrait pas être un souci, nous avons tous nos petits secrets pour survivre. J'aurais pu être serveuse, j'aurais pu être coursiers ou quelque chose dans ce goût-là, mais les gens ont la trouille, ils ont peur de celle que je suis, de la doppelgänger, de l'animal. Ça m'agace, mais en même temps je peux les comprendre, je ne laisse jamais quiconque pénétré la carapace qui me protège, parce que c'est plus simple et si cela me rend plus dangereuse alors soit, j'ai encore quelqu'un à protéger et je ne dois pas faillir, pas pour lui.

Je relève la tête quand je l'entends prendre la parole. Un sourire sur mes lèvres quand il me dit qu'il ne trie pas ses clients. Il est très intelligent visiblement, peut-être trop pour son but, tout comme moi je suis trop agile pour le mien. Peu importe, étrangement, je l'aime bien. J'ai envie de lui faire confiance, j'ai envie de me dire qu'il pourrait être un allié plus qu'un ennemi, des ennemis, j'en ai déjà trop de toute façon et ce n'est pas comme si ça allait s'arrêter. Quand on vole au nez et à la barbe de ceux qui sont censé le faire, forcément on va pas s'attirer que des amitiés. En un sens, je m'en moque parfaitement. Je pourrais carrément dire que le seul qui m'importe réellement, c'est Esia, mon petit frère. C'est lui que je veux protéger à tout prix, c'est lui qui rythme mes journées. Bientôt, ce ne sera plus le cas, il a déjà treize ans et dans un ou deux ans, il n'aura plus besoin de sa grande sœur, alors, j'en profite, je profite d'être encore utile à quelqu'un, de lui être encore indispensable. Pour ma famille, pour lui, je serais capable de tout.

« Effectivement, si on monnayait le secret dans le ghetto, je crois que ça pourrait être pas mal intéressant. »

Un sourire, vague en un sens, les souvenirs affluent. La France, la mort du chef, tout ça à cause de mi, à cause de ce que je suis, ce que nous sommes tous. Peut-être que j'aurais dû mourir dans cette ruelle. J'y pense par moment, mais depuis les rencontres de ces derniers temps, je suis moins encline à ce genre d'idée. Surtout qu'il y en a un dont je ferais bien son quatre heure.... je secoue la tête, tente de remettre mes idées dans le bon endroit. Ce n'est pas réellement le moment, pas encore, pas maintenant.

« J'imagine que pour survivre, l'innocence est inutile. On apprend vite à se débrouiller, avec les capacités qu'on a. »

Moi, c'est une agilité hors du commun, ainsi d'un odorat plus développé que la moyenne. Je crois que je n'aurais pas pu mieux tomber, ou alors j'aurais dû faire cuisinier, sauf que la cuisine.... Voilà quoi, ce n'est pas comme si nous habitions tous la citadelle n'est-ce pas ?

« ça me paraît plutôt honnête comme deal. De toute façon, je n'ai pas une grosse tendance à dire à qui que ce soit, d'où vient ce que je vols. Moins les gens en savent, mieux ça vaut pour eux, crois-moi. Enfin pour certains, ils ne cherchent qu'à récupérer leur bien. »

Je souris avec un peu plus d'enthousiasme.

« On ne dirait pas comme ça, mais je ne prends jamais de contrat étrange. Sauf quand j'ai besoin d'un peu d'adrénaline, je l'avoue.... »

Elle repense à Jack et sa proposition, ce type est étrange, mais elle l'aime bien. Et puis, ça change du quotidien.

« Généralement, ce que je vole, c'est pour redonner à quelqu'un qui a été volé, jusqu'à ce connard qui m'a entubé en me faisant volé quelque chose chez toi qui ne lui appartenait pas du tout. Tiens d'ailleurs... »

Elle sort un objet de sa poche, c'est petit, on pourrait croire à une soupape. En tant que mécanicien, il devrait savoir.

« J'ai trouvé ça sur la route en passant. Un type venait d'emmerder mon petit frère et.... Il l'a perdu dans la bataille. Toi qui est mécano, ça devrait t'être utile. Perso, je sais pas ce que s'est. »

Je souris en lui tendant l'objet.

« Un gage de confiance. En gros je signe le contrat. »

Ouais, j'ai une manière étrange de sceller mes contrats, mais bon, si ça peut lui servir. Je veux rien garder de ce type qui me donnerait bien envie de lui exploser le cerveau.
Revenir en haut Aller en bas
 

I'm sorry, but it's my job mister ! (Pv Sileas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reign in Blood ::  :: Autopsie :: ARCHIVES RPS-