Bienvenue
sur Les âmes mortes Invité
L'équipe te souhaite de t'amuser parmi nous !
Roulette russe !
Participez à la nouvelle animation et jouez avec le MJ !
Suis le fil d'intrigue
Et découvre le nouvel épisode de l'intrigue principale !
L'incroyable chasse au trésor !
Lancez-vous dans la chasse aux easters eggs !
Nouveauté
Faites la connaissance des technomanciens et explorez avec eux la matrice
Recrutement
Vous avez la fibre administrative ? Alors répondez au recrutement staffieux !

Partagez | 
 

 Kirill ∆ inglorious bastard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FONDATRICE.
elle porte des slips roses
Kirill Lvov
avatar
RÉVÉLATIONS,

SIGNALEMENT : Blade Runner prêt à dérailler.
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 24/03/2014
MENSONGES PROFÉRÉS : 772
TRESORS VOLES : 6935
CRÉDITS : Eden Memories

✥ ELECTRIC DREAM.
CODE BARRE.
LEGENDES VEHICULEES: Ce qui se dit au sujet de votre personnage, ce qu'on dit de lui dans son dos, sa réputation en somme.
INVENTAIRE: Les armes, véhicules, et objets dont dispose votre personnage sous forme de liste. Tout peut s'acheter pour qui s'en donne les moyens. (voir l'armurerie pour dépenser vos points et acquérir des objets).
DISPONIBILITE RP: Libre, complet ou indisponible, vous pouvez aussi indiquer un ralentissement ou une absence ici !
MessageSujet: Kirill ∆ inglorious bastard   Mar 21 Nov - 13:32


IDENTITY
‹ rapides infos ›
ORIGINE CONTROLÉE ☞ né en 2008 dans une province de la crimée, il nait dans une famille pauvre dont il sortira à coup de poing. ETIQUETAGE ☞ doute de son humanité à chaque instant, cherche dans le miroir les prémices, les signes, de la déchirure qu'il sent bouillonner dans ses veines, courir sur sa peau. CODE BARRE ☞ XX20087419-XK7 CLASSIFICATION ☞ Blade Runner depuis quelques années, il fait ce job par besoin d'expulser la violence en lui et de combattre ses démons. ACTIVITE PRINCIPALE ☞ Kirill n'a jamais été un honnête et sérieux Blade Runner, il trempe dans des malversations, et des traffics. La loi, il l'applique à sa manière. Tricher, mentir c'est comme respirer pour lui. Mais le job est fait à la fin de la journée, n'est-ce pas tout ce qui importe ? APPARTENANCE ☞ L'autorité qu'il sert, les Blade Runner dont il fait parti. RÉPUTATION ☞ Violent, impulsif, caractériel, instable, ses collègues se méfient de lui, mais ils le savent aussi généreux, sympa à ses heures, ce qui compense son côté connard qu'il peut avoir parfois, surtout quand il a passé une mauvaise journée.
Kirill Lvov
Feat. James McAvoy.


DETAILS ESTHETIQUES
‹ plus de détails ›
Place au sein de la société ☞ Sa place, il se l'est faite à la force des bras, et de sa volonté. Il s'est battu pour s'en sortir, devenir quelqu'un. Etre un Blade Runner c'était survivre, c'était sortir du trou miséreux où il était, c'était enfin devenir quelqu'un. Il ne compte pas tout abandonner aussi facilement, parce qu'on l'accuse de pas respecter les règles ou simplement parce qu'une déchirure commence à le parcourir. Il ne veut pas renoncer à tout cela. Pas aussi rapidement. Pas maintenant.

Déchirure ☞ L'Attributs de prédation ne s'est manifesté qu'une seule fois. Kirill doute même de ce qu'il a pu se passer. La déchirure a surtout été douloureuse plus qu'autre chose. Il n'a pas oublié la sensation comme si ses ongles se décrochaient. C'est surtout la réaction du mutos qu'il devait arrêté qui l'a choqué. Il s'auto persuade que c'était juste une hallu, que le mutant l'a piégé, que tout cela est faux.

Equipement ☞ Dispose de l'équipement standard, une arme qui réagit à ses empreintes digitales, un véhicule de fonction qui n'est pas vraiment à lui mais qu'il peut prendre quand il a besoin selon les disponibilité et un accès à des plasmides en nombre limité cependant à 3 par semaines. Souvent, il en abuse. Mais c'est si pratique pour arrêter les mutants !

SECRETS DE FABRICATION,
‹ the rules ›
Caractéristiques ☞ Impulsif, il réagit plus qu'il ne réfléchit. Se laissant souvent dépasser par ses émotions il peut passer littéralement du rire aux larmes très facilement. Il était émotif, il y a longtemps, mais ne l'est plus depuis un moment. Caractériel, il ne se laisse pas faire. Parfois se montre même bûté juste pour le principe. Il est une vraie tête brûlée, courageux parfois téméraire. Il se frotte au danger, aux flammes et à l'action par addiction à celle-ci, parce qu'il refuse de se confronter à ses erreurs et à son passé. Il vit l'instant présent et en oublie le passé comme le futur. Colérique, d'un naturel violent, il expurge ses démons au boulot. Mais c'est aussi quelqu'un capable d'être généreux, sympa, et de rigoler devant une bonne bière et quelques copains.

Ambitions ☞ Fuir, si c'était possible. Le monde, la société. Il se sait condamné, il ne l'a juste pas encore pleinement réalisé et s'y refuse au fond, à l'accepter. Il continue de se bercer d'illusion, de croire qu'il va pouvoir tenir longtemps comme ça. Mais à chaque mutos qu'il coince, il doute, il défaillit. L'avenir a l'air sombre, cauchemardesque, il ne veut pas y songer.

© dandelion

SYNOPSIS.
Croyez-vous que nos fantômes nous pourchassent même une fois mort ? Pensez-vous que nos démons remuent encore nos entrailles quand celles-ci prennent l'air, dehors, dans une déjection de chair et de sang ? Parfois, je me pose la question. J'aimerais que la réponse soit aussi simple. Mais mourir ne m'intéresse pas, même si c'est la réponse à toutes mes questions, et la délivrance exigée à la fin pour toutes ces souffrances. La vie est une chienne mais que voulez-vous, je l'aime. Sans doute parce qu'elle est aussi garce avec moi. Oh je fais pas une fixette, c'est pareil avec tout le monde j'imagine. J'entends les gens dire que c'était mieux avant, j'ai du mal à y croire. Les goulags étaient-ils mieux que les camps de régression ? J'ai le sentiment que j'aurais atterrit dans l'un comme j'atterrirais dans l'autre, quoi qu'il arrive. J'arrive à la fin de la route, et la voie est bloquée. Je ne regarde plus en arrière, les rétros sont cassés. C'est sans doute mieux ainsi.
Si je risque un regard en arrière, j'ai peur de rester figé, par la terreur, par l'angoisse, par l'horreur qui se tapie dans ma ligne de vie. J'ai fait des mauvais choix, des choix horribles quand on y pense. J'ai abandonné les miens, lâché les amarres et ce, sans un regret, sans un regard en arrière. Je viens d'une famille pauvre, dont j'avais honte. Je ne voulais pas faire parti de cette famille, de ce foyer que j'ai si vite abandonné derrière moi. Tout ce qui comptait c'était d'avancer. J'ai rayé une partie de mon passé comme on efface un jeu qui était faussé dès le départ. Je mens à qui veut écouter mon histoire. Je raconte des bobards. Ma meilleure histoire est celle du gamin orphelin, au papa tueur en série et à la maman morte entre ses mains, celle qui touche le plus les autres est celle où mon père me battait. Elle n'est pas loin d'être vrai cependant. La violence était omniprésente. Mais je mentirais en disant l'avoir subie aveuglément. J'ai répondu. Un jour. J'ai frappé ce père que je haïssais. Je l'ai frappé alors qu'il était vieux, faible et ivre. Je l'ai frappé jusqu'à ce qu'il cesse de bouger. Mère chiallait, me suppliait d'arrêter, mais tout ce que je voyais c'était ce rouge partout sur moi, et le regard de ma soeur. Je l'ai frappé jusqu'à le rendre inconscient et je suis parti. J'ai tout laissé en plan.
Vous savez ce qu'est la justice dans ces pays. Elle n'existe pas. La plupart des gens ne portent même pas plainte. On ne fait pas dans la delation encore moins entre membre de sa propre famille. J'aurais dû retenir cette leçon. Le vieux est resté paralysé. Et la vieille s'est occupé de lui jusqu'à la fin. Comme une conne. Parce qu'elle l'était. Je suis peut-être horrible mais mes vieux méritaient ce qui leur est arrivé. Ma soeur, peut-être pas. Elle était pas maligne, un peu conne sur les bords, naïve. Jamais elle n'a compris ma rage. Jamais elle n'a cherché à échapper à quoi que ce soit. Tout lui passait au dessus. Elle était déficiente. Je ne sais à quel point. Maman passait tant de temps à s'occuper d'elle. J'était supposé m'occuper d'elle, quand j'étais gamin. Je l'ai laissée seule deux secondes et elle s'est fait mal. Maman a toujours cru que c'était de ma faute, si elle était idiote. Je les haïssais tous. Pour m'avoir donné tous ces poids. Elle spécialement. Cette petite soeur si stupide. Aussi quand on m'a demandé de la trouver, parce qu'une déchirure était apparue, je l'ai cherché. Je l'ai traquée. C'était les ordres. J'étais tellement content qu'on m'ai prit. J'ai pas réfléchi.
Au dernier moment j'ai hésité. Mais c'était trop tard. Mon coéquipier lui n'a pas failli. Ma petite soeur comprenait pas, elle me regardait avec ces grands yeux. J'ai essayé de la sortir de là. Mais on m'a fait comprendre que je la rejoindrais si je continuais. C'est à ce moment là que j'ai commencé à partir en vrille, à prendre trop de plasmides, à fermer les yeux sur certaines choses, à laisser des mutants s'échapper. La notion de justice là dedans, je ne la cherchais même plus, je savais ce système biaisé, foutu, corrompu. Le regard de ma soeur me hante encore, trouble mon sommeil. Je dors plus, je dors jamais. Je suis hanté. Ce manque de sommeil me rend irascible, insupportable connard. Je sais que j'insupporte mes collègues mais qu'importe. Je continue. J'essaie de survivre. Même si, j'arrive au bout de la route.


EDEN MEMORIES
Je suis la fondatrice du forum (et je commence les festivités direct avec un DC, je suis incorrigible je sais. Flagellez moi !
icon ; eden memories.

_________________
SOMBRES PENSÉES
Nous voilà dans l'antre de la bête, Dieu seul sait ce qui nous y attend...
code: @REIGN IN BLOOD
Revenir en haut Aller en bas
 

Kirill ∆ inglorious bastard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les âmes mortes ::  :: Galerie des portraits :: REGISTRE DES CITOYENS-