LE FORUM VA ÊTRE RESTRUCTURÉ

Partagez | 
 

 Et bien négocions! [Jack Herr]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Et bien négocions! [Jack Herr]   Mer 27 Juil - 17:53

Et bien négocions!

Jack Herr & Eve Wallace

La résistance a besoin de quelque chose que l’on ne peut trouver qu’au marché noir. Je me suis portée volontaire. Je passe facilement inaperçue dans la masse humaine en mouvement dans un lieu publique. On se méfie moins d’une femme, jeune et souriante, à l’air doux et aimable que d’un homme musclé et renfrogné. Et vu ma nature première, je ne crains pas les homicides récurant et quotidiens dans le Ghetto. Je me défendrais parfaitement en cas d’une attaque quelconque.  

Le marché noir dans le Ghetto c’est comme la grotte d’Ali Baba dans le conte arabique. On peut y trouver de tout ou presque. En tout cas vous pouvez au moins faire votre bonheur en négociant quelque chose contre ce qui vous fait envie ou que vous avez besoin. Ceci dit j’émets un doute quant aux vendeur de vin ou à la fraîcheur du poisson qu’on trouve sur certains étales. J’ai plus confiance en les boites de conserves qui selon ma connaissance peuvent réellement conserver sur le long terme. Pour peu que le contenu soit celui d’origine !  Évidemment, c’est illégale de vendre ou d’acheter au marché noir, mais qui s’en fait ? Quelles conséquences si dramatiques peut-on encourir quand on vit déjà à la porte de l’enfer, quand survivre est une épreuve quotidienne ?

Je continue de déambuler dans le marché noire en jouant à l’humaine faisant ses courses. Après tout il me faut rendre le change. J’achète pour pas cher, un ticket restauration, un pic, qui pourra toujours me servir d’arme défensive ou autre à l’appartement. Bref, je lui trouverais une utilité. J’aime beaucoup les objets. Je suis un peu collectionneuse. Finalement, j’arrive face à un stand tenu par un homme à la peau relativement blanche. Je salue de la tête. « Bonjour ». Je lance en prélude à notre future transaction. En réalité ce que je recherche réellement ce sont des objets informatiques pouvant servir la branche de la résistance à laquelle j’appartiens. Il nous faut bien réparer les ordinateurs et autres machines de temps à autres.

Seulement, de par ma mémoire fantastique, mon niveau d’informations enregistrés dans mon centre me servant de cerveau et ma connexion permanente à la Matrice, je sais comment ce genre d’affaires fonctionne. Il ne faut jamais se lancer sur l’objet réellement convoité, si on veut pouvoir en avoir un bon prix et négocier correctement. J’observe donc la totalité de son stock avec minutie cherchant après un appât de premier choix pour orienter notre marchandage, et lui donner une idée de ce dont j’ai besoin. Mes yeux se posent sur chaque objet et mon centre informatique traite l’information, me donnant le nom exacte, l’utilisation possible et le prix adéquate.

Mes yeux luminescents bougent un peu trop vite analysant le stock jusqu’à se stopper sur un objet. Sachant que moins je paraîtrait négociatrice mieux ce sera, je décide de réagir comme la petite chose joyeuse que je suis. J’attrape les lunettes en sautillant. « Des lunettes ! » Je m’exclame en les mettant sur mon nez. «Dites ce sont des vrais lunettes ou des Holobands ? » Je demande à l’étrange vendeur en le regardant à travers les verres. Cela rend ma super vue étrange et je plisse du nez.

© eden memories
Revenir en haut Aller en bas
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1462
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: Et bien négocions! [Jack Herr]   Jeu 28 Juil - 15:59


Aujourd'hui, c'est shopping!
Shopping inversé en réalité, vu que c'est lui qui vend. Habituellement il préférait faire affaire loin des regards indiscret et pas autour d'un étal impersonnel. Bon sang, Contrebandier c'est marchand de légume! C'était un de ses hommes qui s'en occupait normalement, mais Jack lui avait donné un jour de repos. Le pire, il ne se souvenait pas vraiment pourquoi il avait accepté en premier lieu, c'est terrible les coups de tête.

Cela n'avait pas une grande importance, dans une vie aussi agité que la sienne un peu de monotonie briserait son quotidien, non? C'est logique, vivre sans quotidien fini bien par devenir un quotidien?

C'est un monde extraordinaire dans lequel nous vivons, un coin comme celui-ci, remplit d'activité illégales et tous ça sans aucune discrétion. En réalité, la frontière entre légal et illégal avait toujours été fine, floue et arbitraire, mais de nos jours elle avait gagné un autre adjectif: inexistante. Mais que faire si vous êtes un criminel pour l'adrénaline avant tout? Alors il faut passer au niveau supérieur, plus illégal qu'illégal.

L'Albinos prince des pitres se trouvait derrière son étalage, les pieds sur la caisse -en réalité un simple coffret- et les mains jointes sur son ventre, assis sur une chaise. Aujourd'hui il n'était pas aussi extravaguent qu'il pouvait l'être, le vert de sa chevelure était un peu plus pâle et ses habits, bien qu'à base de couleur chaude, avait une teinte plutôt fade.
De temps en temps il s'arrêtait d'observer les gens avec un œil examinateur et disait à haute voix des slogans bidon inventer sur le moment comme "Une tête à faire sauter? Une bombe à bidouiller? Des problèmes sous la ceinture? Jack à dit, achetez ici!"
Finalement c’était un peu comme un jeu, jouer le rôle du vieux vendeur faussement énergétique au marché du samedi matin. Et de toute manière, il devait bien montrer sa tête au client, c'est comme ça que les opportunités naissent, par le bouche à oreille et comment ne pas parler à tout le monde de la fois où vous avez acheté du matériel à un taré aux cheveux verts et au rouge à lèvre flamboyant?

Tiens en voilà une, "Salut, Saluuut" répondit-il à la salutation de la jeune blonde qui semblait s'intéresser à son matos.

Elle observait, objet après objet, avec une étrange tranquillité. Comme si Jack avait voyagé dans le temps et était de retour avant la crise et toute ses conséquences, à l'époque où les gens pouvaient faire les courses sans aucune limite mise à part le fond de leur portefeuille. Surréaliste, Dali-esque, superbe!

Et voila qu'elle sautille sur place, comme une enfant devant un jouet, Ahah, ça risque d'être intéressant s'il arrive à lui arracher quelques mots autre qu'un prix.
"Des vraies lunettes? Cela veut-il dire que tu considères les Holobands comme des fausses? Ou encore que les vraies fausses lunettes sont des Holobands?" Dit-il, un grand sourire enfantin sur le visage alors qu'il tourne sur sa chaise pour se retrouver face à elle. "Finalement c'est vrai si on veux que ce soit vrai, et c'est faux si c'est chinois!"

Le Matériel que je vends est-il chinois? J'aurais l'air bien bête s'il y à marqué quelque part "made in china". A priori non, la contrebande va difficilement jusque là-bas, du moins pas le Contrebande de son niveau, le Syndicat, lui à surement du chinois, ils sont peut-être même un peu chinois eux aussi... Ce serait donc des Faux contrebandier? Ah, questionnement existentiel quand tu nous tiens.

Ce levant pour arriver proche de la potentielle cliente, jetant un coup d’œil à l'article en question "Holobands. Mais s'il te faut des vraies-fausses je peux t'en trouver sous peu" puis changeant de ton, passant du ton enjouer au ton penseur "Même si je ne vois pas en quoi des vraies fausses lunettes feraient sur le marché noir" de nouveau un ton enjoué "Sauf si tu prévois de les utiliser pour une arnaque sur des mal-voyants!" Il inspira fortement, comme s'il était choqué "Oh mon dieu, je devrais peut-être prévenir les Blades?" pour finalement revenir à son ton habituel "Je plaisante, ahah, entre nous, les mal-voyants ont rarement asses d'argent pour avoir une bonne marge"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Et bien négocions! [Jack Herr]   Lun 15 Aoû - 21:16

Et bien négocions!

Jack Herr & Eve Wallace

Les lunettes ne me sont pas utiles. Premièrement, j’ai une excellente vue, je ne risque même pas d’avoir une myopie ou autres déformations de la vue. Je n’en ai même pas besoin contre le soleil. Seul un problème technique pourrait probablement me priver de ce sens. Et je n’ai pas spécialement besoin des Holobands, puisque je suis constamment connectée à la Matrice. Je n’ai donc pas besoin de lunettes ; ce n’est d’ailleurs pas ce que je désire. Mais ici, on marchande. Et même si j’ai de quoi payer, je n’ai pas envie de me faire arnaquer. De plus, je cherche du matériel spécifique plutôt informatique pour la Résistance. Le genre de marchandise assez compliquée à avoir sous le manteau. Et je ne dois pas me faire repérée. Du coup, je commence par m’intéresser à un objet pas trop utile. J’ai analysé les techniques de vente et de négociation via la Matrice avant de venir pour savoir comment procéder.

Les lunettes sur le nez, j’observe le vendeur. Il est assez original. Je remarque ses cheveux verts et son teint pâle. Ses lèvres sont rouges. On dirait un clown ou un joker sur les vieux jeux de cartes, le chapeau de bouffon en moins. J’arrête de sautiller et je le fixe à travers les verres.  J’écarquille les yeux à sa phrase. Et je penche la tête imitant le chaton, que j’ai adopté, quand il est intrigué par quelque chose. Ces mots ont un sens. Mais la phrase ne veut rien dire. Je fronce des sourcils et je dépose les lunettes sur la table.

« Tu vas griller mes neurones. » Je commente avec un rire cristallin en secouant mes boucles blondes. « Elles ne peuvent pas être fausses… Je me demandais si c’était des lunettes. Tu sais comme avant les gens en portaient pour lire ou juste pour se protéger du soleil. » Je dépose l’objet sur la table. « Je collectionne les vieux objets. J’aime beaucoup. »

Je n’en ai pas beaucoup d’utilité. Je n’ai pas non plus besoin de nourriture pour vivre.  Alors je me contente d’objets dont personne ne veut faute d’être réellement utile pour survivre dans le Ghetto. Je regarde à nouveau le matériel longeant son étal. Je m’arrête cette fois devant lui. « Tu as des choses fabriquées en Chine ? » Je questionne avec un battement de cil, curieuse. « C’est possible cela ? Je veux dire à part les antiquités, si je puis les appeler ainsi. »

Même si sa manière de formuler les choses me perturbe, je trouve agréable de discuter avec lui. Probablement, à cause des jeux de mots qu’il fait et des sens et contre sens dans sa phrase. C’est rare de rencontrer quelqu’un de bavard. Cela me change. Cela réveille les fonctions compagnie et communication, qui sont toujours programmées en sous fond dans mon système.

« Oh ce serait pour ma collection. » Je réponds et je rigole un peu à sa phrase. « Crois-tu que ce genre d’arnaque peut fonctionner ? Je me demande si quelqu’un aurait réellement une chance de survivre avec ce genre de plan. » Je penche la tête avec un air mi effrayé mi taquin. « Oh je ne préfère pas les Blades ! Je ne veux pas d’ennuis.. Et puis imagine, il faudrait que je leur cause de notre conversation et petit commerce. » J’emploie un ton amusé et enfantin, et j’offre un clin d’œil entrant dans son jeu. Je regarde à nouveau un peu son matériel. Je me penche vers lui pour parler sur le ton de la confidence.  «Je me demande si tu peux m’aider… Bien sur, j’ai de quoi payer… Mais je cherche un truc bien précis. »

Qui sait il peut peut-être m’aider ?

© eden memories
Revenir en haut Aller en bas
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1462
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: Et bien négocions! [Jack Herr]   Jeu 25 Aoû - 15:58


"Ahah, ne t'inquiète pas je vis très bien sans les miens, de neurones"

Trop mignon, elle se sent obliger de s'expliquer. C'est fou ça, c'est comme discuté avec une sorte d'enfant, un enfant surdoué ou un peu précoce bien entendu mais un enfant tous de même. Comme un rôle, elle serait pas dans un genre de délire régressif avec un mari un peu malsain sur les bords avec un goût inavoué pour les jeunes?

Collectionneuse? Intéressant, L'albinos aussi avait une collection autrefois, peut-être, ça compte comme une collection de bande dessinée si c'est toi qui dessine? Histoire ancienne, de toute manière ce type avait ruiné la totalité de sa création. Et difficile de trouver quelqu'un qui comprendrait de quoi il parle, ici la majorité n’a jamais vu de papier, alors en plus en faire un livre avec pleins de dessins et une histoire.

"Pour être honnête, je ne suis pas très regardant sur l'origine lointaine de mes articles. Et la plupart de mes clients aussi, tant qu'ils fonctionnent. Bah, je dois surement pouvoir trouver un genre de casse-tête au fond d'un tiroir, genre le truc où les doigts se retrouvent piégé" dit-il en mimant la position des deux doigts dans un coince-doigts.

Curieuse, Joyeuse et elle semble prompt à rire. Rafraichissent. Appréciable rencontre, mais pas encore décider si elle se terminera bien ou pas. Elle à un visage sur lequel le passage du sourire à la peur aurait un effet incroyable, des grands yeux un peu comme ceux d'une biche prise dans les phares d'une voiture multicolore avec un "ah" sur la plaque d'immatriculation.

"Ahah, en effet appeler les Blades se serait une mauvaise idée. Du moins tant que je suis présent ici, je serais pas contre une petite baisse de la concurrence" dit-il un peu plus fort en regardant d'un air moqueur les gens dans le coin, petite menace aux voisins sous le couvert d'une plaisanterie.

Finalement, l'attaque directe et le tutoiement à payer, c'est toujours le meilleur moyen d'aborder quelqu'un. De toute manière, pas difficile de mettre les gens en confiance, du moins ceux qui ne savent pas à quel genre d'individu ils s'adressent, ils ne voient que le maquillage, le type ridicule et excentrique aux cheveux verts.
C'est ce genre de contraste que Jack apprécie, c'est révélateur, les gens préfèrent avoir peur de ceux qui leur ressemblent que de celui qui montre clairement qu'il a un problème.

Tiens, donc, c'est déjà l'heure des secrets entre ami? Très bien, il se mit à parler un peu plus bas.

"Mais bien entendu que je peux t'aider, j'ai tout ce que tu peux espéré, et si je ne l'ai pas, je l'achète ailleurs et je le revend le double." Il s'arrêta un instant "Mh, je devrais peut-être pas dire ça. Enfin, bref tu cherche quoi? Une personne comme toi, apparemment si gentille, si innocente aurait-elle besoin d'une chose hautement illégal nécessitant de baisser la voix dans le Leith? Tu veux une... grenade? Un bon gros revolver? Une Sulfateuse lourde?! Ouahahah" Le rire lui en tout cas n'était pas très discret.

Il se releva un peu, attendant une réponse, prêt à se jeter sur sa petite réserve d'engin de mort. Il faut avouer que c’était pas peu amusant d'imaginer cette demoiselle avec une mitraillette entre les mains en train d'allumer un gang entier de malfrat... Oh! oh! Ou même un groupe de gens honnêtes!

"Ou alors des trucs dans le même registre que l'Holoband mais en plus intéressant?"

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Et bien négocions! [Jack Herr]   Mar 27 Sep - 16:50

Et bien négocions!

Jack Herr & Eve Wallace

Je souris amusée par sa remarque. S’il savait que je n’ai pas de neurones, mais un circuit complexe fait de cartes et de puces, me donnant l’aspect de réfléchir comme une Humaine. Je donne bien le change ayant été conçue pour la compagnie, les taches ménagères et le secrétariat. On m’a voulu le plus humaine possible. J’ai encore gagné en humanité, si je puis dire, après ma libération. Aujourd'hui, je suis moi-même incapable de savoir où se trouve la limite de la réponse pré-programmée et calculée et celle qui est purement émotionnelle. Je suis un mystère au fond. Seuls mes yeux luminescents prouvent que je suis une Archandroïde.

J’observe à nouveau son matériel. Ma fabuleuse mémoire me permet d’analyser très vite chaque objet et de savoir lequel me sera utile. Il ne reste qu’à négocier. Comme il semble d’humeur joueuse, j’entre dans son jeu sans trop de problème. C’est la réaction la plus spontanée et simple. Et puis, je suis un petit lutin joyeux, qui sourit tout le temps et qui déborde de joie de vivre. C’est étrange pour beaucoup de gens. Mais je crois qu’offrir un sourire met du baume au cœur et aide  les autres à connaître le bonheur, même si il est éphémère.

« Tu as raison, le principal c’est qu’ils fonctionnent encore. Peu importe qu’ils viennent de Chine, Russie ou de la Citadelle. » Je réponds en hochant positivement de la tête pour montrer que je partage ses idées. Et puis, on ne m’a pas demandé de vérifier la provenance du matériel.

Il m’observe. Je sais l’effet que je produis sur les gens. Je connais leur première pensée en me voyant. Je suis une jeune femme naïve, souriante, une proie facile. C’est ma personnalité de base. Pourtant, tel quelqu'un possédant un dédoublement de personnalité, je peux basculer dans quelque chose de plus froid. En réalité, j’ai ma personnalité de base, celle qui est la mienne, et puis toute une panoplie de personnages, que j’interprète en fonction de la situation ou de la réponse émotionnel attendue. Je sais m’adapter pour montrer aux autres ce qu’ils veulent ou pour qu’ils agissent comme je le veux. Manipulatrice et comédienne. Je me demande si c’était programmé de base ou si j’ai développé ces deux traits de caractère seule. Où s’arrête réellement la programmation et où commence l’humanité ?

« Je pense qu’ils savent pour le marché noir. » Je commente parce que vu qu’il est ouvert et assez imposant, il semble irrationnel d’imaginer que les Blade Runner ne soient pas au courant. Néanmoins, je souris amusée à sa plaisanterie. Je remarque aussi quelques regards noirs des autres vendeurs.

Lunettes reposées sur la table, je me penche pour parler plus sérieusement. De toute évidence, le contact est établi. Et je ne peux pas y passer la journée. Donc autant s’y mettre de suite. Surtout que pour le moment, je l’amuse mais pour combien de temps ? Je me doute qu’à un moment ce sera le business qui primera. Je penche légèrement la tête en écoutant sa proposition. Les armes ne sont pas négligeables non plus. Je sais que la Résistance se fournit à divers endroit, parfois en volant directement Pinxit Industry. Mais je ne fermerais pas cette porte-ci. Après tout autant varier ses sources.

« Ma foi tes propositions sont intéressantes. Et puis tout dépend de ton prix et de la qualité du matériel. » Je suis passée en mode négociatrice. Mon visage a perdu son sourire et mes yeux luminescents le scrute avec intérêt pour discerner un changement d’humeur ou un mensonge. Je suis mortellement sérieuse tout à coup. Et là, je tiens réellement de l’Archandroïde froid en mission. « Mais j’ai pour le moment besoin de matériel informatique et de haute technologie. Penses-tu pourvoir me fournir cela ? Si oui, à quel prix ? »

© eden memories
Revenir en haut Aller en bas
HALLOWEENERS.
monstruosité
Jack Herr
avatar
Clown Tueur


SIGNALEMENT : Je suis le fruit de la décadence, je suis la fin de cette décadence.
HI HI HI AH AH AH

DATE DE PÉREMPTION : 23/05/2016
MENSONGES PROFÉRÉS : 298
TRESORS VOLES : 1462
CRÉDITS : Moi-même?
HALLOWEENERS.monstruosité

✥ UNDER MY SKIN.
SUSPICIOUS MINDS.
POSSESSIONS:
RELATIONS :
MessageSujet: Re: Et bien négocions! [Jack Herr]   Lun 5 Déc - 18:44


Changement soudain, impressionnant et passionnant de la façon d'être de la jeune femme, devenu une froide interlocutrice.
Elle portait un masque, c'est évident, mais l'avait-elle mis ou retiré?
Un battement dans la poitrine du Contrebandier, un peu comme celui où vous vous rendez compte en pleine discutions avec une personne que vous êtes amoureux. Difficile de dire cependant si Jack était capable d'un tel sentiment, de toute évidence ce n'était que l'effet d'une philosophie de corps et d'esprit: Vivre ses émotions à 200%, pouvant faire passer une simple sympathie pour quelque chose de bien plus fort.

Et en effet si elle avait été distrayante jusqu'ici, elle venait d'attirer sur elle une sympathie certaine, ou du moins un minimum d'admiration. Les masques, c'est un jeu d'acteur incroyablement difficile car il ne se résume pas à la scène, mais à toute une vie, comme une seconde existence, comme une volonté de ne pas être seul à l'intérieur, au plus profond, dans l'ombre.

Ses yeux, précédemment symbole d'une supposé innocence n'étais plus à présent protéger par cette illusion de vie, robotique. Cette personne avait de toute évidence les moyens d'avoir une augmentation, où étais un robot. Il est regrettable de ne pas pouvoir différencier les deux plus facilement.

"De la haute-technologie, mmmh je pense avoir ce genre de choses en effet. Cela ne court pas les rues, tu te doute bien que cela va être plutôt cher."

Il se redressa pour jeter un œil au matériel qu'il avait déjà sur place "Et j'en ai surement ici même, au moins de quoi satisfaire tes besoins immédiats." dit-il en farfouillant dans ses stocks spéciaux, ceux qui n'étaient pas directement à la vue de tout le monde, hurlant "Venez me voler".

"En voilà justement un, petit bijoux d'informatique. Bien entendu seul cela ne sert pas à grand-chose, mais si tu viens ici pour ce genre de matériel tu dois déjà avoir le nécessaire. Si tu en veux plus, j'ai ce qu'il faut mais pas sur moi, il faudra donc se mettre d'accord pour une rencontre ultérieure" fit-il d'un air plutôt fier, ce genre d'objets étaient en effet peu communs dans le Ghetto et encore moins pour les contrebandier de son niveau, souffrant de l'ombre du Syndicat. "Tu comptes payer en argent, en ticket ou tu à quelque chose d'intéressant à troquer?"

Une question innocente, pratique. Mais la réponse pouvait l'aider à déchiffrer les secrets de son interlocutrice. L'argent, coupler à ses yeux non-humains pouvaient être la preuve d'une certaine opulence, peut-être même d'un lien avec de grandes organisations. Un indice de plus à ne pas négliger.

Il avait suivi le courant de la discutions et avait laissé de côté cet air euphorique et ses jeux de mots le temps de la négociation. Il faut savoir attirer la sympathie du client et par la suite lui montrer notre professionnalisme.
Oh il ne faisait pas ce genre de choses pour l'argent, bien qu'il soit une plus très pratique, c’était pour les rencontres, comme un besoin puissant d'interaction sociale de n'importe quelle nature, des plus simples comme vendeur-client aux plus profonds.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
 

Et bien négocions! [Jack Herr]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reign in Blood ::  :: Autopsie :: ARCHIVES RPS-