LE FORUM VA ÊTRE RESTRUCTURÉ

Partagez | 
 

 Laisse-toi ensorceler par ma voix, et je me laisserais prendre dans tes filets [Allanon Kane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Laisse-toi ensorceler par ma voix, et je me laisserais prendre dans tes filets [Allanon Kane]   Sam 13 Aoû - 16:07

Laisse-toi ensorceler par ma voix, et je me laisserais prendre dans tes filets

Allanon Kaner & Étain Adair

Les ruines du vieux château sont un endroit parfait pour un moment de pause. Je suis passée par le hall d’entrée, où il y a des artistes de toute sorte pour m’éclipser rapidement dans le vieil escalier de pierre, qui monte dans les étages supérieures. Ce que j’aime en ce lieu historique, c’est l’ambiance qui y règne, le poids des siècles que l’on peut sentir peser sur chaque pierre. Et puis, il y a ces gens pratiquant tous un art et en ayant fait leur repère artistique. Il y a ainsi une ambiance différente, presque respectueuse. Étant poète et chanteuse de formation, on dit Barde au sein de la Tuatha dé Danann mais cela revête comme fonction un titre sacerdotale, que peu de gens ici peuvent comprendre, je me sens ici comme chez moi. Être Barde, c’est être la mémoire de la religion et de l’histoire, être la voix de dieux et être celui qui détient le savoir et l’enseigne. C’est différent de Druide ou Vate, c’est plus porté sur la communication en quelque sorte et sur les arts. Mais nous restons des êtres sacrés vouant notre vie aux divinités que nous vénérons.

Arrivée à l’étage, il n’y a personne. Il ne reste que des antiques pièces meublées sombrement de mobilier soit sans valeur soit trop encombrant pour être volé. Les tentures ne sont plus que des morceaux de tissus élimés et déchirés, qui flottent au grès des vents extérieures. Il ne fait guère chaud dans le château. Mes bottes à talons hauts martèle le sol. Je croise les bras sous ma poitrine. Je suis vêtue sobrement : un chemisier verts sous une veste en jeans et un jeans troués par endroit. Je porte aussi un talisman en bois autour du cou. J’erre sans but dans les galeries et chambres de l’ancien château, m’imaginant des histoires, des aventures galantes, des drames, des complots, qui auraient pu s’y jouer. Je souris à mon imagination fleurissante. Qui sait peut-être que je composerais un hymne à la gloire de cet endroit ?

Un bruit de pas plus lourd que le mien me fait me tourner. Agile et rapide, je me cache derrière un pilier de pierre. Puis lentement, je me tourne pour faire face à la pierre et je me penche un peu pour observer l’intrus, mains appuyées sur le granit froid. Il s’agit d’un homme de taille assez grande, du moins comparé à moi. Il est bien bâti, assez musclés même. L’image même du guerrier. Quand il approche, je contourne le pilier pour rester dissimulée par les ombres et la pierre. On croirait que je joue à cache-cache, mais ce n’est pas le cas. Je ne connais pas cet homme. Et je préfère l’observer avec intérêt. Un fin sourire naît sur mes lèvres. Il est plutôt séduisant. Il m’inspire une sensation de protection, comme si près de lui je ne risquais rien. Ce qui est stupide vu que je ne le connais pas.

Je mordille légèrement ma lèvre inférieure. Il continue de marcher dans une direction précise. J’ai le loisir de m’enfuir sur la pointe des pieds vers les escaliers. Mais je n’en ai pas envie. À la place, je le suis lentement tachant de rester discrète et me dissimulant quand il regarde par-dessus son épaule. Le jeu m’amuse un moment. Pourtant je sens qu’il se méfie. Il a fini probablement par entendre le bruit de mes talons. « Serais-tu perdu chevalier ? » Je questionne toujours dissimulé derrière un pilier, la pierre m’étant un bouclier froid et solide. « Tu sembles bien loin des quêtes, que remplissent les preux chevalier dans ton genre. » J’ajoute toujours la voix chantante, même si je n’utilise pas mon don. Ce serait gaspiller le don des dieux de manière égoïste et inutile.

© eden memories
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Laisse-toi ensorceler par ma voix, et je me laisserais prendre dans tes filets [Allanon Kane]   Sam 13 Aoû - 20:32

Il faut que je relâche la pression et dans ces moments-là je ne vois que très peu d’options. L’une d’entre elles me mène aux ruines du château. La nostalgie montait en moi alors que j’imaginais la vie au temps de sa construction et des centaines d’années après encore jusqu’à maintenant. La vie, finalement, était faite de batailles et de tragédies, quelle que soit l’époque à laquelle nous vivons. Alors pourquoi vivre ? Pourquoi se battre pour cette vie finalement si désuète et pessimiste ? Parce qu’au cœur de cette souffrance se trouve la lumière. Ces petits instants de bonheur qui donne à la vie tout son sens. Ces plaisirs simples que beaucoup d’êtres humains oublient dans leur recherche du bonheur qui n’existe pas réellement.

Voilà ce que me rappelle ce lieu. Pourquoi nous battons nous pour vivre.

Je déambule dans les ruines, un mur par-ci, une colonne par là… oh la salle de bal… des vestiges d’un temps de fêtes. Une autre raison de se battre. La joie ! Le rire. Depuis combien de temps n’ai-je pas rigolé ? Depuis combien de temps n’ai-je pas participé à un repas convivial ? Où sont ces bonheurs simples. Me suis-je perdu dans ma mission ?

Pour trouver la réponse, je décide de me diriger vers le côté ouest du château. De là, je peux voir l’eau. Cet élément m’apaise et me fait rêver. Il m’aide également à réfléchir et à comprendre qui je suis et ce que j’attends du futur.

Alors que je réfléchis tout en marchant lentement, à pas lourds mais rapides, je sens un regard m’observer. J’entends également le bruit de chaussures heurter la pierre et le souffle de cette jeune femme qui n’ose pas se montrer. Je ne dis rien, jette un regard de temps en temps en arrière pour essayer de voir à quoi elle ressemble mais je continue mon chemin. Jusqu’à…

Jusqu’à ce qu’elle rompt le silence. Sa voix était mélodieuse. Celle d’une sirène. Sauf que je n’étais pas un marin et qu’il n’y avait pas d’eau sous mes pieds. Du moins, pas directement. Cela dit, cette sonorité enchanteresse donnait envie de l’écouter. Jamais auparavant je n’avais vécu cela.

Elle me pensait preux chevalier ? Qu’est-ce donc ? Je ne dis pas que je ne connais pas ce terme, juste que je suis loin de correspondre à la définition. Elle peut me voir mais moi non. Je n’aime pas ça. J’ai appris à me méfier de tout depuis mon plus jeune âge. Je décide alors de prendre la hauteur. Cette capacité m’aide beaucoup dans ces moments-là. Car d’en haut, on voit tout, on perçoit tout. Plus, le vent, aussi faible soit-il nous apporte les odeurs nécessaires à la défense.

Du haut de mon mur en ruine, je vois désormais la jeune femme. Brune. Des yeux clairs.

« Je ne suis pas perdu et vous ? »

Ma voix grave résonne dans ce lieu rempli d’histoire. Elle se cache mais désormais n’a plus nulle part où aller sans que je ne puisse la déceler et mieux encore je suis inatteignable. En espérant qu’elle n’ait pas la même capacité que moi à sauter si haut.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

✥ UNDER MY SKIN.
MessageSujet: Re: Laisse-toi ensorceler par ma voix, et je me laisserais prendre dans tes filets [Allanon Kane]   Ven 16 Sep - 8:51

Laisse-toi ensorceler par ma voix, et je me laisserais prendre dans tes filets

Allanon Kaner & Étain Adair

Je continues de suivre l’étranger, dissimulée par les ombres des anciennes colonnes en pierre. Le jeu dure un petit moment, pendant lequel nous nous éloignons des escaliers. Le silence se fait peu à peu. Le bruit des chants, de la musique et des conversations disparaît peu à peu. C’est de plus en plus silencieux. Pourtant je ne le redoute pas. J’ai cette voix suave et envoûtante, qui est autant une arme défensive qu’un atout des dieux pour convertir les fidèles. Alors, au final, les autres finissent toujours par faire ce que je leur demande. Personne ne résiste au chant d’une sirène.

Je me doute que l’inconnu m’a repérée. Je le vois de temps à autre jeter un regard en arrière par-dessus son épaule pour m’observer. Il ne peut pas me voir. Mais il entend certainement le bruits de mes talons aiguilles. Il doit sentir mon regard sur son dos. Mais c’est tout. Cependant, il continue de marcher et de visiter le vieux château. Alors je l’aborde de ma voix chantante. Après tout, une petite conversation est toujours agréable. Il n’est pas surpris vu qu’il avait constaté ma présence depuis un long moment. Il ne répond pas directement.

En fait, il s’élève dans les airs lentement pour se retrouver assez haut pour me voir. Je cligne des yeux un moment. Il n’y a qu’une explication possible pour moi. Il est un de ces privilégiés à qui les dieux anciens ont offert un don. Je sais qu’il n’est pas membre de la Tuatha dé Danann. Je ne le connais pas. Peut-être se laisserait-il convertir ? Peut-être pas. Tout ce qui importe en ce moment, c’est que les ténèbres ne me dissimulent plus. Alors lentement, de ma démarche gracieuse, je quitte les ombres pour m’avancer au centre du hall. Je lève la tête, et je papillonne des yeux avant de sourire, émerveillée. Quel beau don de pourvoir voler tels les oiseaux à qui le ciel appartient.

«Je ne me perds jamais.» Je réponds avec un sourire sincère. «J’ai confiance en là où on m’envoie. Puis je connais bien le château. »

J’avance encore de quelques pas, la tête toujours relevée pour observer l’inconnu. C’est un homme au corps musclé et grand. Il a la peau clair et les cheveux sombres comme un ciel lors d’une nuit sans lune. Et une barbe il mange les joues. Je crois qu’il est un guerrier. En tout cas, il a la corpulence et les muscles, qui prouvent qu’il a l’habitude du corps à corps. Ce n’est pas mon cas. Moi, je suis une mince jeune femme, qui semble bien fragile et faible.

«Tu as un don merveilleux. Les dieux t’ont gâté. » Je commente en faisant encore un pas de plus, ne cachant pas mon émerveillement. J’admire ce genre de capacités. Tout le monde n’a pas les même dons. Mais je crois sincèrement que les mutants comme on les appelle vulgairement, ont été marqué des dieux. Ils nous ont offert un don démontrant leur existence. Ils nous aident par ces dons à faire avancer l’Humanité, à abattre l’ennemi.

«Je suis Étain.» Je me présente. «Je suis enchantée de te rencontrer.» J’ajoute avec un léger mouvement de tête en guise de salut.

© eden memories
Revenir en haut Aller en bas
 

Laisse-toi ensorceler par ma voix, et je me laisserais prendre dans tes filets [Allanon Kane]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reign in Blood ::  :: Autopsie :: ARCHIVES RPS-