Bienvenue
sur Les âmes mortes Invité
L'équipe te souhaite de t'amuser parmi nous !
Roulette russe !
Participez à la nouvelle animation et jouez avec le MJ !
Suis le fil d'intrigue
Et découvre le nouvel épisode de l'intrigue principale !
Nouveauté
Faites la connaissance des technomanciens et explorez avec eux la matrice

Partagez | 
 

 Au fond du terrier ft. Iana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
FONDATRICE.
elle porte des slips roses
Ephrem Fedorov
avatar
RÉVÉLATIONS,

SIGNALEMENT : Hackeur disparu, réputé pour ses actes terroristes, il semble avoir totalement disparu après son dernier coup d'éclat, un message illuminant la ville.
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 19/06/2018
MENSONGES PROFÉRÉS : 103
TRESORS VOLES : 755
CRÉDITS : A voir

✥ ELECTRIC DREAM.
MessageSujet: Au fond du terrier ft. Iana   Lun 2 Juil - 21:54

Au fond du terrier
Ephrem Fedorov & @Iana Armyanskaïa

Toute folie réclame qu’on la sauve du désastre de la raison. Une sorte de bienséance universelle veut l’occulter, comme elle fait de notre mort. Les spécialistes, dont la parole est sacrée, lui mettent des masques – schizophrénie, paranoïa, tendances dépressives lourdes ou légères – et autres catégories dont on joue aussi bien dans les prétoires, les centres psychiatriques, sur les plateaux de télévision, au bar-tabac du coin. Le fou sans grade, le fou innocent, l’aimable diseur de vérités est aujourd’hui interdit de séjour, tricard en somme.

Pourchassé par les ombres de la ville, le technomancien s’était enterré là, dans les entrailles d’un ancien réseau ferroviaire souterrain. Après l’attaque contre le système régissant la cité, il avait prit la fuite sans se retourner, paniqué à l’idée qu’on le retrouve, qu’on l’enferme, qu’on l’amène dans ces camps de regression. Par le passé, il avait attaqué la sécurité de ces camps, avec d’autres hackeurs, et réussit à provoquer une émeute. Plusieurs dvoïniks présents dans ces dites entrailles lui devait leur liberté, mais cela Ephrem ne s’en vantait pas. Il n’avait pas fait cela tout seul, il n’avait été qu’un maillon dans une chaîne et c’était surtout une manière de se faire pardonner tout le reste, ces vies prises.

Dans une autre vie, il avait été un tueur, avant cela, un nettoyeur. Littéralement. Il nettoyait derrière son père, prenant le relai d’un frère mort, disparu, dont on avait oublié le nom et l’existence. Il n’était qu’un maillon d’une longue chaine. Il l’avait toujours été. La chaine avait juste changer. Avant elle était pleine de sang, et pendant un temps, elle avait été plus reluisante, il pouvait enfin se regarder dans la glace, il n’y croisait plus de fantôme, il n’était plus hanté. Le passé pouvait être lavé, et lui, et ses pêchés, pouvaient être effacés. Il croyait qu’en priant assez, qu’en se dévouant assez, il finirait par réussir, à se pardonner. A dormir enfin, paisiblement. Il faut croire qu’il se trompait.

Ici, dans l’obscurité et le silence, il ne dormait pas plus. Il s’éveillait en sursaut, en hurlant. Il était persuadé qu’ils allaient le trouver, l’enfermer, qu’ils allaient le briser. Il avait vu ce qu’ils faisaient, vu les rapports qu’il détruisait en ligne. Il savait ce qui l’attendait. Et ça le hantait, plus encore que ce qu’il avait pu faire. Il sentait ses pensées tournant encore et encore dans sa caboche, et tentait de les chasser, de s’en libérer. Il avait les lèvres sèches, il chercha hagard de l’eau, de la lumière et ne trouva que de la poussière sous ses doigts. Il finit par atteindre tout de même la porte, et il l’ouvrit. C’était une petite salle réduite, une ancienne cabine de technicien, probablement de repos ou servant à communiquer, qu’importe, on ne distinguait plus rien qu’un banc brisé. Il s’en extirpa à la recherche d’autres êtres brisés, hantés comme lui.

Creusant les ténèbres de son regard bleuté, il finit par trouver quelqu’un, une jeune femme. Il ignorait qui elle était, ce qu’elle faisait là, se doutant de sa nature profonde. Après tout, ils étaient tous des monstres ici, honni de la société non ? « Aide-moi. » marmona-t-il plus vraiment habitué à parler à qui que ce soit, troublé par sa présence, sa jeunesse, sa féminité. Le vieux geek grincheux qu’il était n’était pas vraiment habitué aux femmes. « J’ai soif. » Et faim songea-t-il sans oser l’admettre, se sentant, honteusement, dépendant soudainement, des autres, d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
LA MAFIA ROUGE.
Je comprends, je m'en fous
Iana Armyanskaïa
avatar
RÉVÉLATIONS,

SIGNALEMENT : Poupée brisée, abomination qui hurle sa rage
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 24/05/2018
MENSONGES PROFÉRÉS : 236
TRESORS VOLES : 2376
CRÉDITS : Iana

✥ ELECTRIC DREAM.
CODE BARRE.
LEGENDES VEHICULEES: Ce qui se dit au sujet de votre personnage, ce qu'on dit de lui dans son dos, sa réputation en somme.
INVENTAIRE:
DISPONIBILITE RP: Libre
MessageSujet: Re: Au fond du terrier ft. Iana   Mer 4 Juil - 18:00


Elle rentrait chez elle. D'un pas vif. L’œil aux aguets scrutant l'obscurité afin de ne jamais se laisser surprendre. Elle rentrait chez elle, après une longue journée à errer dans Tagansky puis dans l'ancien métro désaffecté. À la recherche de tout. À la recherche de rien. Pour une raison qui lui échappait encore, marcher le long des rails usées suffisait souvent à chasser les pensées parasites qui envahissaient quelque fois son esprit, mais pas aujourd'hui. Aujourd'hui, ses pensées étaient demeurées fixées sur un nom, sur un visage, sur une rencontre.

Bogdan. Bien entendu.
Cet homme qu'elle n'avait pas voulu abîmer alors qu'en temps normal, elle collectionnait les victimes. Les proies. Les sacrifices. Tant de synonymes qui se différenciaient toutefois tous par un détail qui leur attribuait une saveur différente. Particulière. Mais pas Bogdan. Elle n'avait pas pu. Elle n'avait surtout pas voulu. Et lorsque ses pensées dérivaient vers lui, elle n'arrivait pas à comprendre ce revirement dans son attitude. À moins qu'elle ne cherchât pas vraiment à comprendre non plus ? Autant avouer que ce n'était pas impossible, surtout dans la mesure où les réactions de la belle n'étaient pas toujours des plus cohérentes. Sans logique, elle était sans logique. De quoi excéder le peu de gens qui l'entouraient. Mais elle s'en foutait. L'humaine avait été sociable, mais la bête de l'était plus. Grégaire, oui. Gentille, non.

Et ce fut justement sur ses pensées que Iana vit se traîner devant elle un homme plus âgé qu'elle. L'air perdu, paumé, à bout. Pathétique silhouette qui lui tira un froncement de sourcils tandis qu'elle le disséquait déjà du regard. Sans pitié. Sans chaleur non plus. Qu'elle l'aidât ? Bien curieuse demande dans ces souterrains où chaque ombre pouvait devenir un prédateur sans foi ni loi, simplement avide d'un peu de sang ou de quelques paradis artificiels offerts à la faveur de quelques roubles arrachés à une poche. Clamer ainsi sa faiblesse était une erreur à ne jamais commettre à Moscou. Ni à la surface, ni sous le bitume usé. Et c'était bien là l'un des rares points communs qui liait tous ces prisonniers d'une geôle construite pour leur bien.

« Et alors ? »

S'il ne buvait pas, est-ce qu'il allait mourir ?
S'il mourrait, est-ce qu'elle pourrait se repaître de son corps ?

L'instinct de survie avant tout, et si lui semblait en être dépourvu, ce n'était pas le cas de la jolie poupée qui se dressait – fixement – dans l'obscurité. Reprenant bientôt ses pas pour disparaître lestement dans un couloir, sans un mot, sans un regard. Puis réapparaître quelques longues minutes plus tard pour coller dans les mains de cet homme une gourde en métal sans âge. Remplie d'eau jusqu'à la moitié. Une eau qui en ressortirait avec un goût ferreux, mais c'était tout de même mieux que rien tandis qu'elle dardait toujours sur lui un regard acéré.

_________________

Lovely Rotten Doll

I became insane, with long intervals of horrible sanity

code: @REIGN IN BLOOD
Revenir en haut Aller en bas
FONDATRICE.
elle porte des slips roses
Ephrem Fedorov
avatar
RÉVÉLATIONS,

SIGNALEMENT : Hackeur disparu, réputé pour ses actes terroristes, il semble avoir totalement disparu après son dernier coup d'éclat, un message illuminant la ville.
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 19/06/2018
MENSONGES PROFÉRÉS : 103
TRESORS VOLES : 755
CRÉDITS : A voir

✥ ELECTRIC DREAM.
MessageSujet: Re: Au fond du terrier ft. Iana   Lun 23 Juil - 21:42

Au fond du terrier
Ephrem Fedorov & @Iana Armyanskaïa

La délicate jeune femme le regarde, d’un regard qui ne présente aucune empathie, aucun signe de pitié avant de lui balancer un et alors qui ne laisse plus aucun doute. Que croyait-il ? Tomber dans un monde meilleur en allant en bas ? Peut-être. Il a toujours espéré que l’univers ne se résume pas seulement à la Bratva, à ces gens égorgés, tués, découpés en morceau, à ce sang nettoyé. C’est sans doute pour cela que lorsqu’il a vu la Matrice pour la première fois, il a compris que ça serait sa porte de sortie, l’évasion dont il rêvait. Il s’y ai baigné, s’y est répandu, s’y est senti enfin heureux, pendant un bref instant. Jusqu’à ce que soudainement, la Matrice lui réponde. Il ignore pourquoi cela l’a terrifié autant. Beaucoup d’autres auraient vu une manifestation divine dans ses pouvoirs, auraient connu une soif exsangue de pouvoir. Maîtriser ainsi le monde virtuel, les possibilités infinies qu’il en ressort. Il aurait pu devenir riche, puissant, n’avoir plus jamais à tuer qui que ce soit, n’avoir plus jamais à craindre les fantômes la nuit tombée. Mais il avait ressenti au lieu de cela une terreur sans nom.

Et il était tombé ici, craignant qu’on vienne le trouver, qu’on l’emmène en camp. Il avait si peur à présent. Tout et rien le terrifiait. Il était âgé mais paraissait être redevenu un enfant, c’est qu’il ne l’avait jamais été, réellement. Il avait tué trop rapidement, il avait nettoyé le sang trop vite. Ses yeux étaient hantés à tout jamais. Et ses lèvres ne connaissaient que le baiser de la mort. Des lèvres à présent craquelées par la soif qu’il ressentait intensément. Il regarda les ténèbres où la jeune femme avait disparue et senti une lueur d’espoir le caresser, dans ses côtes apparentes depuis qu’il avait arrêté de se nourrir correctement. Il avait entendu du bruit, des pas, et à nouveau, cette silhouette fine, délicate, humaine. Un visage humain qui certes le regardait comme s’il n’existait pas, mais au moins, le regardait, lui parlait. Il n’avait pas croisé âme qui vive depuis quelques temps à présent. Il la regarda sans toutefois la voir, tout ce qu’il voulait c’était boire. Il avait tellement soif, qu’il s’empara de la gourde maladroitement, manquant d’en renverser le contenu par son empressement.

Quand il eut but tout son contenu, par petites gorgées comme s’il craignait d’en manquer, il finit par rejeter sa tête en arrière. Un rire mécanique, un rire expulsé de sa poitrine comme un geste nerveux, sorti. Il coupa ce rire nerveux quasiment aussitôt. Se reprenant, il redressa sa tête, s’essuya les lèvres, puis la regarda en s’excusant. « Désolé, je n’ai pas vu… je n’ai vu personne depuis longtemps. Je ne suis plus habitué… à être sociable. » Sortir les mots était compliqué, les sortir dans l’ordre plus encore. Il avait conscience de passer pour un fou, et sans doute l’était-il. Qui était-il pour nier ce qui était l’évidence même ?
Revenir en haut Aller en bas
LA MAFIA ROUGE.
Je comprends, je m'en fous
Iana Armyanskaïa
avatar
RÉVÉLATIONS,

SIGNALEMENT : Poupée brisée, abomination qui hurle sa rage
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 24/05/2018
MENSONGES PROFÉRÉS : 236
TRESORS VOLES : 2376
CRÉDITS : Iana

✥ ELECTRIC DREAM.
CODE BARRE.
LEGENDES VEHICULEES: Ce qui se dit au sujet de votre personnage, ce qu'on dit de lui dans son dos, sa réputation en somme.
INVENTAIRE:
DISPONIBILITE RP: Libre
MessageSujet: Re: Au fond du terrier ft. Iana   Mer 22 Aoû - 23:39


« Sociable … »

Ce mot qui venait de jaillir difficilement de la bouche de cet inconnu, la jolie poupée ne tarda pas à le répéter comme si elle ne le comprenait pas vraiment. Sa tête basculant à droite puis à gauche, à la manière d'un animal curieux qui aurait ainsi recherché le meilleur point de vue sur la créature qui lui faisait face. Étrange. Inhabituelle. Apportant ainsi une fin au silence que la belle avait conservé pendant de très longues minutes et qui – de nouveau – était en train de tomber sur eux pour mieux les envelopper. Dérangeant. Mais elle aussi, elle était dérangeante. À sa manière.

« Être sociable ici, c'est courir à une mort certaine, et je n'ai pas l'impression que tu sois prêt à mourir justement. »

Faible et geignard, cet interlocuteur inattendu ne semblait clairement pas avoir les tripes d'en finir avec sa propre existence, de cette déclaration que Iana venait de lâcher d'un ton détaché et posé. Son regard balayant bientôt la flaque d'eau qui s'étendait à ses pieds puisque cet homme avait réussi à en renverser une partie sous la précipitation. Indéniablement, celui-ci devait avoir vraiment soif. Et être vraiment paumé. Un petit nouveau fraîchement débarqué sous le bitume et qui crèverait bientôt s'il n'apprenait pas très vite à se débrouiller par lui-même …

« Tu es arrivé depuis quand ? Une semaine ? Deux tout au plus ? Personne ne t'aidera ici, tu vas devoir apprendre à survivre tout seul … au quotidien comme lors des descentes. Sinon, tu vas très vite te faire bouffer, et ce n'est pas une métaphore. »

Si la jolie poupée était une bouffeuse de cadavres, il en allait de même pour une certaine proportion des monstres qui vivaient terrés dans l'ombre mais après tout, la viande restait de la viande. Humaine ou non. Et il fallait bien se nourrir. Il fallait bien vivre. De cet exploit dont son vis-à-vis ne semblait même pas capable tandis que Iana continuait à l'observer comme une gamine captivée devant des petits animaux inconnus. Comme des rongeurs. Souris, rats ou hamster. Oui, cet homme n'était ni plus ni moins qu'un hamster. Et Iana se demandait ce qu'elle allait bien pouvoir en faire.

_________________

Lovely Rotten Doll

I became insane, with long intervals of horrible sanity

code: @REIGN IN BLOOD
Revenir en haut Aller en bas
FONDATRICE.
elle porte des slips roses
Ephrem Fedorov
avatar
RÉVÉLATIONS,

SIGNALEMENT : Hackeur disparu, réputé pour ses actes terroristes, il semble avoir totalement disparu après son dernier coup d'éclat, un message illuminant la ville.
INTERZONE

DATE DE PÉREMPTION : 19/06/2018
MENSONGES PROFÉRÉS : 103
TRESORS VOLES : 755
CRÉDITS : A voir

✥ ELECTRIC DREAM.
MessageSujet: Re: Au fond du terrier ft. Iana   Jeu 13 Sep - 17:41

Au fond du terrier
Ephrem Fedorov & @Iana Armyanskaïa

La jeune femme reprend le mot sociable comme si elle ne le comprenait pas. Il est vrai qu’il s’excuse sans doute envers quelqu’un pour qui la société doit représenter sans nul doute le pire fléau. Il oublie où il est, avec qui il est. La jeune femme a dû vivre pire que lui, de quoi se plaint-il ? Il est des chanceux, ceux qui ont compris et ont pu s’enfuir avant de finir enfermé en camp. Il sait que la plupart des gens vivant ici ont d’abord vécu l’enfer des camps avant de trouver refuge ici. Il le sait parce qu’il a aidé à pirater le camp et à provoquer ainsi une émeute qui s’en est suivi par une évasion. Pinxit est l’ennemi des hackeurs depuis le début. C’est d’ailleurs à cause d’eux qu’on devient hackeur pas juste parce qu’on est doué avec l’informatique, avec les machines, avec la réalité virtuelle, un monde où il est si facile de s’évader, de devenir un super héros, un tombeur, tout ce qu’on n’est pas, qu’on ne deviendra jamais. Ce monde là, il l’a quitté en même temps que l’autre, il est descendu en enfer et s’étonne encore des différences avec au-dessus. Mais il est nouveau ici.

Se redressant, il parvient à se tenir quasiment debout, quasiment digne. Enfin, digne, c’est une façon de parler. Ephrem a conscience d’avoir fuit comme un rat, mais les rats survivent. C’est tout ce qui compte. Comme dit la jeune femme. Survivre c’est ce qui les a tous mener en bas. Il n’est pas encore habitué à ces lieux, à cette obscurité, au fait de devoir voler la nourriture, l’eau, devoir se battre pour garder son bout de gras. Il espérait trouver en bas une sorte de société secrète, recomposée mais il s’est planté sur le sujet. Comment une telle société utopique pourrait-elle vivre en dessous et être meilleure que celle du dessus ? Impensable. L’homme n’est pas capable d’apprendre de ses erreurs, la preuve, ils ont créer des camps de régressions pas si éloignés des camps de la mort. Il se sent doublement stupide, d’avoir cru que ça serait si facile, d’avoir cru qu’il y arriverait seul. Mais il n’avait pas encore baissé complètement les bras. Après tout, il n’était pas dénué de talents.

« Ok, je crois comprendre la situation. Enfin, non sans doute pas. Tu as raison, j’suis nouveau. J’ai débarqué euh… je sais pas trop. Je crois que c’était y’a un jour ou deux. J’ai été stupide, je suis parti sans rien emporter. Mais si tu m’aides, je pourrais t’aider. » propose-t-il, improvise-t-il. Lui qui a toujours travaillé en équipe accepte facilement les contreparties. Bien évidemment, faire confiance aux autres est une autre histoire. Ephrem a toujours été un paranoïaque accompli. Quand à tuer des gens, ce n’est pas ce qui le dérangerait. Il l’a fait pour le passé même si ce passé lui paraît si lointain à présent. Il a passé trop de temps dans le monde virtuel, il en a oublié ce qu’il était. Comment a-t-il pu changer aussi vite ? Ou le temps s’est écoulé plus vite qu’il ne le pensait. N’empêche que, les plans du métro il est quasi certain de pouvoir mettre la main dessus, dans la réalité virtuelle, comme sur un paquet d’autres informations. Il était certain de trouver de quoi l’intéresser elle. Les plans d’une banque ? Pourquoi pas, tout le monde a besoin de fric pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

✥ ELECTRIC DREAM.
MessageSujet: Re: Au fond du terrier ft. Iana   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au fond du terrier ft. Iana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les âmes mortes ::  :: Souterrains :: BIDONVILLE-