LE FORUM VA ÊTRE RESTRUCTURÉ

Partagez | 
 

 Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1462
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]   Mar 19 Juil - 21:42


CRAAAAAC, le son délicieux d'un homme lancé à travers l'arène qui redécouvre les lois de la gravité. Mais il se relève, n'importe quel homme serait resté au sol et peut-être même paralyser à vie, mais pas lui, lui il avait cet implant, cette colonne vertébrale mécanique. Difficile de dire si Pinxit avait vraiment donner naissance à une aberration comme celle-ci ou si c’était le travail d'un petit génie local du Syndicat, peut-être à but militaire ou juste pour soulever des poids importants, en tout cas ici le but était l'invincibilité.
Marco le beau, favori de la compétition depuis trois jours consécutif, cette montagne de muscle et de rage venait de rencontrer un véritable adversaire.

Et à bonne distance de la foule il était là, l'albinos en costard violet. Installé à une table, seul, une chaise vide lui faisant face. Il attendait l'invitée du jour, il en avait rencontré beaucoup de roublards, des sournois, des raclures à la recherche d'un travail, il en avait engagé certains, mais il lui fallait de la véritable qualité.

N'importe qui aurait pu penser qu'il suivait le combat du regard, assis, les jambes croisées et les mains jointes, le regard profond. Aucun sourire, un visage neutre, un visage...naturel, le genre de visage qu'on voit a chaque coin de rue -si on excepte la peau blanche et le maquillage- triste, mais résolu.
Pour être exacte, il suivait les mouvements, ceux du dos de l'adversaire inconnu, si peu naturel, l'appareil visible à l’œil nu était endommagé mais il fonctionnait toujours, faisant de cet homme lambda un véritable guerrier. C'est le genre de moment où vous vous retrouvez fasciner par un détail du décors pendant que vous attendez quelque chose. Il murmurait.

Il était un petit navire
Qui n'avait ja-ja-jamais navigué
Ohé, ohé...

Il partit pour un long voyage
Sur la mer Mé-Mé-Méditerrannée
Ohé, ohé...


De temps en temps, reprenant conscience il tournait la tête de gauche à droite à la recherche d'un regard a croisé, c'est ainsi qu'on se fait respecter ici, avec le regard, avec les yeux d'un fou, d'un meurtrier, peu importe la couleur de votre peau ou celle de vos cheveux. Puis il reposait son attention sur cette machine.
De toute manière, la majorité des gens avaient leur attention sur le combat et les autres avaient soit déjà compris qu'il ne fallait pas regarder vers Jack, soit avait les yeux vide, dans leur passé mélancolique.

Ohé, ohé Matelot
Matelot navigue sur les flots
Ohé, ohé Matelot
Matelot navigue sur les flots

Au bout de cinq à six semaines
Les vivres vin-vin-vinrent à manquer
Ohé, ohé...

Il porta le verre à sa bouche et avala son contenue, peut importe ce que c'était, c’était quelque chose à faire pour passer le temps. Et le temps était vraiment long, au ralentit, distordu par l'attente.

On tira à la courte paille
Pour savoir qui-qui-qui serait ....

Ah! Repérée! Il leva la main pour lui faire signe, sans réellement savoir si elle ne l'avait pas déjà vu. Il afficha un sourire naturel, c’était une libération de voir enfin les choses sérieuses / amusantes commençaient. Décroisant les jambes, il en profita pour frôler du genou son arme, scotché discrètement sous la table, pour l'invitée? Nan. Du moins pas spécialement, mais il y a toujours une infime possibilité de voir la rencontre dérapée, par sa faute, par celle de l’interlocutrice ou d'une intervenant extérieur, autant apprendre aux gens qui est le patron si besoin.

Mr.Herr avait contacter cette femme dans un but bien précis, voir si elle convenait, convenait à quoi? Convenait. Autant au niveau des capacités, que dans sa façon d'être. La vie était comme un spectacle pour Jack, sa pièce de théâtre personnel et il n'acceptait que les plus grands acteurs dans son numéro.

Une fois à porter de voix.
"Toc toc!"
Qui est là?

_________________


Dernière édition par Jack Herr le Dim 24 Juil - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Shaya Crosswell
avatar
Attrape-moi,

SIGNALEMENT : Une voleuse, joueuse, féline qui n"hésite pas à se foutre dans les pires guêpier pour que sa famille vive confortablement. Qui n'hésite pas à relevé tous les défis qu'on lui offre.
Jouons un peu...
Des liens en pagaille
Carnet d'une féline

Enfin, si tu peux !

DATE DE PÉREMPTION : 11/06/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 99
TRESORS VOLES : 1988
CRÉDITS : Moua
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]   Jeu 21 Juil - 9:49

Les regards se tournent, ils fixent, dévisagent, ils se demandent comment, ou alors pourquoi... Classique, déplorable. Dans ce monde qui part à vau-l'eau, franchement qui de nos jours dévisage encore les autres parce qu'ils ne sont pas dans les critères de moralités ? Tout le monde en vérité et bien que je trouve tout ceci fort pitoyable, je hausse les épaules pour leur montrer ce que leur curiosité me fait. Oui, je ne suis pas ''normal'', mais cela ne m'empêche pas de vivre et ce la ne m'en empêchera jamais. Que celui que ça dérange viennent me le dire en face. Bien sur que non, trop couard et s'il voit la queue, personne ne voit les yeux dorés cachés derrière les lunettes. Personne ne se rend compte des demi-crocs caché dans la bouche. De cette langue râpeuse qu'on les félins. De ce mélange poils et cheveux qu'on ne peut sentir qu'au toucher. C'est peut-être pas si mal, parce que si j'aime jouer, je ne suis pas du genre à me laisser toucher par tout le monde. Mais les regards sont insistant, je rage intérieurement, je n'aime pas réellement qu'on me dévisage. J'avais prévu d'arriver en avance pour voir le terrain, pour LE voir arriver, parce que j'aime garder un œil sur ceux qui me propose un contrat. Bien entendu, je le connais, qui ne le connais, mais tout de même, autant garder une bouée de sauvetage, non ? Je suis ainsi, je veux bien faire tout ce qu'il est possible de faire, mais hors de question de mettre ma famille en danger, alors je fais attention, j'évite les ennuis. Ouais, enfin j'ai quand même couché avec un Blade, j'ai d'ailleurs était chez lui et mon métier n'est pas du genre officiel. Bah.... Qui s'en soucie de nos jours ? Il y a largement pire que moi dans ce domaine. Un sourire découvre mes dents d'une blancheur immaculé sans pour autant dévoilé mes crocs et je sors de l'arène.

Je reviens quelques secondes plus tard, sur les poutres qui composent le toit désormais. Ici, personne ne me voit, personne ne me dévisage. Aucun d'eux n'imagine que quelqu'un puisse escalader là-haut ou alors se sentir à l'aise. Moi, j'aime ça, j'aime être en hauteur, pouvoir dévisager tout le monde d'un endroit que personne ne soupçonne. Pourtant, il devrait se méfier, sérieusement, on est jamais assez prudent. De mon perchoir, je vois arriver un tas de gens, tous plus différent les uns des autres. Des combattants, des parieurs. On les distingue assez vite. Les combattants ressemble à des montagnes de muscle génétiquement modifié, alors que les parieur sont des gringalets.... Nan je blagues c'est le cliché classique. Là où vous les reconnaissez c'est la leur dans leur regard. Les combattants sont avides, impatient, la rage illumine leur regard, surtout dans cette arène. C'est excitant en un sens, mais pas tant que ça, j'ai connu bien mieux quelques jours auparavant. Les parieurs eux, c'est comme s'ils avait les yeux qui brillaient, persuadés de miser sur le bon cheval, persuadés d'avoir raison. Les pauvres s'ils savaient réellement. Certains combattant sentent la peur à plein nez, l'angoisse, et d'autre sentent la mort. Je ne sais pas trop comment l'expliquer, l'animal n'est pas très clair, elle sent c'est tout, mais je me méfierais bien plus d'un gringalet qui sent la mort plutôt qu'un monsieur musclé qui ne sent que la violence. Et franchement je ne me suis jamais trompé dans mes estimations. Mais je ne suis pas là pour voir ce que vont faire les combattants, si on a choisi cet endroit c'est parce que dés que les combats commenceront, plus personne ne fera réellement attention à nous. La bête le sait, moi de même, une sorte de protection, la discussion pourra être clair.

J'attends donc, patiemment. Les minutes s'égrènent comme autant de grain de sable que je pourrais laisser passer entre mes doigts. J'aime la sensation, le sable chatouille l'intérieur des articulations, il laisse une agréable chaleur et une désagréable impression, c'est étrange, grisant, j'aime les trucs bizarre, quoi ? Je ne vous l'ai pas encore dit. Comme c'est triste et bien maintenant vous êtes au courant. Quoi qu'il en soit, je vois enfin mon interlocuteur arriver. Je le regarde, l'espionne en quelque sorte, je suis persuadé qu'il s'y attend un minimum, quand on est comme nous, on s'attend à être regardé par pas mal de monde. Il est comme le décrit la rumeur n’empêche et ça me fait d'autant plus sourire, dévoilant ainsi mes crocs. Intéressant, tout cela va être intéressant. Je laisse le combat commencé, les roquet s'approche des barrières, les avides de blessures, de sang, ceux qui ne sont pas capable de mettre des raclées mais qui sont excités par la violence, je le sens, un peu trop à mon goût, écœurant pour moi. Et alors que tout le monde est concentré, je saute de mon perchoir et atterrit sur mes pieds. Certains visages se tournent vers moi et je souris, un clin d’œil et le type a la langue qui pend en dehors de sa mâchoire. Je sens son regard sur mes hanches, se demandant bien s'il pourrait m'avoir. Désolé mon grand, chasse gardé, je suis pas une fille facile qu'est-ce que vous croyez.

« Dois-je montrer patte blanche ? Je pensais que la blondeur dont je fais preuve serait largement suffisante.... »


Ma voix est séductrice, comme un prédateur en chasse, ma démarche féline et c'est pour ça que par moment j'attire les regards, mais une fois arrivé à la table de mon interlocuteur, mon attitude est bien plus dans la froideur que dans la chaleur. Je n'aiguise plus, je repousse, le souci c'est que certains ne le sont pas, mais les regards de mon client sont assez clair. Je m'assois dans le siège en face de lui, dos à la bataille. Je ne suis pas excitée par les combats, pas plus que par la testostérone, c'est autre chose qui m'attire généralement. Mon regard se pose sur celui qui m'a appelé. Un vague sourire sur les lèvres.

« Mr Herr, je suis ravie de vous rencontrer enfin. J'ai entendu beaucoup de chose sur vous, j'imagine que vous aussi par ailleurs. »

Je me tais, attends un instant, les bruits de la bataille s'amplifie. Le sang se répand, je le sens, l'odeur cuivrée aiguise mes sens, dilate mes narines. La bête est carnivore que voulez-vous. Ma queue est calme derrière moi, elle ne bouge pas pour éviter d'attirer l'attention. D'ailleurs j'ai fait en sorte de la récupéré à côté de moi en m'asseyant, ça m'évitera trop de problème avec les crétins qui veulent s'amuser parfois.

« Très jolie maquillage au fait. Mais nous ne sommes pas là pour cela n'est-ce pas. Vous avez attisé ma curiosité, allez-vous la satisfaire maintenant ? »

Simple question bien entendu, mais j'espérais bien qu'il le fasse. Contrairement à certains j'adore les surprises, ça met un peu de piment dans la vie et je dois bien avouer que c'est foutrement agréable de ne pas suivre de ligne prédéfinis. Je n'aime pas le carré.
Revenir en haut Aller en bas
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1462
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]   Mer 27 Juil - 23:23


Finalement, l'attente n'avait pas durée si longtemps. Après tous, entre Jack et la réalité il y avait souvent un certain décalage.
Mais elle était là, l'ange était tombé du ciel, incroyable. Comme ont lui avait dis, elle était insolite, peut-être unique, en tout cas il n'était pas commun de se balader avec une queue de félin pas loin derrière.
Impossible de réprimer un sourire euphorique, de toute manière il n'avait jamais empêché aucun sourire de s'afficher sur son visage, devant cette voleuse si originale. Même si elle n'avait surement jamais rien fait pour avoir cet attribut si singulier.

Un Bouffon et un chat, mh, sympathique, pourquoi ne pas en faire un tableau surréaliste? Tout le monde en a marre de cette bande chien jouant au Poker de toute façon. Dommage, j'ai arrêté la peinture le jour où je me suis lancé dans la comédie.

Certains n'ont pas compris qu'une fois assise à sa table elle n'était plus à reluquer, mais un regard fixe et une grimace censé imiter un lien montrant sa dentition en soulevant ses babines leur fait comprendre, par la peur ou le malaise, qu'il faut regarder ailleurs. Dans sa tête, toute l'action était accompagnée d'un grognement animal, mais il n'avait pas encore appris la ventriloquie et encore moins l'imitation d'animaux.

"Ma réputation m’a précédée on dirait" dit-il sans même poser le regard sur son interlocutrice, il observait encore les alentours. "Partout où je vais, elle est déjà passée, elle est bien gentille mais je vais devoir la descendre un jour où l'autre" suivis d'une petite onomatopée censé indiquer qu'il s'agissait d'une blague "Ah"

Il attrapa la bouteille au centre de la table et versa d'un seul trait son contenu dans les huit verres disposés devant lui de manière à former un carré. Trace de son révolue ennui passager.

Et posant finalement le regard sur elle "Le premier degrés de l'orgueil c'est la curiosité, Bernard de Clairvaux." Il fit glisser un des verres remplis vers son invitée, brisant son carré parfait "Cet homme devait être bien ennuyeux" conclut-il en prenant lui un autre des verres et le buvant cul-sec en s’affalant un peu plus sur sa chaise.

Elle était blonde, comme Lucy, c’était pas Alice la dernière fois? Je ne sais plus, bien entendu tu sais, en tout cas surement pas Veronica, arrête de jouer les perfectionniste c'est la sensation qui compte pas le nom, personnellement j'aime bien Natasha. Bon de toute manière cela lui faisait un bon point, ça et le côté chat sauvage.

"Vous me connaissez, je vous connais. On est tous les deux des vilains garnements nul besoin de le nier, et dehors, là, en ce moment même et à l'avenir aussi, il y a une infinité d’opportunités pour nos bêtises d'enfants agités" Il avait terminé sa phrase en écartant grand les bras, comme pour englober le monde entier pour en faire son terrain de jeu. "Mais quels est votre spécialité en terme de méchante gaminerie?"

Bien entendu, il savait pour le vol, elle n'avait pas été choisie juste pour son côté félin, même s'il faut avouer que c’était un des aspects les plus importants pour Jack. On lui avait raconté, les rumeurs, les faits, sur cette femme-chat qui ferait du bon boulot, une voleuse de qualité. Bien entendu, c'est le genre de choses qu'on hurle pas partout, le métier de voleur nécessite de la discrétion, encore plus que celui de contrebandier finalement.

"Mais la question la plus importante, celle que toute personne censé devrait poser à une personne comme vous..." Il se souleva hors de sa chaise, se penchant par dessus la table comme pour dire un secret à voix basse "Il vous arrive de ronronner? Ahahahahah" dit-il en ce laissant retomber sur sa chaise, continuant dans son pseudo fou rire, difficile de dire s'il était feinté ou pas, le rire de Jack n'étais pas le genre de rire qu'on entend partout, grincent, comme étrangler depuis le larynx, et pourtant il donnait tout de même l'impression de venir du plus profond du cœur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Shaya Crosswell
avatar
Attrape-moi,

SIGNALEMENT : Une voleuse, joueuse, féline qui n"hésite pas à se foutre dans les pires guêpier pour que sa famille vive confortablement. Qui n'hésite pas à relevé tous les défis qu'on lui offre.
Jouons un peu...
Des liens en pagaille
Carnet d'une féline

Enfin, si tu peux !

DATE DE PÉREMPTION : 11/06/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 99
TRESORS VOLES : 1988
CRÉDITS : Moua
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]   Mar 2 Aoû - 10:01

Un sourire franc, sans pour autant montrer les crocs s'afficha sur ce visage qui est le mien.

« Niveau réputation je crois que nous ne sommes pas en reste, ni l'un, ni l'autre. »

Effectivement chacun de nous avait tendance à attirer les gens pour diverses façon.

« Peut-être qu'on pourrait conclure un deal en plus. Je m'occupe de la vôtre si vous vous occupez de la mienne. »

Un clin d’œil et un rire discret. J'adore son humour à ce gars sérieux, je pourrais passer ma journée à lui parler et écouter ses blagues pourries et débiles, je suis super fan. Quoi ? Non, c'est pas une blague, j'adore ce gars. Depuis que j'ai entendu des trucs sur lui, j'ai envie de le rencontrer. Franchement quelqu'un dont la déchirure est aussi visible que la mienne, je ne peux pas vouloir le louper si ? Nan, ce serait débile que de le louper, je serais une bien piètre curieuse si je n'avais pas un tant soit peu eu l'envie de venir le voir, même s'il ne m'avait pas convoquer. Le problème sans convocation c'est de le trouver, je suis donc contente en un sens que ma réputation soit aussi intéressante que la sienne. Enfin sortie de mes pensées, je récupère le verre qu'il me tend et qui vient à mettre à mal sa superbe organisation qu'il avait si bien fait.

« Effectivement, un peu rasoir je pense. Je suis pas mécontente de l'avoir loupé celui-là. »

Ouais, j'aurais pas voulu vivre avec ce genre de personne. Pas assez de fun et trop de sérieux. Ouais, non, j'ai besoin d'un peu d'amusement dans ma vie. Pas forcément tous les jours, mais quand même. Enfin bref, tout ça pour dire qu'être avec lui, c'est bien amusant quand même. D'ailleurs on en revient à notre sujet de départ. Méchant garnement, tant que ça ? Peut-être, je me demande bien ce que dirait Kyle si je lui posais la question, la dernière fois, on a pas vraiment parler, peut-être que je devrais le visiter un peu plus souvent. Oui, ça paraît intéressant comme idée, surtout que.... Oula, on se recentre, on se recentre et on évite de laisser les instinct bestiaux à la surface. Ahhh une question qui mérite d'être étudié bien évidemment.

« Niveau méchante gaminerie, je dirais que je fais dans tout ce qui se vole. Peu importe ce que s'est, peu importe ce que cela me demande. J'aime les défis et encore plus ceux qui sont... Comment vous expliquer... Compliqué à mettre en scène. J'adore me lancer des trucs compliqués, me lancer des défi. Donc je dirais tout et n'importe quoi tant que ça peut se voler. »

Un sourire qui dévoile subtilement l'un de mes crocs et je reprends tranquillement.

« Est-ce assez pour satisfaire votre curiosité ? Ou alors il vous faut plus de détail ? »

Tout le monde me connaissais assez pour savoir que je pouvais réellement tout voler sans réellement préparation, mais aussi que mes meilleures combines se réalisaient toujours, même si elle me demandait bien plus de préparation. J'attendais donc une réponse de sa part, mais s'est tout autre chose finalement qui vint, quelque chose à laquelle je ne me serait pas attendue du tout. Un rire me prit soudainement et je finis par me lever de ma chaise, ma queue se balançant harmonieusement à droite et à gauche, comme le ferait l'aiguille d'un métronome qui bat la mesure. Un sourire charmeur, une moue enchanteresse et je m'approche avec toute la félinité qui est la mienne comme pour le draguer. Je me lève tranquillement, avance pas à pas, d'autres regards se tournent vers nous, je les ignore superbement et bien vite ils tentent de regarder autre part, mais dure de le faire quand un félin est en chasse. Je m'approche de Jack, le pousse gentiment sur le fond de sa chaise et vient m'asseoir sur ses genoux, comme si tout était normal. Je viens ensuite murmure à son oreille.

« Si vous voulez réellement la réponse, il va falloir mettre un peu plus de vous dans la balance pour y arriver. »

Un nouveau clin d'oeil et je me lève pour aller reprendre ma place comme si de rien était.

« Il y a certains secret qui ne mérite d'être vu que dans un endroit plus calme et surtout plus intime qu'en pensez vous ? »

Une petite pique et je reprends mon sérieux. Je suis certaine de ne pas l'avoir choqué le moins du monde, ce n'est pas son genre après tout. Enfin je l'espère sincèrement, ce n'était pas mon but de toute façon.

« Alors nous en revenons au but premier de notre rencontre, où vous voulez savoir autre chose ? »

Autre chose qui mériterait que je recommence mon petit jeu peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1462
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]   Ven 12 Aoû - 10:57


Incroyable, Électrique et Joueuse!
A chaque intervention, elle renvoyait la balle, c’était une agréable rencontre. Deux grands esprits face à face, pratiquant le jeu des mots, un art perdu en même temps que la joie de vivre.

Il y a des gens qui n'ont aucun intérêt, ils sont tous communs et d'autres représentent quelque chose. Jack avait une vision particulière de la vie, ce long et continuel divertissement et dans ce genre de monde il n'y à de place que pour les fortes personnalités, les autres étaient tous des figurants, l'histoire est faite par les grands hommes comme on dis, et il ne fait aucun doute qu'un jour, dans peu de temps, les grands de cette ère auront encore une fois à la continuer.
Et Miss Crosswell était sans aucun doute parmi les grands.
Jack? Oh non, il avait de bien plus grandes aspirations, le rôle du marionnettiste, du scénariste, du metteur en scène. Le pouvoir d'écrire sur la page blanche et d'en faire un monde à son image, de laisser ses personnages vivres à travers son œuvre et pour la toute première fois dans l'histoire de l'imaginaire: Donner le choix absolue à ses acteurs.

"Un parfaite voleuse, un chat cambrioleur, une aventurières des ruelles, Ah j'en ai connu des gens comme ça, à priori ils ne sont plus dans le métier, ils ont volé les mauvaises personnes... Tu as peur de voler les mauvaises personnes?"

A priori, très joueuse même, son numéro de séductrice féline avait laiss" Jack enfoncer sur sa chaise, un grand sourire pétrifié sur son visage, ses deux grands yeux gris-vert fixant la chat-pardeuse revenir à sa place. Un tourbillon d'idée, une infinité de réaction se jouant dans sa tête.

"Tous ça me rappel une comptine à propos d'un chat voleur et d'une souris, je me souviens juste qu'à la fin, à l'abri des regards, le chat avait mangé l'autre."

Mais il fallait revenir à la discution initiale, de toute manière d'autres occasions se présenteraient d'elles-mêmes.

"Le but premier?" Il leva les yeux au ciel, d'un air pensif, puis fit mine d'avoir trouvé "Mais c'est déjà fait, le but c'est la rencontre, c'est le jugement, c'est l'analyse. La suite, c'est un bonus, la suite c'est..."

Il regarda à droite puis à gauche, d'un air presque inquiet murmura presque "Tu vois ce type là-bas et celui-ci et lui, lui peut-être." tout en montrant au hasard plusieurs individus dans les environs "Ce sont tous des gars à moi, des chiens féroces aux dents pointus et à la gâchette facile. Ils n'en ont pas l'air, du moins pour certains, mais ils gardent tous un œil sur nous, ils étaient là avant moi pour voir si il n'y avait pas de danger." Un mensonge, un immense mensonge, mais il n'y a pas de mal à ça, non? "Sous notre table, il y a un flingue. L'incroyable Hulk, d'une couleur magnifiquement verte. A mon retour, je veux voir cette arme dans tes mains et le canon sur mon front."

Jack se leva de table, en précisant "Mais attention, si ils te voient fouiller sous la table, tu deviens une passoire." Il regarda les six verres encore pleins d’alcool sur la table et se mis à dire à voix haute, avec un air -voulu- de mauvais acteur "Oh, il n'y a plus rien à boire, je vais en chercher"

Il marcha tranquillement, l'air de rien, vers le comptoir, il y a toujours un comptoir dans ce genre d'établissement, un bon combat sans alcool en abondance c'est inimaginable. D'ailleurs en parlant de combat, il jeta un coup d’œil à l'arène pendant qu'il demandait une nouvelle bouteille.
Il avait pris fin pendant la discutions, deux gringalets s'occupaient de nettoyer, a priori celui dont la colonne vertébral cybernétique lui avait tant attiré l’œil ne l'avait plus, cette colonne, car elle était là, sur le sol, du moins une partie.

A peine l’alcool en mains qu'il se retourna de nouveau vers la table, d'un mouvement presque comique, se laissant entrainer par le mouvement tournoyant de sa jambe puis enchaîna avec des pas légers, presque une petite danse d'excitation.
Avait-elle réussie? Avait-elle tenter? Allait-elle respecter la dernière partie de la requête stipulant paragraphe B alinéa 6 un canon sur son front devant tout le monde?

Il s'installa à table, appuyant ses bras croisé sur celle-ci, pour être asses proche et accueillir le froid de l'acier sur sa peau. "Alors, on a un cadeau pour moi?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Shaya Crosswell
avatar
Attrape-moi,

SIGNALEMENT : Une voleuse, joueuse, féline qui n"hésite pas à se foutre dans les pires guêpier pour que sa famille vive confortablement. Qui n'hésite pas à relevé tous les défis qu'on lui offre.
Jouons un peu...
Des liens en pagaille
Carnet d'une féline

Enfin, si tu peux !

DATE DE PÉREMPTION : 11/06/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 99
TRESORS VOLES : 1988
CRÉDITS : Moua
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]   Sam 13 Aoû - 17:18

Marrant, sérieux, je suis fan de ce mec. Sa folie est à la hauteur de mon envie de jouer et je dois bien admettre qu'il est particulièrement intéressant de se mesurer à lui et surtout de discuter avec cet être si singulier. Il ne l'a pas volé sa réputation et je dois bien admettre que ça me plaît.

« Mais c'est ce qui est intéressant dans ce boulot.... Voler les mauvaises personnes. C'est le défi ultime et figure-toi que je suis encore ici non ? Ça prouve bien quelque chose, j'ai pas raison? »

Un clin d’œil et je le regarde de nouveau. Je suis probablement barge, autant que lui en somme, rien que le fait de penser à m'allier avec lui est une mauvaise idée, mais j'adore ce genre de mauvaise idée. Ça rapporte des défis, des trucs inédit à testé et des gens totalement hors de contrôle qui ne comprenne pas comment on a pu les voler alors que leur sécurité était magnifiquement magnifique. Eh ouais pauvre con une panthère est passé par là et à tout fait foiré, ça te fait quoi ? J'aime voir leurs regards complètement paniqué qui ne comprenne rien, j'aime me dire qu'ils sont sur la sellette, j'aime me foutre de leur gueule. Quoi ? Un peu sadique ? Si seulement vous saviez.....

« Sauf que je ne suis pas un chat... Et même si j'aime jouer, je préfère les plus gros poisson que les souris. »

Un sourire, charmeur, tentateur et un haussement d’œil qui veut tout dire. Elle joue toujours, elle drague sans réellement le faire, comme d'habitude. C'est amusant, distrayant et franchement bien plus agréable que de rester planté comme deux rond de flans. Cette ancienne expression c'est de la balle quand même. Et viens ensuite la suite de la discussion. Elle hausse un sourcil, renifle discrètement. Mensonge.... ça sent le mensonge à plein nez. Bien entendu, il me prend pour un chat, il ne connaît pas réellement les gros félins, ceux capables de faire des prodiges avec leur nez. L'odorat est fin, pas forcément agréable à utiliser par moment, mais il permet de détecter d'une façon dont je ne comprends pas réellement les petites choses qui se passent dans le corps humain. Un changement pas souvent évident. Par exemple, quelqu'un qui ment émet une odeur plus acide et c'est exactement ce qu'il s'est passé à cet instant, mais puisqu'il veut jouer, je joue. Je regarde les différentes direction qu'il me montre, je souris poliment quand on me sourit. Ces types semblent avoir la trouille plus qu'autre chose. ah... Non, l'un d'eux est excité en fait. À croire que le combat l'a émoustillé, ça crains ça par contre. L'odeur est infecte, elle infiltre mes narines, c'est dégueulasse. Et c'est ce moment-là pour qu'il joue son mauvais acteur avec ce truc parfaitement débile de verre vide.... Je reste tranquillement sur ma chaise, qu'est-ce que je pourrais faire d'autre d'ailleurs ? Je suis calme, tranquille. Celui qui pourrait entendre mon cœur se dirait que je suis totalement folle. Il tente de me faire faire un truc et moi j'attends, calme, patiente. Qu'est-ce que vous voulez que je fasse d'autre ? Quoi ? Prendre l'arme ? Oula vous emballez pas, il y a différente façon de faire la chose et je compte bien faire ça niveau félin.

« Ah, un cadeau ? Non, désolé je ne vois pas. »

Un bref clin d'oeil et mon pied soulève un pied de la table. D'une agilité presque inhumaine, je récupère l'arme sous la table soulevé qui retombe avec lenteur tant je suis rapide et une demi-seconde plus tard, l'arme est pointé sur son front comme ordonnée. Je me suis retrouvé derrière lui grâce à une magnifique pirouette dont mon agilité extraordinaire me permet. Ouais, je me vante un peu, mais désormais, il possède une arme sur sa tempe. Seulement....

« Ce serait encore plus marrant si elle était chargé pas vrai ? »

Je sens le vide à la place du chargeur.

« Mais il y a plus drôle tu sais.... »

Je me mets à lui susurrer à l'oreille. Près, très très près.

« Je n'ai pas besoin d'arme pour mettre en joue quelqu'un ou le tuer. »

Je fais saillir mes griffes qui viennent raser la peau d'assez près pour faire perler une micro-goutte de sang. Comme s'il venait de se faire griffer. Ce n'est pas si grave, mais je ne peux m'en empêcher. Après tout, il a voulu jouer, je crois que j'ai gagner. Je finis par rentrer les griffes, retourner à ma place d'un autre salto et poser l'arme sur la table.

« Dit, tu croyais réellement que j'allais tomber dans le panneau des gardes etc.... ? Je suis pas un chat, ok ? Je suis une panthère. La chasse c'est mon affaire, mon instinct est plus développé, je suis bien plus violente et encore là, je ne laisse pas parler la bête. Je suis d'une souplesse hors du commun et je peux, si je veux, tuer n'importe qui avec un peu de bonne volonté. »

Je le regarde sans sourire, mon regard or liquide comme incandescent.

« Alors tu as vu quelque chose qui te plaisait ? »

Comment ça je pousse le vice ? Bien sur que non, vous ne connaissez pas bien la manière d’interagir c'est tout. N'empêche c'est le plus marrant des rencards que j'ai eu. J'en suis pas peu fière.
Revenir en haut Aller en bas
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1462
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]   Jeu 25 Aoû - 14:46


Excitation, Déception, Surprise, Euphorie.

Il n'aurait pas imaginé si belle action, voilà, voilà la raison même de toute sa philosophie, il avait donné naissance à cette situation et le libre arbitre de ses personnages avaient crée l'imprévu.
Il y avait l'option A, elle agit. L'option B elle ne fait rien. Et elle avait choisit l'option B+A. La surprise, la sournoiserie, le grand spectacle.

Et il valait le coup d’œil le spectacle, la manière de récupérer l'arme, l'acrobatie, la prestance.

En temps normal, si elle avait choisi l'option A, il se serait contenté de la fixer droit dans les yeux et lui aurait demandé si elle était du genre à abandonner, à faire les choses à moitié ou si elle irait jusqu'au bout, si elle tirerait. Réponse 2A ou 2B, pas important, il aurait lui même appuyer sur la gâchette si il le fallait, pour la surprise, pour l'inattendue.
Mais aujourd'hui c'est autre chose, quelqu'un avait pris les règles du jeu et en avait fait de la charpie, quelqu'un avait décidé de répondre "ça" à la question "Donnez la définition de l'audace"

Il y aurait bien quelque chose à répondre à la remarque sur les balles, un truc marrant, mais il y à le respect entre artiste, il faut la laisser terminer son numéro et attendre la fin pour applaudir.

Et justement, il se termine, dans le sang et la souffrance! Pas asses cependant, du moins c'est subjectif, une petite griffure, même pas de quoi laisser une cicatrice. Mais c'est normal, elle veut la suite et difficile de discuter avec quelqu'un qui s'étouffe dans son sang.

Elle reprend sa place et pose l'arme sur la table, certaines personne aux alentours observent la scène, c'est pas non-plus extrêmement rare de voir quelqu'un sortir une arme dans ce genre de lieu, mais cela attire inévitablement un peu d'attention, rien de grave, les tickets sont gratuits.

"Si j'ai vu quelque chose qui me plaisait?" il hoqueta légèrement, passant ses mains dans ses propres cheveux, presque comme si il caressait quelqu'un d'autre, comme dans une soudaine extase passagère "J'ai vu...mmh, j'ai vu des merveilles, j'ai vu, j'ai vu... de l'art!" en terminant sa phrase il avait retiré rapidement ses mains de ses cheveux comme pour mimer une soudaine auréole psychédélique sortant de son être.

Il fit un petit rire presque silencieux, penchant la tête en arrière, les bras écartés "Clairement, toi et moi, nous allons faire de grandes choses! Un peu comme Bonnie et Clyde, l'amour en moins et les mutations en plus!"

Relevant la tête vers l'interlocutrice, le regard plein de passion, si celui du dangereux félin était réellement incandescent, celui de Jack l'était tout autant, du moins métaphoriquement.

Il mis la main dans la poche extérieure de sa veste et en sortit une carte de jeu. Il la posa sur la table et le fit légèrement avancer vers le milieu de celle-ci.

"Tu sais ce qu'on dit sur cette carte, non? Le Joker. Il peux être ce qu'il veut, c'est une carte aux multiples identités. Et si il veux, disons par exemple, être un Roi... Alors, il est Roi."

Il s'installa finalement bien droit sur sa chaise "Et le Roi à besoin d'une armée."

Il pris un autre verre sur la table, plus par besoin de faire quelque chose que par soif ou envie d’alcool, c’était un type avec la bougeotte, facile de le remarquer d'ailleurs.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Shaya Crosswell
avatar
Attrape-moi,

SIGNALEMENT : Une voleuse, joueuse, féline qui n"hésite pas à se foutre dans les pires guêpier pour que sa famille vive confortablement. Qui n'hésite pas à relevé tous les défis qu'on lui offre.
Jouons un peu...
Des liens en pagaille
Carnet d'une féline

Enfin, si tu peux !

DATE DE PÉREMPTION : 11/06/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 99
TRESORS VOLES : 1988
CRÉDITS : Moua
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]   Mar 30 Aoû - 11:22

Une fois dans ma chaise, je m'installe de manière un peu suggestive pour les crétins qui tournent le regard vers nous parce que j'ai sortie une arme. Certains délaisse le flingue pour porter leur regard sur moi et une fois qu'ils arrivent à mon regard incandescent, où la violence fait acte, ils tournent la tête, rougissant comme des adolescent pris en flagrant délit de masturbation. Mon pote faut pas avoir honte de ce que tu ressens, sérieux, est-ce que je serais comme ça si je prenais l'avis des autres à la lettre ? Certainement pas ? Je finis par me rasseoir correctement pour éviter qu'on ne vienne encore nous faire chier et j'attends sa réponse, qui, je dois dire ne se fait pas réellement attendre. Il semble un peu trop excités, mais pas de façon sexuel comme certains aurait pu l'être, mais plus du genre euphorie. Ouais je dois bien admettre qu'il semble totalement euphorique et pour être tout à fait honnête je la partage un peu cette euphorie. C'est pas que j'aime me donner en spectacle... Enfin si un peu, mais c'est surtout que, pour être tout à fait honnête, ma souplesse m'éclate plus que le fait de voler, ou alors de menacer, ou même de coucher... Ouais enfin ça dépend avec qui en faite. Un sourire naît sur mon visage, je suis carrément contente qu'il prenne ça pour de l'art, même si je trouve ça un peu exagéré, je lui aurais bien dis que je suis du genre à crée un troisième choix en partant des deux premiers qu'on me donnait, mais je crois qu'il l'a vu lui même. Personne ne me dicte quoi faire, c'est moi qui décide et je le fais toujours de la manière dont j'ai envie. C'est pour ça que j'ai tant de mal à travailler avec quelqu'un d'origine.

« Tu m'étonnes, surtout les mutations hein. »

Je souris, comme une gamine. J'aime sa comparaison, c'est vrai qu'à nous deux, ça risque de faire pas mal de bruit, mais ça veut aussi dire que je vais devoir m'éloigner de lui.... Une vague de tristesse me submerge un moment et puis je laisse tomber. Qu'est-ce que j'avais espéré de toute façon ? Faire ma vie avec lui ? J'en doute fortement, nous n'étions pas du même monde dés le départ. Jack est plus accessible, enfin s'il était moins... Enfin voilà quoi. D'après mes renseignements il est obsédé par une bonne femme qui bosse chez Pinxit, comme quoi, à nous deux, on fait une bonne équipe de débile. Moi, éprise d'un Blade Runner et lui accro à une bonne femme de Pinxit... Débile. Je refais surface de mes pensées lorsque je le vois bouger. Je me méfie toujours des mouvement, un truc de chasse, vous savez le prédateur chassé. Un bon chasseur se méfie toujours de tout. Fin bref. Je le regarde donc sortir une carte et j'écoute tranquillement ce qu'il dit sur le joker. Ok, personnellement j'ai ma propre vision de la chose, mais je ne dit rien d'autre. J'attends la fin, parce qu'il a bien voulu attendre que je termine, alors je lui rend la politesse. En affaire, la politesse fait tout. Une armée hein..... J'avance ma main vers la carte, je la prends et la regarde avec intensité.

« Le Joker est un fourbe. Pas seulement parce qu'il peut se faire passer pour qui il veut, ou parce qu'il peut sortir n'importe qu'elle carte de sa manche, mais parce que sous ce masque, on ne sait jamais qui se trouve là. Il peut s'agir de tellement de monde que ça devient difficile et on se pose souvent des questions. Je n'ai jamais connu de Joker qui se prenait pour le Roi, mais il manipulait très bien le-dit Roi pour qu'il pense que ce soit lui qui donnait de véritables ordres, alors qu'il ne s'agissait que de ceux du Joker. »

Je repose la carte et je plonge mes yeux dans les siens. Je sais bien que sa demande est étrange, que je ne devrais pas accepter. Pourtant.... Ce n'est pas seulement l'attrait de la nouveauté, ou même le fait que je vais pouvoir me créer des défis, c'est surtout... Comment dire, j'ai envie de reprendre le pouvoir. Je ne veux pas manipuler le Roi, mais j'en ai assez de me faire manipuler par Pinxit. Alors s'il a besoin d'une armée....

« Je ne suis pas une armée, je ne suis qu'un fantassin parmi tant d'autre. Bon d'accord, j'ai quelque chose en plus. Cet instinct de chasseur, cette soif de sang, on ne va pas se mentir. Je dois être le pire fantassin qu'on pourrait avoir dans son armée. »

Je le fixe toujours, il doit se rendre compte qu'on ne peut pas me manipuler. Je ne compte pas lui mentir, ce serait totalement idiot. Et je ne me soumet jamais !

« Qu'on soit bien d'accord, je ne suis pas les ordres. J'agis toujours comme bon me semble. Je crée mes propres plans et jamais, je ne me soumet à qui que ce soit. Je pense que je peux toujours servir, mais pas comme un bon soldat, parce que les félins, les chasseurs, ne sont pas domesticables. »

Je m'arrête un instant et reprend tranquillement.

« Bien entendu, ça ne veut pas dire que je veux te défier ou quoi que ce soit, ce n'est franchement pas mon genre. Je préviens juste que je ne suis aucune règle qu'on me dicte. Les règles, je les crée moi-même. Alors si tu estimes que tu peux faire avec, compte-moi dans tes rangs. Sinon.... Préviens-moi et je m'en irais. »

Voilà, tout était dit. À savoir maintenant ce que lui allait répondre.
Revenir en haut Aller en bas
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1462
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]   Jeu 29 Sep - 18:09


Une vision des choses fort intéressante, plutôt proche de la réalité pour être exact, mais trop médiéval, les regards doivent être portés vers l'avenir, la nouveauté et non pas l'ancienneté. Dans tous les cas, elle semblait intéresser, difficile de savoir à quel degrés elle l'était, mais ce n'était pas important pour le moment.

Pendant qu'elle parlait, Jack récupérait l'arme sur la table pour la ranger à sa place habituel, la laisser dehors ainsi allait surement enhardir les gens aux alentours et bien qu'il n'ai rien contre cela, il préférait ne pas être dérangé sur ce coup là.

"Ahah, ne t'inquiète pas."
Il se leva de table "Si j'étais le genre d'homme à apprécier la discipline serais-je réellement habiller ainsi?" dit-il en écartant les bras, histoire de dire -regarde moi donc- tournant lentement sur lui-même comme s'il tentait de vendre son accoutrement à un client.
"Je n'ai que faire de la manière, qu'elle soit sanguinaire, explosive, discrète, diplomatique. Tant que l'objectif est rempli il n'y a aucun problème selon moi. Et quand il n'y a pas de problème, il y a des récompenses. De la somme d'argent à la chute d'un régime qui oppresse les nôtres, voir les deux, chacun son contrat personnalisé"

Puis, restant debout, il s'appuya sur la table en observant la femme-panthère avec un intérêt particulier, presque carnassier. C'était finalement comme s'il y avait un peu de fauve en lui aussi, rien d'aussi concret, rien d'aussi littéral qu'elle, façon de parler en réalité, une bestialité inné à chaque individu et difficile de savoir s'il avait toujours été prompt à ce genre de comportement ou si c’était depuis le réveil de sa déchirure.
"C'est avec plaisir, Mademoiselle LaFélineChasseuse, que je vous compte parmi nous. Il n'y a aucune obligation, j'espère juste te revoir lorsque j'aurais besoin de toi. Et cela ne saurait tarder."

Se redressant complètement, il jeta un dernier coup d’œil aux alentours et tendit la main vers Shaya avec un sourire fermé "J'apprécie grandement ta présence, mais la nuit n'attend pas et j'ai un business à géré. "

Confiant, confiant vis à vis de lui-même et confiance relative envers elle. Il n'avait rien de tel que des pouvoirs télépathiques ou une détection des phéromones, mais une vie entière à observer les gens, à tenter d'imiter une espèce à laquelle on a toujours eu la sensation d'être étrangers, cela ne trompe que rarement. Il pouvait voir, sauf erreur, qu'elle était motivée, pour diverses raisons, mais la motivation était le plus important. Cela faisait d'elle une personne bien plus fiable que la majorité des truands du coin, la plupart n'ont que les tickets de rationnement en tête alors qu'il faut bien plus pour être réellement quelqu'un, il faut des objectifs.

Pour être honnête, il avait déjà la dite mission en tête. Du moins, il connaissait le but de cette mission mais il fallait bien plus pour lancer l'opération, et il fallait être sûr de pouvoir lui-même enchainer par la suite, une fois le domino tombé il allait entraîner avec lui tous les autres et il fallait être prêt.

Alors qu'il se dirigeait vers la sortie, il s'arrêta un instant avant de se retourner à nouveau "Tu ne connaîtrais pas un ou une pro de la technologie par hasard? Le must du must de préférence, peu importe s'il es comme nous où si c'est un humain, un techno ou un robot. Il m'en faut juste un que je pourrais considérer comme...de confiance."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
SOLITAIRE.
sans attache
Shaya Crosswell
avatar
Attrape-moi,

SIGNALEMENT : Une voleuse, joueuse, féline qui n"hésite pas à se foutre dans les pires guêpier pour que sa famille vive confortablement. Qui n'hésite pas à relevé tous les défis qu'on lui offre.
Jouons un peu...
Des liens en pagaille
Carnet d'une féline

Enfin, si tu peux !

DATE DE PÉREMPTION : 11/06/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 99
TRESORS VOLES : 1988
CRÉDITS : Moua
SOLITAIRE.sans attache

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]   Mar 4 Oct - 8:28

Sérieusement, il me fait marrer, je dois bien l'admettre. Sa façon de voir les choses, sa façon d'être. Si je le suis, c'est pas seulement pour l'aventure, c'est pas non plus pour faire exploser le monde non, c'est juste parce qu'il est marrant et qu'en un sens, je sais qu'on risque de vivre des aventures plutôt existante et qu'on va faire chier un paquet de monde. Juste pour le plaisir de les emmerder, je trouve ça cool. Après tout, si on nous traite comme des bêtes autant devenir de vrai bête et ne pas s'encombrer de politique n'est-ce pas ? Ce n'est pas comme si mon métier d'origine était tellement dans les règles. Enfin d'un autre côté qu'est-ce qui est réellement dans les règles maintenant ? Le monde sombre petit à petit, il n'est tenu que par des fils ténus qui se romps les uns après les autres, alors pourquoi est-ce qu'on s'en ferait ? Il faut bien vivre et je ne vais pas m'arrêter de faire ce que je fais alors que j'ai une famille derrière moi qui attend de moi un peu plus que ce que je ne peu donner en ne faisant rien. Un soupir passe mes lèvres un instant. Je déteste tout particulièrement ce genre de réflexion, parce qu'en un sens, je sais parfaitement que cela va encore tourné en rond. Je secoue la tête, souris à sa remarque.

« Très bien, nous nous comprenons alors. »

Je n'ai que faire de la violence, ce que j'aime dans le vol et dans ma nature, c'est la possibilité de tout faire en discrétion. De ne jamais se faire voir et si on se fait voir, on s'enfuit à toute jambe. Je refuse de tabasser quelqu'un, ce n'est pas dans ma nature, ce n'est pas dans ma façon d'être, je ne veux pas devenir violente et la bête non plus. Elle aime la chasse, traquer oui, tuer non. Cela fait bien longtemps qu'on a établit ce genre de règle. Le vol oui, on se sert des aptitudes des uns et des autres, mais il est hors de question d'ôter une vie, juste pour le plaisir d'ôter une vie. La vie est bien trop précieuse pour en faire n'importe quoi. Et puis qui suis-je pour décider de qui doit vivre ou qui doit mourir ? Enfin bref. Je sais que l'entretien touche à sa fin et d'ailleurs, si j'ai balancé cette phrase tout à l'heure c'est parce que je savais au fond que la démonstration fini, l'accord mis en place et les précisions abordés, il serait temps de nous séparer. D'ailleurs, j'avais rendez-vous avec un magnifique vase qui ne demandait qu'à rejoindre son vrai proprio.

« On a tous les deux un business à gérer de toute façon. J'ai d'ailleurs un propriétaire à satisfaire. »

Sans mauvais jeu de mots, ou si. Je laisse planer la phrase un moment, c'est marrant de faire ça aussi. C'est marrant de lui dire ce qu'il veut entendre en laissant planer de nombreuses choses autour de la phrase. En somme, je suis une joueuse pas tenté. Il faut de tout pour faire un monde n'est-ce pas. Et puis, je ne vais pas me laisser aller, sous prétexte que le monde ne tourne pas rond et surtout qu'il ne risque pas de s'arranger. Bien entendu, je pourrais échafauder des théories sur le fait de survivre, mais est-ce que ça a réellement de l'importance ? Ce n'est pas comme si les paroles allaient avoir de l'impact dur le monde. De toute façon ce n'est pas comme si je pouvais détruire la citadelle pour faire redescendre tout le monde sur terre. Ce serait pas mal de pouvoir faire ça n'empêche. Je me lève donc, avec l'idée de faire tomber la citadelle et surtout le vol de mon œuvre d'art en tête. Je me tourne pour lui dire au revoir au moment où il me pose une question. Des doués en technologie ? J'en connais certains oui. Mais est-ce que j'ai réellement envie de les embarquer là-dedans ? De ce que je sais, Sileas est pas trop mauvais, mais je n'ai pas vraiment envie de le foutre dans l'histoire. Il y a bien la surdouée que j'ai rencontrer une fois, mais elle aussi, ai-je réellement envie de l'embarquer dans cette enfer.

« Désolé, je n'en connais pas réellement. Le truc tu vois, c'est que j'ai pas réellement de contact avec les gens, sauf quand il me demande de voler un truc. Le reste du temps, je me contente de ne pas me prendre la tête et d'éviter toute relation qui pourrait m'être préjudiciable par la suite. »

Et c'est pour ça que j'évite tout le monde généralement.

« Enfin si jamais j'entends parler de quelqu'un je te l'envoie t'en fais pas et je te ferais glisser un message pour que tu puisses savoir de qui il s'agit. »

Et avec un sourire, je m'incline devant lui comme une révérence et je m'en vais, comme je suis venue.
Revenir en haut Aller en bas
 

Une bière blonde n'est jamais fausse [Pv Shaya]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reign in Blood ::  :: Autopsie :: ARCHIVES RPS-